Lo conto du Crosuél.

Dês lo temps yô que j’é comenciê a recordar (aprendre) lo patouès vôdouès j’é prôd aouyu devesar du “Conto du Crosuél”, que mè sembllâve una viélya histouère que balyiéve pas tant fam de la liére, entre-mié les folyèts jônissos de “Po Recafâ” (1910), et que cen vat pas adés suâf ( il est pas ésiê) a comprendre. Cetor deriérs temps, j’é cherchiê a m’enformar sur ceti conto que mè sembllâve venir depouès tot luen et Dominique Stich s’èbayîve d’apprendre qu'il avêt ètâ ècrit en 1730. René Merle ècrit dens son lêvro, Une naissance suspendue: «Dens Lo Conto dau Craizu ècrit vers 1730, Delarue, grata-papiér (secrètèro) du grand Baillif de Losena, balye la babelye (parola), por lo grand pllèsir de celor que ‘l âmont la parola simplla de la campagne, a un viélyo payisan.» A de bon cen ‘l est lo pére d’una jouena felye que vat sè lamentar devant les jujos. 1730! Quârques anâyes aprés que lo Major Davel (1) l’usse ètâ condanâ a avêr lo poueng et la téta trenchêes. Lo canton l’ére oncora règentâ per les Bèrnês et, d’aprés René Merle, les gens de plloma qu’aloyiêvont (aprestâvont, prèparâvont), dens ceti temps que, la rèvolucion, dègognévont (mèprisiévont) on bocon lo patouès, et savont pas tant que fére de ceta lengoua de payisans que l’avant héretâye des ancians, mas que lor sembllâve pas tant utila a lors idês. Fôt dere que cetors idês végnant devant tot de la France. Lo patouès l’est adonc ren que parlâ, mas devesâ et comprês de très-tués, asse-ben de celor, devant tot dens les veles, que l’amâvont mielx sè fére à comprendre avouèc la lengoua des vesins, lo francês. Mas tot pariér l’idê d’en fére una lengoua que pôt s’ècrire, n’ére pas tant luen. Et l’est cen que cudye (prove) fére, et que rèusse ben lo grata-papiér Delarue. Cen sarêt adonc yon des plles viélyos tèxtos en patouès vôdouès (prôd l’ant du étre pèrdus u XVIIémo siéclo). Lo Conto du Crosuél, je l’é d’a premiér liésu dens “Po Recafâ” (Por rire), salyê en 1910, mas se ceti conto l’at ètâ ècrit vèrs 1730 l’a du parêtre quârques anayes devant. Il avêt bouna rèputacion tandis (pendent) lo XVIIIémo siéclo et mémo aprés (2). Dèvant “Po Recafâ” lo Conto du Crosuél l’avêt dèjâ paru dens l’appendice de L. Favrat, a la fin du Glosséro du Patouès de la Suissa Romanda (3), que l’est salyê quaranta-quatro anâyes devant, en 1866, dens una grafia que l’at ètâ corregiêe per les èditors de “Po Recafâ”, més prôche de cela-que de Marc à Louis (4). Mas l’est ben possiblo que Favrat mémo l’usse prês du “Recueil de morceaux choisis en vers et en prose en patois” de Benjamin Corbaz (5), publyâ en 1842 dens un’écrutura oncora diffèrenta de celaque du Glosséro. Tot pariér ceti-ique, asse-ben Corbaz, l’ant du prendre d’un’ôtra publicacion més anciana, epêr du “Journal de Lausanne” que dês 1787 s’ôvre u patouès? Et devant cen?

Tot pariér que l’usse ètâ ècrit tandis ceta vouarba (època) devant la Revolucion, “lo Conto du Crosuél” devese pas de politica, mas d’un pére que vint gemelyiér (sè pllendre) des aventures de sa felye avouèc un crouyo (mâl) gala-bon-temps. Mè su sovent demandâye porqué ceti pére l’alâve racontâ cetor afêres privayes a des jujos, u sôveren? J’é aprês que dens les temps que l’ant siuvu la Rèforma, lo Consistêro que l’en parle lo pére, s’ocupâve des cotemes de via de chacun por que la morâla chrètièna sêt rèspèctâye et que tota fôta ux bounes maniéres et a la religion l’ére punyêe (6). Adonc lo grata-papiér Delarue l’a racontâ un’histouère tota prôche de la via de chaque jorn des vôdouès de cetor temps que, en y betent un bocon de drôlerie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un crosuél, una cllèra à ôlyo en 1730

Mas n’est pas lo tot, quin que l’est a de bon un crosuél? Et depuès yô que vint ceti mot on bocon ètranjo por una cllèra (lampa)? Lo mot l’est cognu dens quasi tot lo cârro francoprovençâl, avouèc prôd maniéres de lo dere: “crâisu”, “croset” dens lo canton de Vôd, “krojè” dens lo canton de Fribôrg, “crozouàe” dens des cârros du Valês, “crouéju, croaju, corzouet, créju, croézu” dens la Savouès, “creseur, cruset, craju” dens la Valâ d’Aouta, etc. A de bon ceti mot vint du latin “Croceolus” que vôt a dere “petiôta cllèra”. Mas il sarêt asse-ben l’ètimologia de la vela Crouèselye, et dessus lo sito de ceta vela on pôt liére qu’on crosuél l’est: «una petiôta cllèra a ôlyo que l’at nom en patouès du cârro “cruju”, et cen l’at a vêre avouèc un petiôt crox (crosèt) yô que o y on betâve de l’ôlyo. Et o est de bél savêr (prôd sûr) que dens lo diccionèro vôdouès, de couta “crâisu” nos ens lo mot “croset” por dere “cllèra a ôlyo” et asse-ben petit crox. Come on verrat quârques legnes en avâl, les crosuéls l’ant du grand temps étre des cllères en tèrra couête come les cllères romênes. O y at ben grand temps, dens la riére, riére histouère, on betâve de la grêssa dens des pièrres crosâyes ou ben dens des crosets dens la roche, avouèc una mochetta por sè cllèriér. Et o est possiblo que dejâ lo mot latin fusse formâ de “Crosus”, et d’“Oleum”, et que ceta idê fusse restâye tant qu’a pas grand temps per chiéz nos.

Et puès quinna fôrma l’avêt ceti crosuél en 1730?. Dens l’Enciclopedia du canton de Vôd on pôt liére: «On “craisu” (ou corzo ou crozo), l’est la petiôta cllèra a ôlyo qu’on empleyêt dens la campagne vôdouèse devant lo pètrolo et l’èlèctricitât. On lo betâve dens un’encoche, dens on mur, sur on trâb (poutro), ou ben dessu on piéd de bouesc que l’avêt a nom “tsadelai” (chandeliér).» (7) L’émâge que bâlye l’Enciclopèdia semblle montrar on crosuél en fèr. Mas dessu un sito savoyârd, j’é lièsu que tant qu’u XVIIIèmo siècllo on empleyêt oncora des crosuéls que ressembllâvont a des cllères romênes en tèrra couête. Cen o est pir en 1800 que les crosuéls ‘l antètâ (a)mèlyorâ en èten avouèc una chêna por les (a)pendre (suspendre).

Qu’est-cen qu’il nos dit ceti conto?

Ora nos ens tot por mielx comprendre ceti conto. Et d’ense povêr jouyir ceta bèla ècretura. Mas fôt oncora fére vengeance (fére des effôrts) po trovar la significacion de cetor paroles galyârd ben tornâyes en vèrs, mas que cen vat pas tant suâf (o est pas tant ésiê) a comprendre. Comparar entre les grafies, asse-ben la translitéracion de Dominique Stich en ORB m’at prôd sûr édyêe. On pârt de mots l’ant ètâ dificilos a trovâr. Delarue at emplèyiê una tralâye (un mouél) de mots francês por cen qu’en at yu sovent fôta por les rimes, et mémo des maniéres de dere francêses, come lo pronom relatif “dont”, que sè trôve pas en patouès vôdouès. Tot cen ne (d’)ôte ren a la bouna qualitât du tèxto, sovent montrâ en ègzemplo dens lo diccionèro vôdouès ou ben dens lo Glossèro de Nôchâtél. Des paroles sant ben cognusses (cognessuves) come: «…Tant ècrivens que cllèrcs, gens de banche et de pllomma, Que forgiéd tués l'argent sen martél ni encllomma (encllena).» Mas o y en at prôd d’ôtres tot asse bèles que vé vos lêssiér dècuvrir. Et la drôlerie? Dens des situacions, ‘l est prôd sûr: «Et pués, bredin, breda…, vos font lo bata-cul, tantout l'un est desot, tantout l'ôtro est desus;» Mas asse-ben dens les paroles, et vos lêsso dèvenar cen que vôt a dere: «Châcun creyê d'abôrd en veyent sa grimace, qu'a n-un vêrro de vin 'l alâve fére pllace.» Et de quâl (qui) sè môrgue (moque) lo grata-papièr Delarue? O est prôd sur du pére et de sa felye, mas ben gentiment, sens crouyerie. Et, mè su demandâye, mas avouèc mes ulys de houè: sè sarêt-il môrgâ de ceti Consistèro (6) que sè mècllâve de la via privâye? Por chavonar derês que j'é pas oncora tot comprês lo tèxto de ceti galé conto.

Notes:

  1. Hèrô vôdouès que lo premiér at proposâ que lo canton de Vôd fusse endèpendent de Bèrna. L’at ètâ trayiê per lo Consèly Municipâl de Losena et condanâ a avêr la téta copâye, cen que l’at ètâ fé lo 24 avril 1723.

  2. René Merle nos aprend tot pllen d’aféres rapôrt a l’ècritura de noûtra lengoua u XVIIIémo siéclo, nos raconte que Bridel ‘l at reçu una lètra en patouès du Jujo Veillon de Bex, lo 13 de fevriér 1795, yô l’ècrit que sa fèna dit que «nyon ne sat mielx lo patouès que lo Ministro Rodolphe Chatelanat de Nods (dens lo canton de Bèrne). Ye fat des rimes, des chançons et des contos en patouès asse-ben fêts que Lo Conto du Crosuél.»

  3. Glossaire du Patois de la Suisse romande, Bridel-Favrat, Edicion de Losena 1866. Reèditâ en 1984 chiéz Slatkine.

  4. Marc à Louis est lo sobriquèt de Jules Cordey (1870-1951), que l’at balyê ux patouèsants vôdouès l’ècritura qu’ils emplyèyont oncora houè.

  5. Recueil de Morceaux Choisis en vers et en prose, en patois, Lausanne. Au Dépôt Bibliographique de B. Corbaz, à la Cité. 1842.

  6. Danièle Tosato-Rigo, Nicole Staremberg Goy, “Sous l'oeil du Consistoire”: sources consistoriales et histoire du contrôle social sous l'Ancien Régime. Etudes de Lettres, Revue de la Faculté des Lettres de l'Université de Lausanne. 212 pages, ISBN 2-940331-05-7.

  7. Encyclopédie illustrée du Canton de Vaud. Les artisans de la prospérité. Vol 3, p. 22.

   Nicole Margot

Lo conto du crosuél.

ORB serrée

 

Diœ vos lo balyey' bon, monsior lo secrètèro,

Asse-ben qu'a tués vos, mèssiors les comissèros.

Tant ècrivens que cllèrcs, gens de banche et de pllomma,

Que forgiéd tués l'argent sen martél ni encllomma (encllena).

 

Mas pardon, se vos pllét, ne s'agit pas de cen:

Dêt-on pas condanar a tués frès et dèpens,

Déte-lo vêr, mèssiors, tués per voutra conscience,

Cél qu'ètient lo crosuél per malice et vengence?

– Pouro frâre! èpêr ben que vos éd ben rêson,

Mas nos ne veyons pas yô vat voutra quèstion.

 

– Què! vos ne séde pas, mèssiors, que j’é una felye,

Dont un lârro chiéz nos volêt fére a la pilye*?

* Fére a la pilye: pilyér.

Mas, pardiu, n'en est pas inque yô vodrêt ben;

N'at pas trovâ son fôl: l'est ma fê un biô chin!

 

Déte, brâvos mèssiors (moyenant bon salèro),

Féde-mè un mandat por noutro Consistèro*:

* Una sorta de tribunal qu’on trove dens les payis protèstants

que vèillont a consèrvar una morâla chrètièna en empachient

et punissent tot manquament ux bônes manêres et la religion.

 

«A vos, mèssiors les jujos, ministros, luètegnents,

Secrètèro, assèssors, et tot lo batacllàn.»

 

Que lor sêt dèfendu, et en bôn' ècritura,

De ren distribuar de noutra procèdura.

Pesâd fèrm, se vos pllét, vos vèrréd les rêsons,

Quand j'aré du galand racontâ les accions.

 

Vos saréd donc, mèssiors, se vos pllét d'acutar,

Que ma felye et çto côrp sè sont jâ z-yu amâs;

Et que nos creyens tués que serêt un mariâjo

Yô ne manquerêt pas pan, burro ni fromâjo:

Mas vê-que qu'est feni, câr por lui, orendrêt,

Ma felye n'en vâlt ren, ni en bllanc, ni en nêr.

Se y at z-yu balyê quârques tracasseries,

Por cen, n'at ni papiér, ni parchemin ècrit.

Bâsta! enfin ses accions envers lyé sont si nêres,

Que n'arat pas l'honœr de m'apelar biô-pére.

Vos en vé racontar quârques èchantelyons,

Per yô vos vèrréd ben cen qu'est çto compagnon.

Un jorn, lyé dit : «Nos fôt divèrtir çtes venenges;

Alens nos promenar a Montagni demenge!»

L'ôtra lo lui promèt, et lo jorn arrevâ,

El sè léve matin, sè vet, et s'en vat.

El criat la Luzon, qu'étêt noutra vesena,

Brâva felye, ma fê! l'ére noutra cusena.

Çtes galandes s'en vont contre çto Montagni,

Çto côrp ne lé fut pas! N'est-il pas un mèpris?

Déte-lo vêr, mèssiors, tués per voutra conscience,

               Se cen est un'accion

Se lo sôveren dit que cen sêt un' accion,

               Pacience!

 

Un ôtro viâj' oncor que cassâvont les coques,

Noutra felye lé vat; çto côrp sen dére porquè,

Lèsse son martelèt, s'en vat, lo vê-que fôr,

Coment se l'ére entrâ un lop, ou ben un ors.

Châcun creyê d'abôrd en veyent sa grimace,

Qu'a n-un vêrro de vin 'l alâve fére pllace.

Mas sen cél qu'on revit, si ben qu'a la mi-nuet*

* Mas on lo revit plles.

Lo pére fut contrent, lo viojo* sur lo brés,

*crèssent, golyârd a long manjo

De la racompagnér chiéz nos tota penosa,

Yô el arêt ben volyu réstâ tota mèrdosa,

Plletout que d'alar lé por avêr çto afront

Et sè vêre mocâ per un tâl compagnon.

Déte-lo vêr, mèssiors, tués per voutra conscience,

               Se cen est un'accion?

Se lo sôveren dit que cen sêt un'accion,

               Pacience!

 

Una velyê, chiéz nos, 'l étêt prés du mortiér,

Yô fasêt ensembllant de sè chôdar les dêgts:

Sen qu'on s'en apèrçut, il sôrt de sa cachèta*

* fata.

De la pudra avouéc què vos fât una guelyèta*;

* Sorta de juè poentu come una fusaye que font les bouèbos.

en lo molyent et en y betent de la pudra.

Et volyent la sechiér, la lèssiét chêre u fuè;

Se ben qu'en foleyent et fasent çto biô juè,

Tot d'un côp cen vos fêt un tâla voualâye*,

* embrasâye.

Que ma mêson riscat d'étre tot embrasâye.

Noutra felye étêt que, lo vos deré tot nèt,

Sa conolye a la man, fasent lo cafornèt*;

* Relevar ses jupes devant lo fuè por sè rechôdar.

Et lo fuè, que sôtat, alat prendre ux ètopes,

De què sa mére et lyé ne furont pas mâl sotes.

Déte-lo vêr, mèssiors, tués per voutra conscience,

               Se cen est un'accion?

Se lo sôveren dit que cen sêt un'accion,

               Pacience!

 

Nos avians una bôn' et bèla galerie,

Que y'é étâ contrent de fére a dèguelyér

(N'en povévo pas de muens por l'honœr de ma felye,

Que volyê consèrvar entiére en sa coquelye);

Câr vegnêt taquinar* per ce-outre outre la nuet,

* Fière, butar, tapar, tocar a la pôrta.

Des viâjos lo matin, d'ôtros viâjos a mi-nuet,

Por chèrchiér l'ocasion de povêr fére ripalye

En forcient d'un cèrtin cabinèt la sarralye.

Ma galerie m'avêt cotâ cinquant' ècus:

'l est sa fôta, orendrêt, se y'é tot cen pèrdu.

Déte-lo vêr, mèssiors, tués per voutra conscience,

               Se cen est un'accion?

Se lo sôveren dit que cen sêt un' accion,

               Pacience!

 

Noutro vesin avêt hèbèrgiê una nuet

(Por vos dére ben quand cen ne fât ren u fêt),

Un cèrtin non-veyent qu'étêt bon violârd*.

* musicien, musicârd que jouye du violon.

Lé sè rassembllont tués, les felyes avouéc les mâres,

Çto galand lé étêt que fasêt lo fendent*,

* blagor, gala-bon-temps.

Sen fére ensembllant de pir gouétiér les gens:

Lé danciét, lé sôtat çtes qu'étiant a sa pota*,

* A sa pota: que lui plét ben.

Et les molâve* ben a la fin de la nota.

* Bèsiêve, embrassiêve.

Adonc, coment châcun songiêve a s'en alar,

Il fut chiéz mon vesin noutra felye apelar;

La prét, et la menat una tota petita,

Mas sen cela que bèsar, ni molar una miéta.

Déte-lo vêr, mèssiors, tués per voutra conscience,

               Se cen est un'accion?

Se lo sôveren dit que cen sêt un' accion,

               Pacience !

 

Vos saréd donc oncor, et çta est la plles fôrta,

Qu'un jorn que la Zabèt ére sur noutra pôrta,

'l étêt l'hivèrn passâ que fasêt çto grand frêd,

Yô on ne savêt plles yô sè cachiér les dêgts,

Çto côrp s'approchiét, et pués sen dére porquè,

Aprés quârques rêsons* adonc que lyé marmote,

* ique: disputes, niêses.

Et avêr fêt les torns que font les charlatans,

Volyêt forrar ses dêgts dedens son cache-man…

Déte-lo vêr, mèssiors, tués per voutra conscience,

               Se cen est un'accion?

Se lo sôveren dit que cen sêt un'accion,

               Pacience!

 

Vê-ce un ôtro torn que lyé fit l'an passâ,

U què n'é jamés pu de sang frêd repensâ.

Les felyes et les vâlèts* s'étiant betâ en téta

* felys, iquie: gârçon.

De s'alar promenar un cèrtin jorn de féta.

Coment 'ls étiant setâs u cuchèt d'un recôrd*,

* seconca copa de fen. Mouél, tâs de fen?

Çto grivouès l'embraciét per lo méten du côrp.

Noutra felye, qu'étêt decouta lui setâye,

Est, dens lo mémo temps, tot d'un côp renvèrsâye,

Et pués, bredin, breda…, vos font lo bata-cul,

Tantout l'un est desot, tantout l'ôtro est dessus;

Se ben que lyé montrat, coment vos pouede crêre,

Jarretiéres, genolys… tot cen qu'on volyêt vêre !

Aprés avêr riscâ de sè fére assomâ,

El sè reléve enfin avouéc doux pieds de nâs*.

* pieds de nâs: côps dessu lo nâs?

Déte-lo vêr, mèssiors, tués per voutra conscience,

               Se cen est un' accion?

Se lo sôveren dit que cen sêt un' accion,

               Pacience !

 

Acutâd vêr, mèssiors, en vê-cé na tèrriblla:

Le diâbllo n'en pôt pas fére una ples horriblla.

Vos prend de la vèrriére et la pile u mortiér…

Que lo diâbllo lui pouesse d'ense pilar les dêgts!

Et pués t'apôrte cen dens lo liét de ma felye,

Yô vos la dèpouèrat dês la téta a la grelye*…

* chevelye, articulacion du piéd.

Quand y penso, mèssiors, lâs! se vos aviâd vu

L'ètat yô sè trovat adonc son pouro cul!

Vos arêt fêt pediêt, lo pouro misèrâbllo!

L'inocent ne dêt pas patir por lo coupâbllo.

'l est portant ja gouari, mas de sen lo muens*

* u muens.

Que nos en at côtâ d'un biô pot d'égoua-ardent*?

* Ôdevie.

Déte-lo vêr, mèssiors, tués per voutra conscience,

               Se cen est un' accion?

Se lo sôveren dit que cen sêt un' accion,

               Pacience!

 

Lo conto du crosuél, per yô y'é comenciê

Ne vos at pas étâ oncor fêt a demi.

Mè vé vos lo fenir. – Mèssiors, vos pouede crêre

Qu'una nuet que dèfio qu'un chat usse pu vêre,

Çto grivouès vegnét avouéc de ses amis,

Environ la mi-nuet, que n(os)’ étians tués dromis,

Hormis noutra Zabèt que sè pugiêve* oncora.

* cherchiéve des puges.

Lyé criat : «Venéd vêr vers mè un pou tot-hora,

Vos en prio, Zabèt, y'é oque de prèssent

A vos comunicar. Môdit sêt que vos ment!»

 

Noutra felye qu'at z-yu dês sa premiére enfance

Por tués les grands vâlèts que trop de compllèsance,

Câr chin de bôna race, a cen que châcun dit,

Chace sovent solèt sen qu'on l'usse drèciê,

Sen sè fére prèssar el revéte son siœrcho*

* Sorta de hâlyon, vetira de fenna, roba de chambra, surtot.

Et dèscend vers çto côrp qu'étêt a noutron puercho.

Tot-lo-drêt soupçoné qu'il y avêt de l'egnon*.

* Avêr de l’egnon?

Ne mè trompâvo pas, câr çto fin compagnon,

Aprés lyé avêr fêt quârques fôsses carèsses,

Lyé dit qu'il étêt temps de fére des promèsses;

Que el devêt alar chiéz son cusin Debrèt,

Yô troverêt des pllommes et l'ècritéro prèsts;

Que n'arêt qu'a signér et que el devêt crêre

Que quand cen serêt fêt lyé balyerêt ben d'àrres.

Tot en lyé desent cen l'empouegnét per lo brés,

Fasent tués ses èfôrts por la fére alar lé.

Medês, quand el vit cen, el sè sut ben dèfendre

En lo grafegnent fèrm, lui desent pir que pendre.

El criat: «Pére! pére! aportâd lo crosuél!

Et de voutr' ôtra man ne venéd pas vouesif.»

Sôto fôr de mon liét sen betar mes culotes,

Pregno un bon bâton, ne dio pas que cen cote;

Empouegno mon crosuél, frono avâl les ègrâs;

Savê ben que çto côrp ne m'en savêt pas grât.

Quand ye fu sur lo pouent d'entrar dedens l'alâye,

Mon grivouès que sentêt quârque mâlapanâye,

En arrevent què fit, devant que l'usso vu,

D'un côp de son chapél mè dètiend mon crosuél.

Se bien que mè vê-lé sen vêre una gota,

Et pués ma lampa bâs que sè tomâve tota!

Déte-lo vêr, mèssiors, tués per voutra conscience,

               Se cen est un'accion?

Se lo sôveren dit que cen sêt un'accion,

               Pacience!

 

N'est pas lo tot. – Quand vi ma lampa renvèrsâye,

Ye cru que ma Zabèt étêt dèshonorâye.

Mè betàt a criar, «fèna, dèpache-tè,

Et prend l'ôtro crosuél; sôta fôr en pantèt!»

El mè crêt. Dens doux sôts ma fèna sè presente.

Çto compagnon, qu'étêt cachiê dèrriér des brentes,

S'avance tot d'un côp, et sen la rèspèctar…

Paf ! d'un côp de chapél vê-que lo crosuél bâs !

Se ben que no vê-lé oncora sen lumiére,

Sen savêr yô alar, cregnent les ètriviéres.

A la fin, lo galand, aprés tot cél fracas

Sè recuelye chiéz lui, et s'en vat sonicar*,

* dromir.

Content coment un rê d'avêr vu noutra pouere

Et de nos avêr fêt a tués venir la fouère*.

* rafa, corenta, diarrê. 

Lé y'é oncor gâgnê un rumo violent

Que m'at ben tormentâ et que mè prend sovent.

Déte-lo vêr, mèssiors, tués per voutra conscience,

               Se cen est un'accion?

Se lo sôveren dit que cen sêt un' accion,

               Pacience!

Transcrit en ORB per Menjot de la Peca, revju per NM.

Crâisu 2_edited.jpg

on crosuél en fèr

Encyclopédie illustrée du Canton de Vaud.

lampe-c3a0-huile-romaine-1.jpg

Un crosuél que ressemblle a una cllèra romêne en tèrra couête emplèyêe dens les granges savôyârdes.