Gandoises

Onna gandoise l’è on mot françâi soveint utilisâ ein patâi vaudois. Cein l’è onna blyague, onn’histoire que l’è pas onna veretà veretâblya, soveint à dremî de pointe, po fére à recafâ. Quand lè leingue sant aprî à sobrâ on lè batoille lo pllie soveint dein la famelye âo bin entre compâre dein lè pintè po rigolâ. On bon momeint po racontâ dâi gandoises l’îre lè vèillà que sè passâvant dein lè grandze, per èseimplyo por cassâ lè coquè. L’è prâo sû que l’a ètâ dinse dein tota la leinga francoprovençala, mâ ein patâi vaudois, l’ant ètâ prâo ècrite. Ye furant ècrite dein lè papâi, dèvant tot dein “Le Conteur” et ein aprî “Le nouveau Conteur”, et soveint l’ant ètâ reprâisse dein dâi lâivro quemet “Po Recafâ”, “Mélanges Vaudois” de Louis Favrat et dein lè doû lâivro de Marc à Louis “La veillà” et “La veillà à l’ottô”. È-te que vo cougnâide onna gandoise dein voutron patâi? Sarâ la binvegnâite.

La premîre qu’on va betâ lé ein dèsso l’è de Marc à Louis, de son veretâblyo nom Jules Cordey, que l’îre on règent de Savigny (dein lo Dzorà), on tot sutî por ècrire lo patâi que no z’a balyî pllie âo min l’ècretoûra avouè la quinna sè sant fé la gramméra et lo dicchounéro.

 

Una gandoise ‘l est un mot francês sovent utilisâ en patouès vôdouès. Cen o est una Blaga, un’histouère que ‘l est pas una veretâ veretâbla, come on dit en vôdouès, sovent a droumir de pouenta, por fêre a recafar. Quand les lengoues sant après a sobrar (morir) on les batolye lo plles sovent dens les famelyes ou ben entre compares dens les pintes por rigolar. Un bon moment por racontar des gandoises ‘l ére les velyês que sè passavont dens les granges, per ègzemplo por cassar les coques (nouèx). O est prod sûr que o at ètâ d’ense dens tota la lenga francoprovençâla, dens tota l’Arpitania, mas en patouès vôdouès ‘l ant ètâ prod ècrites. Els furant ècrites dens les papiérs, dèvant to dens “Le Conteur” et en après “Le nouveau Conteur”, et sovent els ant ètâ reprêsses dens des lêvros come “Por Recafar”, “Mélanges Vaudois” de Louis Favrat et dens les doux lêvros de Marc à Louis “La velyê” et “La velyê a l’hotâl”. Est-te que vos cognêde des gandoises dens voutron patouès? Sarant les benvegnêtes dessus ceti folyèt (pâge).

La premiére qu’on vat betar lé en desot ‘l est de Marc a Louis, de son veretâblo nom Jules Cordey, que l’ére on règent de Savigny (dens lo Jorat), on tot sutél por ècrire lo patouès que nos at balyê plles ou muens l’ècritura avouéc la quinta sè sant fêts la gramèra et lo dicciounèro vôdouès.

A la vesita

Quand les jouenos gens 'l ant diéx nôf ans et que sont de mémo sèxo que lor pére, ils dussont[1] passar la vesita por vêre se sont bons por lo militèro et se 'l ont tôs lor bons membros. Se lor manque què que sêt, ou ben que 'l ôssont[2] les pieds pllats, que seyont cllochons, goetrox, poussifos, nan-veyents, rontus, soryox, bossus ou hipocritos (que 'l at una maladie qu'o est pllen d'égoue et que nos vint 'na pance coment una fusta) hardi! o est franc bon por payér l'empot. En mémo temps, quand sont revetus - porce que sè dussont dèvetir a chavon devant lo mêjo - o les recorde un boconet por vêre cen que 'l ont aprês. O lor demande la g·eografia et ben des ôtros aféres, sens oubliar lo carcul que l'est prod dificilo. A la dèrriére vesita - per Cossenê, que crèyo - l'inspector recordâve yon de celos jouenos et lui demandâve des aféres: huét  viâjo nôf, gouèro de viâjo sèpt il y a dens cinquanta, des entèrèts et que sé-yo ben pou. Mas lo côrp, qui étêt portant on fôrt galyârd, pipâve pas un mot. O veyêt que savêt pas son aleçon[3]. A la fin, l'inspector lui fât:

— Te sâs ren, mon vâlèt! Porrês-tu tot pariér mè dere gouèro nos sens dens celi pêlo?

Noutron côrp se met a cropeton, et pués compte avouéc ses dêgt: yon, doux, três, et cetera. Dês cen 'l enpouegne son grèyon et de papiér, et se met à fêre des nilye de chifros que l'inspector en étêt tot èbôbi. Un quârt d'hora aprés, il revat  vers l'inspector avouéc sa folye tota pllêna.

— Eh ben ! ço lui fât, as-tu trovâ gouéro nos sens ?

— Ouè, o étêt un bocon dificilo, mas 'l y su arrevâ; nos sens diéx-houét.

— 'L est j·usto, mas coment as-tu fâ ?

— Eh ben! Vê-te-que: j'é comptâ gouéro il y avêt de jambes et pués après m'at falu divisâ per doux.

Marc à Louis

 

Notes:

[1]ils dêvont

[2]que 'l èyont

[3]leçon

Thibault Rossel 'l at transcrit ceta gandoise en ORB