Les BUCOLIQUOS

de

VIRGILE

 

d’aprés la traduccion en patouès gruveren

de

Jean-Pierre PYTHON

retranscrits en ORB lârge

et complètâs

per Menjot de la Peca, en 2022

EMMODÂYE

 

Virgile est yon des grants poètos latins du règno d’Ôgusto. Il est l’ôtor de três ôvres majores, les Bucolicos, les Gèorgicos et l’Ènèida, qu’il ut pas lo temps de fenir et qu’il volêt dètruire.

Come d’ôtres de ses ôvres, les Bucolicos ont étâ en partia enspirâs per des ôvres d’ôtors grècs.

Les Bucolicos ont étâ ètudiyês per des gènèracions d’ètudiants et de gimnasiens, et nombrox ont étâ celor que sè sont divèrtis a les traduire en francês, sêt en vèrs, sêt en prosa. O n’est pas donc pas ètonant qu’a la fin du XVIII° sièclo un joueno avocat du canton de Fribôrg, Jean-Pierre Python, nèssu en 1744, èye volu les traduire dens lo patouès payisan de la Gruviére. Mâlherosament, en volent les traduire en vèrs, avouéc de ben brâves rimes, il at volu en mémo temps imitar lo stilo de la lengoua francêsa, et fére de novél dens la construccion sintaxica que convint ux vèrs. Lo rèsultat n’est pas franc herox, les locutors ont pas dû tant amar sos vèrs, et les spècialistos les mèprisont. Si ben que depués un sièclo et demi, y at pas yu d’èdicion por rapelar l’ôvra de ceti poèto qu’ére portant de bôna volontât.

O est veré que la fôrma de quârques frases rend lo tèxto mâlésiê a comprendre. D’ense vers la fin de la premiére ècloga :

                              Y’é du burro, du miél, et de fllor una gota,

                              Qu’a marenda fornir (= fenir) nos ne porrens pas tota ;

                              L’èthrâblo et pôt ben suâf (ésiêment) les doux tropéls cachiér.

                              Le jorn fuit, dedens fôt d’acuelyir dèpachiér…

mas dês que les mots sont rebetâs dens l’ôrdre naturèl, cen devint una prosa èlèganta :

Y’é du burro, du miél, et una gota de fllor, qu’a marenda nos ne porrens pas fornir tota ; et l’èthrâblo pôt cachiér ben suâf (ésiêment) les doux tropéls. Le jorn fuit, fôt dèpachiér d’acuelyir dedens…

Un ôtro problèmo s’est posâ a Python, o est l’amôr entre doves gens du mémo sèxo, qu’on retrôve dês la seconda ècloga. O est por cen qu’il at balyê una ôtra fôrma de ceta-ce, yô que l’objèt dèsirâ per lo bèrgiér n’est ples « un joueno èscllâvo », mas una jouena felye.

On at pu reprochiér a noutron poèto friborgês d’avêr trop emprontâ de mots u francês, on devrêt a de bon dére u latin, de-couta lo francês. D’ense dens la seconda fôrma de la dousiéma ècloga (1):

               L’Amôr, cél Diô cruèl, at troblâ mes béls jorns

               Tot coment l’aquilon troble un rio dens son cors.

               Engrata, prisa mielx çtes demores rustiques

ben sûr, quârques mots come aquilon arant pu étre remplaciês per « bise », mas coment trovar en patouès des mots tâls que « cruel » ou « ingrat » ?

Les èclogues de Python ont étâ publeyêes châ yena, avouéc vis-a-vis lo tèxto latin solament, si ben qu’on ne savêt ples u justo gouéro il en avêt traduites. Cen n’est qu’en 1855 que lo totâl, a de bon les siéx premiéres, at étâ publeyê per J. L. Moratel, avouéc una traduccion mot a mot. Mas ceta seconda publicacion n’at pas yu més de succès, si ben qu’el n’étêt pas ésiêe a trovar. Cen n’est donc qu’en 2022 que celes èclogues sont en mémo temps rebetâyes en prosa, transcrita dens una ortografa francoprovençâla, et non patouèsa, et por les quatro dèrriéres, complètâyes d’aprés la traduccion francêsa de la colèccion M. Nisard, Paris, 1850.

J’é èprovâ de gouardar lo vocabulèro friborgês, et la construccion des frases la ples cllâra possiblo, quand ben mémo quârques-yenes érant ben complicâyes. Quârques côps j’é remplaciê des endrêts pou cognus des gens de houé per des endrêts qu’on trôve dens les Alpes et les Prèalpes, come Python l’at fêt lui-mémo en parlant du Rôno. On porrat changiér ceti tèxto, que demando d’étre benvelyent avouéc lui, come châcun lo vodrat. Quârques vèrs, fôt ben dére, n’ont pas étâ ésiês a traduire en patouès, come ceti vœ d’Alfèsibê que soupire de n’étre ples amâye de Dafnis, dens la huétiéma ècloga :

               …que Dafnis sêt possèdâ por mè de la méma ardor encurâbla.

En èsperant que ceti tèxto ferat cognetre en mémo temps la poèsie de Virgile, les honétos èfôrts du joueno Python, et la biôtât de la lengoua francoprovençâla…

(1) La fôrma "ècloga" (et na "ègloga" come en francês) vint du latin "ecloga", lui-méme du grec ek-logê "choix, extrait ", que Python at conservâ en "ècloga".

 

Menjot de la Peca (emmodâye translatâye du francês a l’arpitan per NM)

IMG_20220127_0001_edited.jpg

BIBLIOTHÈQUE  ROMANE

 

DE  LA  SUISSE

 

ou

 

RECUEIL

 

de morceaux écrits en langue romane de la Suisse occidentale

 

 ACCOMPAGNÉS  D’UNE  TRADUCTION  LITTÉRALE

 

par J.L. Moratel

 

 

 

 

 

 

LAUSANNE

IMPRIMERIE  DE  J.S. BLANCHARD  AINÉ

_____________

1855

 

 

 

 transcrit en ORB large

par Menjot de la Peca, 2022

BUCOLICOS

 

de

 

Virgilo

 

 

en diéx èclogues,

 

traduites en Vèrs Hèrôicos & Dialècto Gruveren

 

per un poèto Hèlvèto-Nuitonien [1]

 

 

et dèdiyês a tués les Compatriotos,

Amators de la Poèsie

& Protèctors des Sciences et des Arts

 

 

 

Prix : 7 batses l’Ècloga per Soscripcion

senon 8 b. 3 kr.

 

 

A Fribôrg en Suisse,

Vers Beat-Luvis Piller

Emprimor des LL.EE.

1788

 

[1] Cél poèto est Jean-Pierre Python, nèssu a Arconciél en 1744. La Nuitonie (en francês Nuithonie, en alemand Üchtland, est na règion de l’ouèst de la Suisse avouéc les veles de Bèrna, Soluro et Fribôrg. Por distingar Fribôrg en Suisse (de Fribôrg-en-Brisgô en Alemagne, per ègzemplo), on pôt dére « Fribôrg-en-Nuitonie », en allemand Freiburg in Üchtland, mas pas ben sovent. Cél nom vindrêt de la tribu gèrmanica des Nuitons (en latin NUITHONES), de mémo Üchtland que vint de Nüchtland.

Bucolicos, prèface_edited.jpg

Prèface

 

 

Cé possemente (portant) un viâjo l’ovrâjo promês: ouè, gouétiéd-lo cé. Se y’é chômâ d’atot, n’est yu que dens la viua de mielx plére a mes Lèctors. Adonc rèssuscitar un lengâjo enseveli dens l’obscuritât depués dês ora doux mile ans, en-d ètablir et assignér a châque partia de l’orèson ses règlles particuliéres, les fére a jouyér le bél premiér viâjo tant en prosa, qu’en vèrs, n’est pas un tâcho asse facilo a remplar, qu’on le sè porrêt ben imaginar u premiér abôrd. M’en su teriê portant, et avouéc la satisfaccion que, se mon ovrâjo n’at pas oncora tota la pèrfèccion dèsirâbla, les pênes encreyâbles que mè su balyêes por la lui procurar, dêvont rendre mes fôtes èxcusables, sur tot s’on vôt ben considèrar qu’a l’avantâjo d’éthre le premiér de son èspèce, il rèunét oncora cél de dissipar totâlament l’èrror yô una bôna empartia (partia) de mes compatriotos sont yus tant qu’ora, qu’un idiômo aportâ et plantâ dens lor payis per les mêtres de l’univèrs, un idômo que dèrive les três quârts du latin, et le résto du grèc et de l’hèbrœ, consèquament des três lengoues les ples saventes, les ples reches, les ples bèles et les ples polies, manque de tèrmos, de biôtâts, de règlles, de principes, et singuliérement qu’usse le dèfôt d’éthre enscriptiblo. Èfèctivament se y’ècriso d’atot des caractèros que châcun sât liére du premiér côp, a quârques petites obsèrvacions prés, et qu’on troverat cé-aprés, sa scriptibilitât n’est-el pas dèmonthrâye? se les tèrmos dont il est composâ, sont prod abondants por translatar les lengoues tant viventes que môrtes, sa rechèce n’est-el pas mêssa en èvidence? se les racenes de çlos tèrmos, dont ne difèront sovent pas du tot, coment "homo", "tèrra", "planta", "sement", etc. et des viâjos que d’una lètra, d’una silaba ou de tèrminèson, coment "âpro", "côrna", "dona", "vin", "pan", "fam", "sêf" (seits), "utilo", "solido", etc., sont plênes d’ènèrgie, de grâces et de biôtâts, ne-qui (qui) porrêt contèstar çles prèrogatives a lors dèrivâs? Se totes les lengoues du mondo ant des principos gènèrals et comuns entre lor, se châcuna at sa façon particuliére de dècllinar, conjugar et de pleyér les mots dens la construccion, en un mot, se châcuna at sa sintaxe a pârt, per quina rêson et fatalitât est-il que la nouthra en serêt privâye? Les at donc coment les ôtres avouéc lors rechèces, grâces, biôtâts; et n’y at qu’a liére çti petit èssê qu’en publeyo, por s’en convencre. La matiére qu’en fât le sujèt est les BUCOLICOS de Virgile, sêt diéx chants de Bèrgiérs nomâs "Èclogues", traduits en vèrs hèrôicos romands et dialècto gruveren. Matiére qu’é crussa (crua) d’atant més devêr éthre gôthâye, que la via pastorala fât et les dèlices et l’una des ples grôsses rechèces de la Patria. Se y’é dèvenâ justo, et rendu a muens mâl, ne vôl pas dere les biôtâts ‒ câr n’aré jamés la fèblèsse et la prèsompcion de le crêre ‒ mas l’idê de mon inimitâblo Ôtor, mè crèré prod dèdomagiê de mes pênes, et mon contentement serêt a son comblo, se mon petit ovrâjo povêt un moment amusar ses lèctors, et s’il avêt le bonhor de lor plére.

Por facilitar [1] la lèctura d’un lengâjo emprimâ por le premiér viâjo, on troverat cé-aprés quârques Obsèrvacions sur les lètres dont la prononciacion subit le més de variations.

 

Notes:

[1] «Lo ples sovent celor que devesont patouès crèyont que lor lengoua pôt pas étre ècrita. O y at ben sûr dens lo patouès des sons et des articulacions qu’on trove pas dens lo francês; O est por cen qu’on ne sarêt ècrire tot lo patouès avouéc l’alfabèt francês en lèssient ux voyèles et ux consones lor valor ordinèra. Celi qu’ècrit lo patouès dêt fére des novéls assemblâjos de lètres, et, per des règlles cllâres et prècises, dèterminar lo son que  reprèsenterat tâl ou tâl assemblâjo de voyèles, l’articulacion que ferat a vêre tâl ou tâl assemblâjo de consones. Ôtre cen, fôt betar des règlles d’ortografe, et cen n’est pas du premiér côp qu’on rèussit. Ben que l’avocat Python nos balye pas ice tot lo rèsultat de son travaly, nos comprègnens les pênes pas crèyables que s’est balyêes… » (Traduit du francês per NM)

REMÂRQUES

sur les lètres les ples dificiles a prononciér

 

            C, ni cèdilyê, ni prècèdâ d’un -t, devant a, o, u, sè prononce coment dens le francês,

            C, cèdilyê devant a, o, u, de mémo.

            C, devant e, i, parèlyement.

            C, prècèdâ d’un t, et cèdilyê devant totes les voyèles, se prononce coment z ou tz des Alemands.[1]

            Ch, coment dens le francês, hormis dens les mots que végnont du grèc, yô sè prononce k.

            Ch, prècèdâ d’un s prend la prononciacion du tsch des Alemands[2].

            G, devant a, o et u, coment dens le francês.

            G, devant e, totes-vies coment s’ére prècèdâ d’un d.[3]

            G, devant i totes-vies coment dens l’italien.5

            G, devant a, o et u, coment dens le francês.

            Gl solèts, item dens eigl, eigland, Glôdo, glena, glenar, coment l’l molyê des francês.[4]

            H aspirâye, coment dens le francês.

            H non aspirâye, de mémo.

            H doce ou cèdilyêe, coment s’ére prècèdâye d’un s.[5]

            J consona ou devant les voyèles, coment dens le francês.

            I voyèla, méma chousa.

            LL solètes ou dens eill, adés coment l’l molyê des francês.[6]

   OL, coment ô, ou totes-vies grant (= long), sôf dens « sol », quand signifie ‘solely, tèrren, nota’, yô sont côrts,               coment « bè-mol ».[7]

Notes:

[1] « Come o est ètranjo de vêre un ç devant l’e et l’i, nos ècrirens lo tç de Monsior Python per tz. »

[2] « Se l’on ècrit sch, lo t que 'l entre dens ceta consone, ne sè vêt pas. Nos ècrirens pletout tch.

[3] « Ceta consone sè trove sovent dens lo dialècto friborgês, yô que noutro s et noutro z devegnont gènèralament chuentents. »

[4] « L’avocat Python ècrit lo l que sè prononce ll ou ly tantôt per gl, tanôt par ll. Quand o y at dejâ prod combinêsons novèles de lètres, o est-te pas una fôta d’en accèptar doux por reprèsentar una méma articulacion ? Nos ècrirens lo l palatisé per lh. »

[5] « Noutron ôtor n'èxplique pas tant ben la prononciacion de ceta consone. Come a nos, les tèrmos lui mancâvont por cen dére. Cen qu’il ècrit per sh est una forta aspiracion acompagnêe d’on s on pou grasseyê, on pou come lo th des Anglês ou du thêta des Grècs. Quârques viâjos, surtot devant lo r, il reprèsente ceta consone per on h tot solèt. o est por cen que dens la prononciacion de th ou sh o y at des nuances tant dèlicates depués lo th anglês tant qu'a l’aspiracion pura et sempla, que cen serêt pas possiblo de fére la difèrence. ‒ Dens le Canton de Vôd,  ceta consone est pas emplèyêe pir dens les Alpes : el y est remplacêe per t, ou par ss, ou par hll. (aspracion sur l mouillé). » Por étre cllâr, on trove [þ], th, dens lo mot « trace », mas [ç], hy, dens « traciér », mas asse dens « cllâr », « fllor ».  

[6] « L’avocat Python ècrit lo l palatisé que sè prononce ll ou ly tantout per gl, tantout par ll. Quand o y at dejâ prod combinêsons novèles de lètres, cen serêt-te pas una fôta d’en accèptar doux pour reprèsentar una méma articulacion ? Nous écrirens lo l palatisé per lh. » En ORB, on fât la difèrence entre « molyér » et « gllace », quand ben on prononce parèlyement en patouès gruveren.

[7] « O est prôd sûr que l’avocat Python a adoptâ ceta ortografa por rapelar lo l des mots francês que sont les mémos, mal, municipal, etc. Mas nos amens mielx l’o avouéc un circonflèxo dessus. ‒ fôt pas  mèclar en patouès l’o long avouéc la voyèla reprèsentâye per au. Lo son de cela-cè 'l est celi que nos avens dens lo latin AUFERRE, dens lo grèc autos, dens l’alemand auf. (traduit du francês per NM)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ARGUMENT

DE LA PREMIÉRE ÈCLOGA.

 

           Aprés la batalye de Filipes (Phillippi, Philippes)[1], yô le parti de Brutus et de Cassius fut dèfêt, Cèsâr Octavien, qu’on nomat dês depués Ôgusto (Auguste), et Antonius (Marc-Antoine), son Colègo, devegnus Mêtres de l’Empiro Romen, rèsoluront de balyér por rècompensa ux Sordâts vètèrans que les avant sèrvis dens çla [2] guèrra, les bens de çlor que s’éthant dècllarâs por le parti de Brutus, suivent les promèsses que lor avant fêtes u comencement du Triumvirat. La vela de Crèmôna entre ôtres s’ére atachiêe u parti de Brutus. On en distribuat donc le tèrritouèro ux vielyos sordâts, et en dèpolyét les ancians possèssors ; mas coment cél tèrritouèro ne fut pas sufisent, on y ajoutat cél de Mantoua, dont les habitants furont confondus dens le mâlhor des Crèmônês a côsa du vesenant (vesenâjo).

           Le pâre de Virgile possèdâve una petita tèrra dens le Mantouan ux enverons d’Andès (Andes, aujourd'hui Pietole) : çla tèrra fut assignêe a un centurion du nom d’Arius, ou selon d’ôtros, a un Sordât vètèran a nom Gllôdo (Claude). Virgile sotegnêt de Polion (Pollion), que comandâve adonc quârques lègions dens la Gôla Cisalpina, yô Mantoua ére situâye, et de Quintilius Varus, que prèsidâve a la distribucion des tèrres, obtegnét du joueno Cèsâr Octavien le rètablissement de son pâre dens le tèrritouère que possèdâve a Andès. Çta Ècloga fut donc composâye por rendre grâces a Cèsâr de cél benfêt. Le Poèto y dèpintét son bonhor, et le mâlhor de ses Concitoyens. Fut l’an de Roma 713 que sè fesét çla distribucion des tèrres, desot le Consulat de Sèrvilius Isauricus, et de Lucius Antonius, frâre du Triumvir.

           Le Pâre de Virgile est le Titiro (Tityre) de çta Ècloga. O est a lui que convégnont çlos tèrmos : CANDIDIOR BARBA, SERA LIBERTAS, FORTUNATE SENEX, et ôcunament a Virgile, que n’ére âgiê que de vengt-et-huét a vengt-et-nôf ans, quand composat çta Ècloga [3].

           U résto, les tèrmos d’èscllâvo, de sèrvituda sè pregnont alègoricament. Virgile et son pâre érant nâs de condicion libra. Per les noms d’Amarilis (Amaryllis) et de Galatê (Galatée) fôt entendre Roma et Mantoua. Mèlibê (Mélibée) represente les Mantouans chaciês de lors tèrres.

 

[1] Batalye de Pilipes en Macèdouèna orientala qu’oposat les triumvirs Octâvo et Marc-Antouèno contre les rèpubliquens Brutus et Cassius, que furont vencus en octobro 42 devant Jèsus-Crist.

[3] Menjot de la Peca utilise "çla", "çlos", etc., quand la fôrma patoouèsa n’at que pou de rapôrt avouéc "cela/celos", etc. come "hou, ha, hle", etc., surtot dens les vèrs car ils ont pir una silaba (monosilabicos), cen que o ètêt lo cas dens les vèrs de Python. Quand il at rebetâ les mots dens l’ordro et en prosa, il at ben sûr pas tout reprês. (NM)

[2] Ux alentôrns de 40 devant Jèsus-Crist. Titiro est un viely boviér, Mèlibê est un chevriér èxpropriâ et ègzilâ.

Argument ècloga 1.jpg
ècloga 1_edited.jpg

BUCOLICOS

 

ÈCLOGA  I

 

MELIBÊ (Mélibée), TITIRO (Tityre)

 

Mèlibê           

A l’ombro du foyârd come assetâ sur una ploma, quin jouyo que le tio (lo tin), quina fèlicitât! De mémo que dèrriér un rediô (pendent, cortena) de fenéthra, te mènes de musica, ô Titiro, et ta musa champéthra rend dês desot tes dêgts des acôrds ravéssents; te mènes, les ècôs rèpètont tes accents. Mas nos ‒ tâla est du sôrt l’enjusta barbaria! ‒ nos quithens a regrèt nouthra chièra patria, acuelyês por alar ne sé yô dens le mondo, èfreyér les humens d’entendre nouthros mâls; tandis que reposant sur le lis ou la goetrosa (pipèta), te vantes ta grâciosa dens tes subtils chançons; çtos bouescs sont embèlis per ses charmos pouessients, tot rethrone per-cé du nom d’Amarilis (Amaryllis = Roma).

 

Titiro              

Un Diô ‒ câr quin mortèl est ples digno de cél nom ? ‒ un Diô solèt est l’ôtor de cél benfêt remarcâblo. Mas dês ora betâ u rang des imortèls, cél Hèrô mè vèrrat, bèrgiér, sur ses ôrtals, por rendre son côr divin propicio a mes souhèts, ofrir le sangllant sacrificio d’un tendro agnél. O est lui qu’assurat mon repôs dens çtos luès: lui dêvo tot, mêson, prâts, champs, bôfs, feyes, bouescs, et mon Amarilis, mon comblo de fortena.

 

Mèlibê           

Y’admiro ton bonhor, sen jalosie ôcuna. Te sâs gouéro (comben) le fèr per cé-outre s’est dèchênâ: des sordâts èthrangiérs, des barbâros sordâts ant bani le repôs de çti charmant asilo; et sen avêr prês pârt a la guèrra civila, dens le mâlhor comon nos sens tôs confondus. Te vês des bens que y’é pèrdus de mes tropéls, le pou de feyes que y’é de résto, et çti matin oncora un accident funèsto m’at pas luen de per-cé privâ de doux agnéls. Ah! sen dôbta le cièl volêt comblar mes mâls. Sur un liét de tepa ils avant prês nèssance, Titiro, hèlâs! ils érant mon unica èspèrance. Y’arê dû le prèvêre: sovent de cél mâlhor, les Diôs avant prês souen de prèvenir mon côr. Sur un tristo ciprès (cyprès), y’é aouyu la vouèx d’una cheva (chuva, chuvetta) sur ma gôche pas muens de três viâjos, et la fudra est chesua cé tot prés sur çti châno. Três viâjos ils ant prèdét le dèstin de mes bens. Ye n’é pas profitâ de cél droblo prèsâjo; mes mâls m’avant ôthâ l’usâjo de ma rêson. Mas aprend-mè, quin Diô t’at acordâ sa favor?

 

Titiro              

Cèsâr, qu’at comblâ le bonhor des Romens. Mè musâvo, o vesin, dens mon èrror provonda, que la supèrba Roma fèconda en mèrvelyes n’ére pas u-dessus de çlos tristos quentons, yô nouthros confrâres vant vendre lors moutons. Comparâvo come cen les velâjos a la vela, les sapéls (sapèles) orgolyox a la viârba dêbla (dèbila), ux timidos agnéls les bôfs les ples tèrriblos, u lion dèvorant le cèrf le ples pouerox; et mon pou d’èxpèrience ne savêt pas oncora fére la difèrence du grôs u petit. Les rampârts redôtâs de Roma s’èlèvont tot-pariér u-dessus des ples vâstes citâts, coment le châno fier sur le ples mégro arbusto.

 

 

Mèlibê           

Quina oura t’at conduit en çti sèjorn ôgusto ?                    

 

Titiro              

La libèrtât, que rend çtos luès tant fortenâs, m’y at menâ, ben qu’un pou târd, por dere veretât. Quand y’en é entreprês le penâblo voyâjo, ja quârques rides m’arâvont (mè laborâvont) le vesâjo. Adonc mè risent des mèpris de Galatê (Galatée = Mantoua), y’éro ateriê vers una novèla biôtâ; câr mè fôt avouar, quand cél sention (gâtion) volâjo mè tegnêt assèrvi dens son dur èscllavâjo, ye ne povêt prometre a mon côr agitâ l’èspouèr de retrovar la doce libèrtât; et sen cèssa ocupâ du dèsir de lyé plére, o m’at falyu chargiér un ôtro du souen de fére la tardiva mêsson de mes champs nègligiês. Y’éro èscllâvo adonc; mas les temps sont changiês: la jouena Amarilis, cél côr tendro et suâvo, mè procure un bonhor que n’osâvo atendre; nan, mon ârma jamés n’at amâ tant tendrament.

 

Mèlibê           

Titiro, el at por tè le mémo emprèssement, quand te dirigiêves ta corsa vagabonda vers cél luè que le Tibro (Tibre) arrose de son onda, sa color dèlavâye per tant de legremes, el fesêt entendre sa dolor tant qu’u cièl; des feyes èrrâvont tristes et sen bèrgiére, ses prâts érant sen hèrba, ses champs plens de bruviére; el jetâve sur nos un regârd languéssent, un regârd dolorox; mas Titiro ére absent: nouthros dèsirs s’acordâvont avouéc les sios (les sins), tot, tant qu’a l’arbusto, plorâve ton absence.

 

Titiro              

Et que povê-yo fére dens cél tristo sèjorn? Y veyê Galatê châcun de mes jorns; mon amôr mâl èthient renèssêt de ses cindres, mon côr ne povêt tenir a ses demandes tendres. M’at falyu la quithar por prendre bon chavon. Roma ofréssêt adonc a mon èspouèr cél Hèrô tant joueno et tant sâjo a la vês, u quin doze vês l’an ye rendré mes homâjos. Ye l’é viu, Mèlibê, pués y’é osâ lui contar tués les mâls qu’ont côsâ mes chagrins. Dês qu’il at entendu le sujet de ma crenta: «Dissipa la dolor que t’at tant èthrent l’ârma, te serés èxcèptâ de cél mâlhor comon, tè rendo,» ço mè fât, «tes bens, ta libèrtât; te pôs reprendre la govèrnance de l’hothâl. »

 

Mèlibê           

D’ense donc, brâvo ancian, per un côp de chance, te ne quitherés pas çtos prâts adés flloris, yô tes tendres chançons enchantont les esprits; tes moutons atentifs ux sons de ta fllotèta, vindront danciér en fôla utôrn de ta houlèta, et t’amusar mémo per lor dox bèlement. Tè-mémo te porrés, môlament assetâ a la riva des rios que cortisont çtes planes, rèspirar lo sôfllo des Zèfirs amouerox. Un èssem bordonant vers çtos bôrds champéthros, aprés avêr enlevâ les trèsors des fllors, t’enviterat sovent per son murmuro amâblo a gôthar la docior d’un repôs agrèâblo. Et quand t’arés dormi una vouarba come cen, les brâvos accents du dox rossignolèt, et la vouèx rouche et plentiva du pinjon aprovèsiê charmeront tôrn a tôrn ton orelye atentiva; tandis qu’un charroton prèssant de l’ècorgiê un mojon que trace son selyon trop plan, por calmar son humor nêre et mèlancolica, mècllerat ses chançons ux sons de ta musica.

 

Titiro              

O est Cèsâr, que m’assure un dèstin tant charmant. Le cièl sèrvithrat d’aliment ux chamôs, on vèrrat les pêssons hèrbar sur les montagnes, les lions prèfèrar ux dèsèrts les campagnes, les Scitos (Scythes) habitar u méten des Romens, le Tigro (Tigre, fleuve) arroserat les planes des Gèrmans, la Nêrégoue (Neirigue, Nérive, rivière) alrat juendre son onda a l’Ufrata (Euphrate), et j’arê fêt enfin la rionda de l’univèrs, devant que cél benfêt traciê dens mon ârma pouesse en-d éthre èfaciê per un coupâblo oubli.

 

Mèlibê           

Que ton sôrt, Titiro, est difèrent du nouthro! Nos n’ens fêt na frésa de mâl ni l’un, ni l’ôtro: Mèlibê tot-pariér et tes Concitoyens alront dês ora gemotar sur les bôrds de Frigie (Phrygie); u méten des Lapons, nacions avides de sang, les uns vant habitar çles règions arides, yô l’hivèrn at fondâ l’empiro des gllaçons; dens çlos climats tèrriblos d’ôtros sont ègzilâs, yô l’Afriquen folant des arênes (sables) bourlantes, tâche en van d’apèsiér la sêf que le tormente; d’ôtros vers les Bretons sèparâs du mondo, et qu’ant jurâ de massacrar nouthra Nacion.

Què! bani (bani) por adés de çtos charmants rivâjos, ye ne revèrré més çtos prâts, ni çtos bocâjos, sèjorn de mes ancians, cultivâs per lors souens, et dont le revenu sufit a mes besouens? Ye ne revèrré més çta demora champéthra, dont l’yérra (lièrra) tant ben pâre la fenéthra, yô le jonc, le foyârd, le mirto adrêt fasciê (trèciê), desot çti têt ben cllôs ne m’ant jamés lèssiê sufrir? Ô ma vela, ô mon payis! Luès por mè plens de féthes! Est-o donc por adés que vos m’éthe enlevâs? Cél marès (palud) droméssent, fromelyent de pêssons, çtes risentes prâries; et mes reches mêssons; çtes feyes, que fasant mes ples tendres dèlices, vant devenir le butin de barbâres milices, et dês ora nurrir d’avides lègions? Romens, vê-que le fruit de vouthres dissensions! Vê-que, mon Mèlibê, por quina tropa endigne t’entâves (grèfâves) ton jordél, te plantâves ta vegne: vê-que por qui, avouéc tant de mâl, nos ens betâ en rapôrt, prod fôls! nouthros prâts, nouthros champs!

Ah! puésque le dèstin mè devint contrèro, fui luen de mè, tropél que y’âmo, ye ne pouè dere gouéro (= comben)! Chèrche por tè gouardar un bèrgiér ples chanciox; mè, ne pouè més adocir la colère du sôrt. Assiegiê des tavans, torturâ per les mouches, en l’êr come suspendu sur les fins bècs des roches, ye ne tè vèrré més corre aprés la vèrdior, tandis que gôthâvo la docior d’un avri; ye ne tè vèrré més rechèrchiér per çta plana ni citiso (cythise) fllori, ni sôge ni genciana, ni més sôtelar (sôtaliér) ux accents de ma vouèx. Adiô, pouro tropél, por la dèrriére vês!

 

Titiro              

Puésque l’encontro nos assemble tués doux per-cé, tè fôt vers nos sobrar por çta nuet, ço mè semble. Ye t’y pouè presentar un passâblo repâs, les peréts de mon jordél ne tè dèpléront pas. Y’é du burro, du miél, et una gota de fllor, qu’a marenda nos ne porrens pas fornir (fenir) tota; et l’èthrâblo pôt cachiér ben suâf (ésiêment) les doux tropéls. Le jorn fuit, fôt dèpachiér d’acuelyir dedens: u méten des verèts d’una alégra fumiére, luen et lârjo, a l’othâl ja châque cuseniére tè brace, tè secort sa sopa, son papèt: en muens de doux quârts d’hora tot est prèst a sèrvir. Les ombros de la nuet que chesont des montagnes, semblont en ôgmentant nos chaciér des campagnes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ARGUMENT

DE LA SECONDA ÈCLOGA.

 

 

          Virgile dèsirâve d’obtenir un joueno èscllâvo atachiê a Polion (Pollion); mas çti-ce ne pôt consentir a quithar son Mêtre, por sè balyér a Virgile. Enfin Polion le lui avêt cèdâ. Virgile l’enstruisét dens les sciences, et en fasét un èxcèlent Gramèrien. Le Poèto dens çta Ècloga empleye les èxprèssions les ples vives por marcar sa tendrèsse por cél èscllâvo, dont dèguise le nom desot cél d’Alèxis. Marial (Martial) prètend que l’èscllâvo Alèxis fut balyê a Virgile per Mècèno (Mécène). Cél pouent est pou important et ne merete pas qu’on lé s’arréthe. Pôt-étre nios ben (asse-ben) que Virgile n’at yu d’ôtra viua dens çta Ècloga que de representar una passion viva, a l’imitacion de Tèocrito (Théocrite) dens son Idila quatriéma. Çta Ècloga et la suiventa sont rapelâyes dens la cinquiéma; mas on ne pôt pas dèvenar en quin temps prècisament sont yues composâyes.

 

 

           Ceta Ècloga at ètâ un câssement de téta por Python. Coment présentar u public “naciônal” l’amôr homosèxual de Corydon por «Alexis, un géonno éhlâvo attatchi à Pollion»? Il en balyerat una sèconda vèrsion, yô que la pacion vat a una fèna.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ÈCLOGA  II

 

ALÈXIS

 

           Le bèrgiér Coridon (Corydon) ére envediox sen par (sen parèly/pariér) d’Alèxis, que n’avêt en biôtât son semblâblo, et que savêt plére en très-tot a son Mêtre; betâve ben sovent le jorn a le chèrchiér, a tracolar per les bouescs, les bouessons, les bruviéres, et coressêt les jors, les montagnes por ren.

           «Ô cruèl Alèxis! T’èstimes tant pou ma musica! Mes torrents de legremes ne tochieront ton côr! Te n’arés pas la muendra pediêt de mes mâls, te mè farés morir enfin per tes rigors? Ora te vês portant la vache cuchiêe a l’ombro, et le lenzèrd (lezèrd) cachiê desot l’arbusto sombro; et u ples grôs chôd du jorn Testilis (Thestylis) balyér ux sètors (sètres, seyors) lacél, serê, salârda ragôtanta, du sèrpolèt pilâ, de l’âly et de la menta, por rendre la vigor pèrdua per les travâlys. Ah! que mon sôrt est de grôs difèrent du lor! Mè, suportant la ravor (chalor)d’un solely bourlant, de corre aprés tè, n’é d’ôtra consolacion que d’aoure les bouessons rethronar de grelyèts. Atant o usse valyu cent viâjos avalar les biles d’Amarilis (Amaryllis), suportar ses outrâjos, et sèrvir Mènalcas (Ménalque) dês l’ârba tant qu’u nuet, tot nèrôd qu’il éthêt, et per blanc que te sês. Ô bél enfant! Ne tè fia jamés trop a ton tient; le blanc cusselyon (freselyon) chêt, la gresala est megiêe. Te ne vôs pas de mè, ni te demandes jamés ne-qui su, Alèxis, ni les tropéls que y’é. Por-o (portant) tégno ux monts de Sicila mes mile feyes, le chôd-temps come l’hivèrn ne végno fôr (manco) de lacél. Chanto cen qu’Amfion chantâve de Dircê[1], quand grôs lacél tegnêt[2] sur le mont Arancito Actê[3]. Ni ne su pas tant pouet: a la riva de la mar, en son calmo y’é viu l’ôtro hièr ma figura; et se cél merior ne m’at dét que du veré, ye n’arê pouere de Dafnis (Daphnis), quand nos t’arans jujo. Oh! Vans-mè pire ensemblo a tes poures campagnes, habitar çles câses, teriér les cèrfs; acuelyir per les roches les tropéls de chiévres; chantant per les bouescs, te suidrés les traces de Pan.

O est lui que le premiér s’est betâ a rengiér pués fagotar de cire un nombro de sublèts[4]. Çla Dèitât prèside ux feyes, ux pâthors. Ni ne tè repens d’avêr menâ la fllôta. Por aprendre tot cen, què n’at pas fêt Amintas (Amyntas)? Tégno a l’hotâl na fllôta ravéssenta per ses sons, que compte sèpt sublèts, tués de tons difèrents; o est du grant Admètas que l’é yua por ren. U moment de sa môrt: «Vesin, mè dit, acuta: t’és le second que menerés ma fllôta. Tin-la: tè quitho, et dio por tot côrt tèstament, qu’ora t’âs l’unico enstrument de l’univèrs.»

           Le desêt; mas na colica violenta en at chargiê de dèpit le fôl, le briaco (ètordi) d’Amintas. N’est pas tot: doux chevréls trovâs sur les bèques, l’un et l’ôtro a la pél tacholâs (bardelâs) de blanc, alètont (tètont) l’una de mes feyes, les tè gouârdo; quand ils aront lor grossor, seront des tot supèrbos. Tèstilis (Thestilis) les mè vint demandar châque enstant: les arat, se mes presents ne tè fant plèsir. Portant, bél enfant, vin cé! Les ples bèles des vièrges t’aporteront a l’envi des lis per charges; cé violètes, pavôts, lé le narcis, l’anis, que tè sont presentâs per la blanche Nayis (Naïs); et una crobelye plêna de grant romani, de sôrci, de marjolèna, de rouses, de violiérs (gèroflleyes). Mè-mémo ora vé tè chèrchiér des pomes, les mèlyors que gent pouesse megiér sur tèrra. Et tè sèrvir un splendido dèssèrt de mes mans, de coca, de bavôd (pruna)[5], et de perèt sen semblâblo, de châtagne, abricot, de resim admirâblo, dont mon Amarilis (Amaryllis) fasêt sa gormandie. M’en vé bien vito mariar les suâves odeurs de vos, mes charmants lôriérs, de vos, mes galès mirtos. Su rustico: Alèxis ne vôt pas de mes dons; mas què derêt Jolas, se m’en pregnêt un? Le misèrâblo! Y’é pèrdu la tramontana (l’èmo), y’é bru (èchôdâ) mes fllors, chaciês les sengllars dens la fontana. Le fôl! porquè fuir? Les Diôs mémos portant ant habitâ les bouescs; Pâris en fasét atant. Qu’en ses veles Palas (Pallas) fasse sa rèsidence: nos balyens ux forrâs (bochalèts) sur tot la prèference. La liona suit le lop, çti a son tôrn la chiévra, çta le citiso en fllor et un et tués les jorns; mè, tè suivo, Alexis! Mas châcun at son gôt, on ne s’est pas fêt sè-mémo, çta chousa est balyêe per la natura. Gouéte çlos bôfs quithar lor jog et lor charrue, por alar gôthar un dox repôs sur l’hèrba; Vènus nos anonciér le retôrn des âstros; les ombros de la nuet chaciér la-vie (viâ) le jorn; brèf, tot fornét, que cél amôr que mè tormente, que n’at de limites, et que s’ôgmente adés més.»

           Coridon, Coridon! quina folie t’at prês? Ne pouè tè comprendre, su surprês de tè. Lèssiér la vegne lé a demi pire pouâye, l’égoue a sa fantasie menâye bâs per le prât; cé l’ârbro, le jordél, la sêp a l’abandon, a la loge ni pâl, ni lata, ni cordon; le crato (paniér alongiê) tot pèrciê, la crobelye dèfêta, le van tot abimâ, l’èchiéla pas refêta; l’hotâl sen buches, sen jonc et sen osiér, por taconar tot cen qu’ora on at lèsir. Chèrche dens le môvés èthat de tes aféres, un ôtro qu’Alèxis, se te ne pôs lui plére.

 

 

 

[1] Amfion (Amphion), qu’at bâti Tèbes (Thèbes) en fasent bugiér les piérres avouéc les sons de sa lira ; Dircê, fèna de Licos (Lycus), rê de Tèbes, que fut changiêe en fontana.

[2] Tegnir lacél: fére valêr des pâturâjos de montagne avouéc un tropél; tenir grôs lacél vôt donc dére avêr un grôs tropél.

[3] Aracinto Actê (Aracynthe Actée = Attique ), mont de Bèocie (Béotie).

[4] Le diô Pan avêt agllètâ un nombro de sublèts avouéc de la cire por fére la « fllôta de Pan ».

[5] Bavôd, -a (en patouès bavô, -da, chiéz Python bavol, en francês de l’endrêt bavaude): grôssa pruna, pas d’èxtra, que diont atot «proma a cayon».

ÔTRA VÈRSION

DE LA SECONDA ÈCLOGA.

 

 

           Yô Alèxis est mètamorfosâ en Iris, et yô l’amôr vif et tendro, que le Poèto chèrche a èxprimar, parêt mielx a sa place, surtot dens la boche d’un Bèrgiér Gruveren. Le Lèctor bènèvolo (benvelyent) porrêt balyér la prèfèrence a çla des traduccions que lui plérat le mielx.

 

 

IRIS

 

           L’âstro bourlant du jorn, sur çtes pèsibles rives, vèrsâve dês mi-jorn les ardors les ples vives, quand Coridon (Corydon), èrrant dens la frèyor des jors, marronâve ses dolors ux dèsèrts atendris. Il adorâve Iris; d’una plana vesena, il cudiêve l’ateriér u hôt de sa colena. Iris éthêt promêssa ux fuès d’un ôtro Amant, et el plegnêt Coridon, sen lui balyér la man. Cél amouerox bèrgiér coressêt, come un sarvâjo, tués les jorns sè cachiér dens des èpès folyâjos. O est lé qu’èyent conduit ses tropéls languéssents, il souspirâve un jorn çtos dolorox accents:

           «Fornéde, sombros jorns d’una pedosa via, puésque tota èsperance a mes vœs est ravia. Puésqu’un ôtro Bèrgiér per-cé mè prend ton côr, porquè, cruèla Iris, vodrê-yo vivre més? Plend a muente les mâls que ta rigor mè côse; o est l’hora du jorn yô tot per-cé repôse. Le mêssonior tranquilo, a l’avri du solely, rèpâre sa vigor dens lo sen du repôs; de-couthe lors tropéls dens un bochalèt sombro, Silvia (Sylvia) et son bèrgiér gôthont le frès de l’ombro. Privâ de çlos lèsirs, et bravant la chalor, ye promèno per çtos bouescs ma couésenta dolor. A mes gèmissements l’ècô parêt sensiblo, tot mè plend, senon ton côr, que demôre enflèxiblo. Que n’é-yo demandâ les fèrs d’Amarilis (Amaryllis)! ou ben ofèrt mes vœs a la filye d’Ègon! Lors grâces, o est veré, n’ègâlont pas tes charmos, mas ye plaquerê (cèsserê) dês bél tèrmo de plorar vers lor.

           Ah! ne compta pas tant sur tes bèles colors, un jorn pôt les fllapir, coment il fllapét les fllors. La biôtât n’est qu’un lis; l’ârba vêt sa nèssance, a son retôrn çla fllor n’at ja més d’ègzistence. Mas porquè mè fuir? Y’é des tropéls ben grôs dens les champs qu’Arètusa (Aréthuse)[1] abreve de son rio. Mes feyes sont fècondes en lacél nurréssent, mémament quand l’hivèrn gllace l’êr et les ondes; dens mes chants ye ranimo les êrs d’Amfion[2], gâgno sovent le prix des concèrts champéthros. Et se le riolèt pur, que cortise çta plage, n’abuse pas mes uelys d’un fllatosa émâge, se la mar pinture ben u merior des égoues, quand els ne sont pas bressiêes per le sôfllo des vents, en consultant l’ôtro hièr cél cristâl imobilo, ne mè su pas paru tant stèrilo en atrèts.  N’usse (n’èye) pas pouer, Iris, d’habitar çtes forêts, les plèsirs y nêtront de tes tendros atrèts. Les sincèros amôrs, pou cognus dens les veles, ant cièrsu des retrèts (retrètes) dens çtes câses tranquiles; sovent juegnent la vouèx des uséls ux chançons, nos aourens les ècôs rècitar lors leçons. Nouthros chants vâldront sur la doce mèlodia des êrs dont le diô Pan sât charmar l’Arcadia. Il est cél Diô, le premiér qu’at trovâ le secrèt de teriér des fllôtes des sons harmoniox. Pan règne sur les bouescs, il âme les campagnes, il est le Diô des bèrgiérs, des feyes et des moges. T’arés des docilos tropéls a tes ôrdres, te les vèrrés danciér u son du chalumô : ye tè gouârdo un hôtbouès que semble fêt por tè, la docior de ses sons èthone mémo l’usél. Tirsis (Thyrsis), prés d’èxpirar, a la fin d’un hôt âjo, m’at lèssiê cél tèmognâjo de son amitiêt. Ye juendrê, por tè plére, u don de cél bèrgiér, una bèla houlèta, et des agnéls megnons. Ye tè dèstino oncor doux chevréls, qu’avouéc pêna l’ôtro jorn y’é sôvâ des joncs du lèc d’Omêna[3]. Lisa en serêt jalosa, el les mè demande adés. Mas pariérs dons sont trop béls por d’ôtra qu’Iris. Por tè tot sè fât bél, tot pare les campagnes, sur tes pâs lergiérs Flora assemble ses compagnes. Les chemins sont senâs d’una mêsson de fllors, les êrs sont parfumâs de l’encens du forél; les Nimfes des égoues, setout le matin, volont dens les cortils, y remplont lors crobelyes; lors mans sant t’arrengiér les dons qu’els ant recuelyis, et mariar les rouses ux ples béls des violiérs (gèroflleyes). T’arés les tot fins mèlyors peréts de mon jordél, dont Galatê (Galatée) fasêt chiére que ye ne pouè dere. Tués mes fruits sont pinturâs du ples vif coloris, et ils seront ples charmants quand les t’aré remês. Y’é des mirtos (myrthes) flloris: lor vèrdior ètèrnèla est le simbolo herox d’una chêna fidèla. Tè cultivo asse-ben des lôriérs tojorn vèrds, y’en consacro sovent u Diô des tendros vèrs. Mas, què dio-yo, fôl, dens ma nêre tristèsse! Quina niola obscurcét les jorns de ma jouenèsse? Y’éthê libro ôtra-vês, et mon pèsiblo côr ne savêt cen qu’éthêt qu’una sombra langor. Ma southa, mon tropél, mon champ comblâve mes vœx, y’éro le ples herox que la tèrra portâve; l’Amôr, cél Diô cruèl, at troblâ mes béls jorns, tot coment la bise troble un rio dens son cors. Engrata, gôtha mielx çtes demores rustiques; les diôs ant sovent fêt lors musiques dens çtos bouescs, les déèsses asse-ben ant tochiê nouthres fllôtes; Diana, ouè, at gouardâ le tropél d’un pâthor. Que la fièreta Palas (Pallas) âme le bruit des veles; Vènus prèfère u bruit çtes cabânes tranquiles. Tot suit l’impèriox atrèt de son penchient, les côrs sont mêthreyês per un charmo secrèt. U sèjorn des tropéls le lop chèrche sa petance, le tendro agnél sè plét a la riva flloria. Por mè, charmanta Iris, per un penchient trop dox, ye sento qu’o est por tè que le dèstin m’at fêt mon côr. Vans projèts, vœs pèrdus, trop stèrila tendrèsse!»

           Coridon, yô t’empôrte una endigne fèblèsse? Dens les antros des bouescs ta vouèx sè pèrd u luen; consacra ton hôtbouès a des êrs muens tristos. Dens le temps de tes mâls, dens çtes nêres contrâs, te lèsses sen sotin tes vegnes mâl pouâyes; fui le charmo enchantior de cél lèsir fatal, balye d’utilos jorns ux travâlys d’un Pâthor.

«Alens-nos-en, moutons; quithens çtos luès sarvârjos, dês ora nos alrens dens des ples béls hèrbâjos, puésque mes vœs sont vans; alens vers Galatê, dissipar les mèpris de l’ensensibla Iris.»

 

[1] Arètusa: nimfa uprés d’Artèmis, que la transformat en fontana vers Siracusa por èchapar u fluvo Alfê (Alphée).

[2] Amfion (Amphion), qu’at bâti Tèbes (Thèbes) en fasent bugiér les piérres avouéc les sons de sa lira.

[3] Lèc d’Omêna (en francês Lac Noir, en alemand Schwarzsee): lac naturèl dens les Prèalpes Friborgêses.

ARGUMENT

DE  LA  TRÊSIÉMA   ÈCLOGA.

 

 

          Çta Ècloga, entitulâye PALÈMON, contint un dèfi entre doux bèrgiérs, Damètas (Damète) et Mènalcas (Ménalque).

Çla sôrta de poèmo sè nome « amèbê » ou altèrnatif. La lê de cél poèmo est que le second, que rèpond, surpasseye ou por le muens ègaleye cél qu’at chantâ la premiére cobla (= coplèt). O n’est pas nècèssèro que suive la méma pensâye: il pôt mémament la combatre  et la dèstruire. Les chançons des doux bèrgiérs sè rèpondont tant justament, que Palèmon ne pôt sè dètèrminar a balyér la prèfèrence ni a Damètas ni a Mènalcas.

            O n’est pas ésiê de dèvenar quin an çla ècloga fut composâye, ni quins sont les pèrsonâjos que Virgile entroduit sur la scèna. Vâlt mielx n’en ren dere que de balyér des conjèctures frivoles. Pôt-éthre nios ben (asse-ben) que le poèto n’at yu d’ôtro dèssen que de representar, a l’imitacion de Tèocrito, un combat de Bèrgiérs. Guétiéde ses Idiles (Idylles) IV et V.    

  

ÈCLOGA  III

 

MÈNALCAS, DALMÈTAS, PALÈMON

 

Mènalcas       

Un objèt sèriox cé tot a côp m’arréthe; Damètas, di-mè vêr, a qui sont çtes béthyes, a Mèlibê (Mélibée)?

 

                                   Damètas                                           

Nan, mas a Ègon: cél bèrgiér m’at dês l’ôtro hièr chargiê du souen de les gouardar.

 

Mènalcas       

Poures feyes! Béthyes adés enfortunâyes! Tandis que vouthron bon mêtre dit a Nèèra des chouses passionâyes, et ne crend pas sens rêson que ye lyé sê prèfèrâ, qu’o n’alye pas son tren: cél èthranjo bèrgiér, cél bèrgiér mèrcenèro, vos arrie per hora de viâjos ne sé gouéro; suce trop les mâres, afame les agnéls et les pèrd, coment se les avêt franc sagnês.

 

Damètas        

Dens tes reprôjos a des gens bâtis de nouthra sôrta, apôrta muens de chalor et més de resèrva. Se nos avans volontât de tè mochiér, tèmouens, antro sacrâ… nos porrans tè citar… Mas oque qu’en quatro mots tèrmene la quèstion: les bocans lor-mémos t’ant fêt des grobes (grossiéres) menes: oncor que les Nimfes[1], ben enstruites du côp nêr, ussont fêt des risârdes de lor grôssa favor.[2]

 

Mènalcas       

Por ora, Damètas, començo a tè comprendre, sen dôbta por cél côp te vôs nos fére entendre qu’en larron ils mè viront d’atot la sèrpa adonc talyér les ârbros et les vegnes de Micon (Mycon) ?

 

Damètas        

Ou plethout lé-outre vers çlos foyârds centenèros, quand d’una colère dont ne s’aout gouéro parlar, encontre tes genolys te t’és mês a trossar l’arbalètha de Dafnis (Daphnis), et bresiér ses carréls. Cél present fêt a cél bèrgiér joueno et amâblo t’avêt ja rendu tant semblâblo ux Furies, que te serês môrt inque de rage et dèpit, se te n’avês trovâ moyen de lui nuire.

 

Mènalcas       

Ah! coment vant alar les aféres des mêtres, se des lârres de vâlèts ôsont fére des tâls côps? Ne t’é-yo pas viu de mes uelys, fripon que t’és, enlevar çti chevrél fôr du tropél a Damon? Ne tè sovins-tu pas que Licisca (Lycisca, na chena) japâve, et que quârqu’un de nos criâve fèrmo aprés tè: « U larron, u larron! lé le pendârd que fuit? Yô? su ben èbayi: dedens, Titiro (Tityre), acuelye! » Adonc n’éres-tu pas, sen bruit et sen lantèrna, acropenâ a tèrra dèrriér çla grôssa vèrna?

Damètas        

Lui! Ne m’arêt-il pas dû retornar cél chevrél, que y’é gâgnê per ma vouèx et ma fllôta sur lui? Cél chevrél, se te vôs le savêr ben, ére mio, ni Damon lui-mémo desêt qu’il fusse sio; mas solament qu’il ne povêt m’en fére l’abandon.

 

Mènalcas       

Adonc tè! Te l’arês gâgnê per tes chançons, per tes êrs? Tè! Cen est pas creyâblo! Dês quand âs-tu una fllôta a nombro de sublèts? Âs-tu jamés menâ de musica ou chantâ per les bouescs des ôtros êrs que de chuvèta et de chavan (lucherô, lucheran)?

 

Damètas        

Quin des doux mène mielx, volens-nos vêre vito? Mè, por prix de ma pârt, beto çta râra tôra (torèla, vache que pôt pas bouèbar, betar u mondo un petit, ou que bouèbe sur lo târd): el balye ses doves sèlyes per jorn, el nurrét doux véls; di-mè cen que te vôs gagiér de ton coutâ?

 

Mènalcas       

Ye ne pouè fèrmar (gagiér) na piéce solèta de mon tropél; y’é mon pâre a l’hothâl, qu’est ben luen d’éthre béthye, il vêt de son uely pèrcient le vouedo de tot luen; et sè m’hasardâvo de fére oque coment cen, ma marâthra, qu’est fèna sen misèricôrda, el mè terierêt por sûr et d’abôrd a la côrda. Ye tè pouè dere que ne sè pâsse de jorn du mês, qu’ils ne fassont doux viâjos le tôrn du tropél. L’un compte les feyes, et l’ôtro les chevréls: que de côps ye recevrê se yon en-d-ére mancant! Mas puésque te t’és tant rechôdâ la cèrvèla, qu’en mè dèfiant te crês fére bèla mèrvelye, m’en vé tè proposar pari d’un ples grand prix, et que tè-mémo tâl te vâs por sûr trovar. Y’é a l’hothâl dens l’ârche de foyârd doux rârs vâsos, que sont l’ovrâjo de cél divin Alcimèdon: una vegne en relièf, qu’èthend ses branchètes, cé de blava yérra (lyèrra), lé chargiêe de resim, les vethe tot utôrn des ples reches parures. U fond sont doves bèles figures gravâyes: sur l’un te troverés çla du nôblo Conon[3], sur l’ôtro çla de… mas, coment est-il donc a nom? Cél qu’at por adés partagiê per des legnes strictes les limites du globo ux poplos divèrs? Cél qu’at dètèrminâ les temps de la charrue, qu’at dét quand fôt bâs l’èpi, quand recuelyir les fens? Çlos vâsos n’ant jamés aprochiê de ma gôrge: nan, ye les é cotâs dens l’ârche tant que houé.

 

Damètas        

Asse-ben mè y’en-d é doux du mémo Alcimèdon. Lors anses sont ornâyes de raméls d’acanto, qu’aprés en-d avêr fêt la rionda en sèrpentant, dens le ples grant transpôrt tôrnont bèsiér lor fonda. Orfê (Orphée) parêt u fond, menant de musica u côr des bouescs, que ravis per ses chants vant pertot le suivent. Jamés oncor un viâjo solèt mè su pèrmês l’usâjo de çlos vâsos por m’apèsiér la sêf ; crente de les cassar, crente de les conchiér, avouéc grant souen ye les é tegnus cachiês dens l’ârche. Mas, se te vôs fére atencion a nouthron mojon, tes doux pots en comparèson ne seront que misère.

 

 

 

Mènalcas       

En van houé te vodrês m’èchapar per ruses; mè, su content de tot, mè, ne reculo pas. Que cél bèrgiér que s’avance vers nos a petits pâs, acuteye nouthros chants, aouse nouthres gajures, et sêt nouthron jujo. O est Palèmon, que t’aprendrat ben que jamés ne fôt dèfiar les gens.

 

Damètas        

Ah ça! se te n’âs pas la tétha tota bua (vouèda), comence vêr un viâjo a nos chantar la tia. Su d’avanço assurâ qu’o serat dècidâ que la tèrra jamés n’at portâ mon pariér. Ne cregno nion; mas, chier Palèmon, pondèra ben nouthros chants: l’atencion est fôrt nècèssèra por jugiér justament la quèstion des parties: tè préyo de volêr ren nèglegiér por cen. Ne s’agit pas d’un ren, mas de grôssa fèrmance (gajura). Por ora y’é tot dét: avance pire a l’ovrâjo.

 

Palèmon        

Chantâde vêr, Bèrgiérs! Alens, veyens-mè cen, ora que nos sens ben assetâs a la vèrdior, que l’ârbro, que le champ nos champont fôr lors gèrnos, que les bouescs de novél sè paront de lors charmos, que Flora prodigue ses dons, et que nos ens, en un mot, la sêson la ples bèla de l’an. Mas, Damètas, por ne pas vos confondre, tè fôt comenciér; Mènalcas, tè, te n’âs qu’a rèpondre. Chantâde cobla a tôrn; balyéd-vos du lèsir, les chants d’ense altèrnâs fant plèsir ux Muses. Que cél ôrdre sêt tegnu ; seyéd prudents et sâjos, se vos volyéd que seyont reçus vouthros homâjos.

 

Damètas        

Muses, nos volens comenciér per Jupitèr. Et la tèrra et le cièl sont tot plens de cél Diô: o est lui qu’arrôse les prâts, lui que fèconde les champs, qu’enspire mes chançons, et que seconde mes êrs.

 

Mènalcas       

Por mè, le Diô des vèrs ne m’at jamés tènâ (hayê); y’é tojorn dèstinâs des presents por lui: un milyér de lôriérs, tot atant de jacintes des ples vives colors, et les ples bon sententes.

 

Damètas        

La jouena Galatê (Galatée), més d’un viâjo per jorn, mè lance des peréts, et mè jouye des tôrns; pués el s’enfuit vito sè cachiér dèrriér çtes vèrnes; mas solament aprés que y’é prod viu ses balivèrnes.

 

Mènalcas       

Vers nos vint le bèrgiér Aminta (Amyntas), l’objèt de mes dèsirs, que sât oncora ples sovent apèsar mes souspirs. Ja Dèlia[4] lyé-méma, la via de çti sèjorn, n’est pas, a l’hora qu’o est, mielx cognua de mes chins.          

 

Damètas        

Por ma tèndra Vènus mes dons sont tot prèsts; y’é marcâ le sapél yô pôrtont ses colombs.

 

Mènalcas       

Çti matin végno de mandar a mon Aminta diéx oranges recuelyies sur un sarvajon, dont mes bôniéres[5] sont tojorn ben fornies; et su sûr que deman il s’atend a pariér don.

 

Damètas        

Gouéro de viâjos Galatê m’at-el cortisâ per çtos luès, et tegnu le ples dox des lengâjos? Oures que fendéd l’êr, portâde pire, se vos plét, quârques paroles tant qu’ux orelyes des Diôs!

 

Mènalcas       

Mas, mon tendro Aminta, mas quina utilitât aré-yo que ton côr sêt tant portâ por mè, se, tandis qu’ux sengllars te livres viva ataca, mè fôt gouardar et les felâs et la barraca?

 

Damètas        

O est houé mon jorn natâl, Jolas, manda Filis (Phillis) vers nos: quand ye faré le sangllant sacrifiço de ma moge a Cèrès por ses prèciox fruits, ye t’envito de venir a mon banquèt sacrâ.

 

Mènalcas       

Mè, houé tè mandar Filis, que fât tota ma via! Tot docement, vesin! El at de l’èscient, el m’èstime fôrt, et quand ye m’en vé el vèrse des torrents de legremes en mè desent: « Adiô, bél Mènalcas, adiô ! »

 

Damètas        

De totes les tempéthes menacient les èthrâblos, lo lop, por assurâ, est le ples redôtâblo; les ploges trop chargiêes por les môres mêssons. Les oures sont des fudres por les ârbros, mas por mè n’é de ren tant pouere en çti mondo que de vêre mon Amarilis en colère.

 

Mènalcas       

Les somârs (gagnâjos, èrmos, vièros, sèmôres) senâs demandont la docior, les chevréls delètiês, la verdior du frâno; ux chiévres portantes fôt la sôge pleyenta; por mè, por rèspirar, ne vôl que mon Aminta.

 

Damètas        

Polion (Pollion) prend plèsir d’acutar mes chançons, que sont totes fôrt simples et rustiques. Vos, Muses, que lui acordâde tant de favor, gouardâde una moge por cél digno galant.

 

Mènalcas       

Bèla râva que cen! Polion fât des vèrs, que l’univèrs ne pôt prod liére, admirar; gouardâde por cél nôblo galant un joueno bôf qu’èpoventeye ses gouârdes en secosent les côrnes, en batent la tèrra du pied en enragiê, et que fasse èlargir des nuâjos de puça en l’êr.

 

Damètas        

Que cél que trôve en tè, Polion, le Fènix des Muses que sont alâyes sur tèrra, et que t’âme, coment mè, du côr le ples provond, parvégne ux hôts honors que sont dûs a tes meretos, que le miél lui coleye pertot en abondance, que tot luè s’emprèsseye de lui balyér bombance, que l’ârbro le ples hôt, le ples bâs des bouessons balye a son chemin le ples frès des parfums.

 

 

Mènalcas       

Que cél que Bavius ne têne pas oncora, ameye les mégros êrs que Mèvius nos mène: que prod fôl il apleyeye u temon les renârds, et arrieye en abondance desot les bocans!!

 

Damètas        

Vos bèrgiérs, que recuelyéde prontament des fllors et des frèyes (frâses) de çtos luès, et ben luen vos enfuéde: ja dês grant-temps una frêda sèrpent atend desot l’hèrba tot prés a vos agouelyonar les mans.

 

Mènalcas       

N’acuelyéde pas les moutons tant qu’a la fina riva: vos éd viu l’histouère de cél-lé qu’est tot molyê.       

 

Damètas        

Titiro acuelye çles chiévres luen du rio; ja mè-mémo, quand fôt, les laveré u bornél.

 

Mènalcas       

Acuelyéde, bèrgiérs, vouthres feyes a l’ombro, desot quârque foyârd que sêt prod vâsto et sombro; câr se coment l’ôtro hièr la chalor revegnêt, et que le lacél tegnêt tot èpèssi dens l’uvro, les mans de l’armalyér le ples subtil farant sen dôbta des vans èfôrts por en-d arriar la gota.

 

Damètas        

Ô grants Diôs, quin mâlhor! Dens l’hèba tant qu’ux rens, gouétiéde-les, mes bôfs, sècs coment des hârengs; l’amôr, qu’est la ruina de la sandât du bèrgiér, est cél que fât portar piétra mina a son tropél.

 

Mènalcas       

Ye tè pouè dere qu’o n’est pas du tot l’amôr nan ples, qu’at rendu tant mégros tués çtos tendros agnéls: ils ant les ples grôsses pênes de sè tenir sur pied, monthront les ôs, et dês ora n’ont pas més de sang dens les vênes; mas ne sé pas du tot m’imaginar per quin regârd malin ils sont d’ense fascinâs.

 

Damètas        

Endica-mè l’endrêt d’una partia du mondo, yô le cièl n’usse més de três ônes d’èthendua. Se te mè rèponds coment fôt, adonc tè promèto qu’adés te mè serés le tot grant Apolon.

 

Mènalcas       

Di-mè en quina des contrâyes de l’univèrs les fllors nêssont totes marcâyes des noms des rês: se te mè rèponds adrêt, tè cèderé Filis, oncora que mon côr ne bate que por lyé.

 

Palèmon        

Ye ne pouè dècidar vouthron câs. Mas acutâde: tués les doux vos meretâde le prix du combat, et cél que chanterat, coment vos, la trompiosa docior de l’amôr, les mâls et les sengllots…

Ah ça, bèrgiérs! O est bon: fremâde-mè le bornél, ora les égoues sont prod menâyes per les prâts.

[1] Nimfes (nymphes): divinitâts qu’habitont les bouescs, la mèr, les fontanes…

[2] Por mielx comprendre, vê-que les paroles de Virgile: « Sovin-tè de mènagiér un pou més tes reprôjos. On sât asse-ben de tes aventures ‒ quand les bocans t’agouétiêvont de travèrs… et quârque antro consacrâ ux nimfes… Mas les nimfes en ont risu, els sont tant ‘bôna pâtha’! »

[3] Conon: gènèral atènien (444 - 390 dev. J.C.)

[4] Dèlia (Délie): la déèssa Diana, qu’est nèssua dens l’ila de Dèlos; el vôt pas sè montrar ux homos.

[5] Bôniére: endrêt yô qu’on cache les fruits ou qu’on les gouârde por les bônar.

ècloga 2_edited.jpg
ècloga 2_edited.jpg
Argiment ècloga 3.jpg
ècloga 3.jpg

Argument ècloga 4_edited.jpg

 

ARGUMENT

DE  LA  QUATRIÉMA   ÈCLOGA.

 

 

La quatriémo Ècloga est adrèciêe a Polion (Pollion), Consul l’an de Roma 714[1], et que sur la fin de cél an fut chargiê de la guèrra contre les Partos (Parthes), poplos de la Dalmacia atachiês u parti de Brutus et Cassius. Il trionfat de çlos poplos sur la fin de l’an suivent. Virgile dens çla Ècloga fât l’horoscopo d’un enfant ilustro, u quin il aplique des ancianes prèdiccions qu’on dèbitâve a Roma desot le nom de la Sibila de Cumes. Mas quin est cél enfant ? Il est cen sur qui les Comentators ne s’acôrdont pas. Ils en nomont quatro : doux qu’on dit éthre felys de Polion ; Marcèlus fely d’Octavia, suèra d’Ôgusto ; et Drusus dont Livia acuchiét dens la mêson de cél Prinço, três mês aprés que l’ut èposâye et enlevâye a Tibèrius-Claudius Nèron, son premiér homo. Mas on pôt, ço semble, ècartar les doux felys d’un simplo particuliér tâl que Polion, ux quins on ne sarêt aplicar les idês magnifiques du Poèto, et les alusions a la pèrsona d’Ôgusto. Marcèlus, dont la nèssance avêt prècèdâ u muente de doux ans le Consulat de Polion, ne pôt éthre non ples l’objèt d’una piéce composâye aprés cél Consulat.

[

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ÈCLOGA  IV

 

 

Muses[26] de Sicila, hôssens nouthros chants, ora nos ens a chantar un sujèt ben ples grôs : tot alégros que sont la bruviére et l’arbusto, ils ne pôvont pas plére a châcun. Se les bouescs fant le sujet de nouthres chançons, gouétens qu’ils ne seyont pas endignos d’un consul. Cél dèrriér temps, la Sibila[27] en vèrs nos prèdit qu’il arreve, cél temps tant dèsirâ por le mondo et la vela : ja nos nêt un novél ôrdre des sièclos ; Astrê[28] descend du cièl, avouéc son aspèct por nos rejouyir. Saturno[29] vat ja recomenciér son royômo, et des novèles gens vegnont bâs dês le cièl por nos menar.

En acordent tes secors, et balyent tota chance, Lucina[30], protège la nèssance de l’enfant, que vat banir por adés les sièclos de fèr, et rendre l’âjo d’or a çti vâsto univèrs. Tendra divinitât ! dissipa nouthres pênes ; il est ja ton Apolon[31] qu’at les rènes du mondo. Ilustro Polion (Pollion) ! O est desot ton consulat que vat renêthre l’ècllat de çlos temps dorâs ; pèrla de nouthros jorns, o est desot tes ôspicios que nos ne vèrrens pas més trace de nouthros vicios ; se aprés les prodijos que nos ant èbayis, o est ja ben possiblo qu’una solèta sobreye. O est desot tè, que n’aouesent pas més le bruit des ârmes, la tèrra por adés oublerat ses alârmes. Un jorn, dens cél enfant d’imortèla origina, revivront les hèrôs de sa race divina ; et le mondo le vèrront règir per lors vèrtus, et siegiér dens lors consèlys cuvèrt de glouère. La tèrra, tot coment ressalyia de l’onda, sen le côp de travâly, sen cultura fèconda, bél enfant, t’ofrithrat mile petits presents, et produirat pertot l’yérra reluisent, le nârd sarvâjo, l’acanto mècllâ de nènufar ; la chiévra balyerat sa granta sèlye plêna, les tropéls ne crendront pas la furor des lions ; ton brés sè parerat de fllors et de verdior ; la sèrpent sè mucierat, tot come l’hèrba qu’empouesone, le parfum du Levant nêthrat sur çtes colenes.                                       

Mas, quand t’arés aprês l’hèrôismo guèrriér de tes anciens vencors, et la lê des grands côrs, et principâlament l’histouère de ton sègnor (= pâre), sa vèrtu, ses èxplouèts, et son fasto de glouère, una reche venenge, aprés d’amples mêssons, ofrithrat des resims tant que sur les bouessons. Les chânos durs sueront le miél en abondance ; portant sobrerat quârque forberie, por remuar les èsprits, u luè de les calmar ; les vèsséls cuvriront oncor les vâstes mars, les campagnes oncor sè vèrront cultivâyes, les veles résteront entourâyes de rampârts ; una novèla Argô, desot un ôtro Tifis[8], porterat des guèrriérs sur les champs de Tètis[32]. Les murs d’una ôtra Trôye (Troie), la tiola avouéc l’asselye, seront abandonâs u fèr d’un ôtro Achilo (Achille).

Mas çlos réstos lergiérs de nouthros mâls passâs disparêthront enfin, por jamés revenir. Quand aprés l’herox cors de ta jouenèssa ilustra, te serés parvegnu a ta vengtiéma anâye ; et quand, passant des juès ux soucis de ton rang, te marchierés pariér ux Diôs de ton sang, ren ne manquerat més u bonhor de la tèrra ; la pèx replongierat la guèrra u fond du Stix[33] ; ègâlament fèconda por tués ses habitents, la tèrra en tot climat produirat tués les bens. A travèrs les dangiérs des vagues encèrtênes, nos n’irens ren chèrchiér dens des plages luentênes ; sen travâly, noutros champs et les poyèts piérrox fixeront en tot temps et Cèrès et Bacus[34]. Les ârts laboriox devindront inutilos ; les moutons, en hèrbant sur nouthros champs fèrtilos, brelyeront revethus des ples reches colors, sur lor la porpra et l’or formeront mile fllors ; l’endustriox travâly de la simpla natura, sen les secors de l’ârt, produirat lor parura. Tâls seront çlos béls jorns.

Du templo des dèstins, una vouèx mè transmèt çlos ôguros cèrtins : ja houé, por acomplir çlos fortunâs prèsâjos, les fatales suères, sôverênes des âjos, ont adociê lors lês ; vèyo ja le fusél qu’at felâ l’âjo d’or dens la man de Clôtô[36], uvrir l’hèrôica charriére de çlos béls jorns. Sen atendre le temps, franchés-en la barriére : pars, vola et sui la glouère, enfant chèri des diôs, jouyo de Jupitèr, èspouèr de çtos bâs luès ! Tot sè monthre sensiblo ux honors de tes ans ; le cièl est ples risent, Nèptuno[37] ples pèsiblo ; l’univèrs assurâ d’un sièclo de bonhor, dance ja vers le brés de son Rèstorator. Ô jorns, ô temps herox ! oh ! se les dèstinâyes èthendant tant qu’adonc le fil de mes jornâyes ! Ôgusto Marcèlus ! Ye vodrê consacrar les réstos de ma vouèx a chantar tes grants fêts. Ne mè farant pouent pouere ni le chantro de la Trace (Thrace), ni Linus[38] assistâ des Muses du Parnasso[39] : Pan[40] mémo, comparant ses sons a mes acôrds, s’avouerêt d’abôrd vencu per mes chançons.

Comence, herox enfant d’una dona (mâre) charmanta, a rèpondre ja houé a sa ples doce atenta ; combla ses tendros vœs per des justos retôrns, et que tes premiérs rires pregnont lor cors vers lyé : les pênes, que nôf mês el at suportâyes por tè, meretont ben d’éthre rècompensâyes coment cen. Enfant charmant, fâ-lo : o est l’unico moyen de devenir frâre et concitoyen des diôs, de megiér avouéc lor, d’avêr et la chambra et la man d’una Déèssa, coment ye tè l’é promêssa.

[26] Les Muses érant nôf divinitâts, filyes de Jupitèr, que prèsidâvont ux ârts.

[27] Sibila (Sybille) : profètèssa que rendant des orâcllos, dens ben des endrêts ; mas cela de Cumes, en Campanie, prétrèssa d’Apolon, étêt le grant orâcllo nacional por les Romens.

[28] Astrê (Astrée) : déèssa de la justice, qu’est devenua la constèlacion de la Vièrge.

[29] Saturno (Saturne) : fily d’Uranus et de Vèsta et pâre de Jupitèr, Junon, Nèptuno…, il at règnê sur le Laciom (Latium).

[30] Lucina, déèssa qu’est presenta ux acuchements, et que Virgile pense éthre la méma que Diana.

[31] Apolon (Apollon) : diô grèc, pués romen, des ârts, du chant, de la musica, de la biôtât, de la poèsie et de la lumiére.

[32] Argô : le batô des Argonôtos ; Tifis (Tiphys) : pilote de l’Argô.

[33] Tètis (Thétis) : nimfa de la mar, mâre d’Achilo.

[34] Stix (Styx) : una reviére des Enfèrns, que sont lo royômo des môrts.

[35] Cèrès (Cérès) est la déèssa des mêssons et Bacus (Bacchus) est le diô de la vegne et du vin.

[36] Clôtô (Clothô) est una divinitât du destin, yona des três «  fatales suères », les Mouères (Moires) chiéz les Grècs, les Parques chiéz les Romens ; Clôtô est cela que file le fil de la via des humens, tandis que Laquèsis (Lachésis) le dèroule et Atropos le cope.

[37] Nèptuno  (Neptune) : diô de la mèr.

[38] Linus ou Linos, menor de lira, mêtre d’Orfê (« le chantro de la Trace ») et d’Hèrculo ; il avêt un jorn blâmâ Hèrculo, que l’at adonc tuâ avouéc sa lira.

[39] Parnasso : montagne de la Grèce, sèjorn d’Apolon et des Muses.

[40] Pan : diô de la via pastorala.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ARGUMENT

DE  LA  CINQUIÉMA   ÈCLOGA.

 

 

Doux bèrgiérs, Mènalcas et Mopsus, fant l’èloge funèbro de Dafnis (Daphnis). L’un tèmogne la dolor qu’il at de sa pèrda ; l’ôtro chante son apotèose. Virgile est le Mènalcas de çla Ècloga, coment on le vêt per les vèrs 85 et 86. Mopsus est aparament l’un de ses Disciplos, cognu desot le nom de Cèbès. Dafnis, suivent l’opinion la ples probâbla, est Flaccus Maro, frâre de Virgile, que morut dens l’âjo d’adolèscence, coment le rapôrte l’Ôtor de la via de Virgile : AMISIT, ço dit, FLACCUM ADULTUM, CUJUS EXITUM SUB NOMINE DAPHNIDIS DEFLET.  Cé oncora doux vèrs d’un Ôtor ancian que confirmont çla opinion :

            TRISTIA FATA TUI, DUM FLES IN DAPHNIDE FLACCI,

            DOCTE MARO, FRATREM DIIS IMMORTALIBUS AEQUAS.

            « Quand te plôres la môrt de ton chiér Flaccus,

            Docto Virgile, t’ègâles ton frâre ux Diôs imortèls. »

            L’Amintas (Amynytas), dont çta Égloga fât mencion, est verésemblâblament un ôtro Disciplo de Virgile, rivâl de Mopsus, et le mémo, dont o est parlâ dens la seconda Ècloga.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ÈCLOGA  V

 

DAFNIS

 

MÈNALCAS, MOPSUS

 

 

Mènalcas       

Profitens, chier Mopsus, des prèciox moments que nos balye en çtos luès l’agrèment du vépro. Mè, ye chanto ; avouéc grâce, tè, te mènes la fllôta ; èprovens un concèrt assetâs sur çta mota.

 

Mopsus         

Mènalcas, t’és l’anâ, tè dêvo rèspèctar ; avouéc tè volontiér su tot prèst de chantar. Câr inque por t’uvrir le fin fond de mon côr, tes accents ant por mè les charmos les ples dox. Mas le sôfllo foliguèt des vents du cuchient brene trop le foyârd que tint çta place ombrâye. Alens desot çti pin, ou, se te l’âmes mielx, alens dens l’antro frès que n’en-d est qu’a três pieds : una vegne sarvâge en dècore l’entrâye ; dês tot temps çla grota est consacrâye a Fôno[41]. Y mèneré tes pâs ; lé tes nôbles chançons m’ofrithront du plèsir et d’utiles leçons. Mas, se mes vèrs sont durs, pardona ben a mes Muses cél dèfôt d’agrèment que ma jouenèsse èxcuse.

 

Mènalcas       

Aminta (Amyntas) solèt, le sé prod, ôse per çtos vanils tè disputar le prix de la fllôta.

 

Mopsus         

N’en sê pas surprês : dens son orguely èxtrèmo, cél bèrgiér dèfierêt le diô des vèrs lui-mémo.

 

Mènalcas       

Rècita les ples béls de tes êrs champéthros. Titiro (Tityre) gouârde prod les tropéls ; chanta Codrus[42] que muert por sôvar sa patria ; chanta la piosa endustria du tendro Alcon[43], quand il pèrce de cél trèt dècochiê sur la sèrpent que tenêt son fely entrefechiê ; ou plend dens tes chançons Filis, cél côr tendro, qu’ux bôrds de l’Hèbro at èxpirâ por Dèmofoon[44].               

 

Mopsus         

Sofre qu’a d’ôtros jorns ye tè resèrveyo çlos chants : m’en vé houé tè chantar un sujèt ples tochient. Y’é fêt des vèrs novéls, d’una râra structura ; sur le tronc d’un foyârd t’en vèrrés la gravura. Mas quand j’aré forni, comanda qu’a l’enstant mon fanfaron de rivâl, s’il pôt, en fasse atant.

 

Mènalcas       

Ye sé ja  la difèrence de tes chants et des sios. Encontre tè, Aminta, mâlgrât son arrogance, est come le grata-cul prés d’un rousiér brelyent, le sarvagen que le cède u pomiér dês tot luen.

 

Mopsus         

Se mes premiérs èfôrts m’ant meretâ quârque glouère, ye la dêvo a tes souens, y’en-d âmo la mèmouère. Gouéte-cé un antro, yô nos volens chantar. La dolor fit les vèrs que m’en vé tè contar, ye les é consacrâs u bèrgiér plen de charmos, dont la môrt nos plonge tués dens le duely sen fin.

« Dafnis (Daphnis) n’est més ! En van ma Musa le regrète ; ren ne siert de plorar. Ye le demando u bouesc, mas çti-ce mè rèpète : ‘Il at ja franchi les cièls.’ Dèstins trop rigorox ! empitoyâbla Parca36 !         Quins enjustos arréts prècipitont tant tout dens la fatala bârca cél Bèrgiér sen pariér ? Vèyo son uely èthient ; sa dona (= mâre) enconsolâbla plorar des rios dessus, ux diôs marronar ses mâls, mas per ren lor lê stâbla ne sè lèssiér emplorar. Enfortunâ Dafnis ! L’avida Prosèrpina[45] tè prend devant le temps. D’ense chêt le sapél, quand sa racena est trèsua dens son premiér printemps. Ô jorn verément sen pariér ! Quin duely veyens-nos pertot dens la natura, le solely sen cllartât, la tèrra sen parura, l’usél ne dere mot ? Les rios, tot èfreyês du mâl que nos abime, murmuront des sengllots ; l’horror d’un tristo bôrd, les lècs de nouthres legremes dèrochont bâs lors fllots. A çti enstant tèrriblo on entend gemotar les jouenes Orèades[46] ; et les sensibles Nayades[47] nos troblont le merior de lors fontanes. Les ècôs atendris renvoyont dês le fond des cavèrnes plentives les lamentâblos cris des Nimfes fugitives. Ja de tués les Pâthors pas un solèt ne mène en champ ses tropéls languéssents ; la fllôta réste muda, ou ne rend qu’a grants pênes des dolorox accents. Depués que le trèpâs, Bèrgiér, nos prive de tè, n’est pas més fétha por nos ; Palès[48] vint de fuir de çtes lugubres rives ; juè, plèsir, tot est viâ. Les prâts sont dèflloris, les champs tués martelâs de plantes enfèrtiles ; les cortils n’ant por fllors que des ronzes stèriles que vant lé s’ètalar. Nos devans les atrèts de çta contrâ plèsenta a tes charmos chèris, coment la vegne dêt son coloris u resim que l’at rendua brelyenta. Dafnis per çtos quentons at aportâ les mistèros de Bacus et son tirso[49] divin ; le premiér il at chantâ en vèrs plens d’ènèrgia le pouessient diô du vin. Il éthêt les amôrs et la premiére glouère des bouescs et des hamôs : fôt-o qu’il ne vive pas més, que le jorn sêt adés tristo ?

Cèssens de nos plongiér dedens la langor de nouthros mâls, alens rendre l’honor et les devêrs suprèmos ux mânos[50] du Bèrgiér. Rassemblâd-vos, pâthors, quithâde çles guirlandes et les habits de fllors ; venéd, aportâde des ofrandes funèbres, tués en nêres colors. Marchens sen fllôta, renvèrsens les houlètes, cuvrens-les de ciprès (cyprès). Sur çtos ôrtals senâs de blaves violètes ofrens nouthros regrèts : èlevens la tomba du bèrgiér sur la penta, prés de çlos antros vèrds, et por ètèrnisar sa mèmouère tant chèria, Enscrisens-y çtos vèrs :

                        Desot çti monument le bél Dafnis repôse,

                        Il n’at présque vécu que les côrts jorns des rouses,                                   

                        Il éthêt le Pâthor d’un amâblo tropél,

                        Lui-mémo, il ére oncor ples amâblo et ples bél.

                        Bèrgiére, que te vins dens çtos bochalèts sombros,

                        N’oubla pas de balyér des regrèts a son ombro,

                        A son vâs, cen que t’arés trovâ de mielx en fllors. »

 

 Mènalcas      

Ton chant m’at tot ravi : sa docior, sa structura dêt ses trèts engènus ux mans de la natura. Ye gôtho a t’entendre una docior ègâla a cela que cé ressent l’arido voyagior quand, por sè rèfrèchiér, il trôve quârque onda cllâra ou, por sè reposar, la frêchior la ples râra. Mas o est mon tôrn de chantar Dafnis ; il m’amâve, en fidèlo ye lui dêvo retôrn. Ne beto pas sa pèrda u nombro des dèsâstros : Dafnis dèifiâ règne u sèjorn des âstros, ses grâces, ses vèrtus trionfont de la môrt ; s’il muert por nos, il vit por un ples nôblo sôrt. Plentes, tristes compagnes d’un sombro duely, fuyéd de çtes campagnes ; bèrgiéres et bèrgiérs, prenéd l’hôtbouès. Chantens la mèmouère de Dafnis ; il n’at pas passâ l’onda nêre. Nan ! il vit et siege u rang des Diôs protègiors ; dês le pinâcllo du firmament il pôt, sen nuet et sen obstâcllo, contemplar la mârche et la cllartât des âstros, vêre desot ses pieds nuâjo, oura, èlujo, tonêrro, orâjo, les mars et les mondos divèrs en plêna libèrtât. Retornâde, juès, plèsirs, Nayades, Flora[51], Cèrès35, Amors, Driades[52] ; que tot aplôdésse u diô Dafnis en çtos luès : qu’il sêt chantâ sur les musètes, qu’un ècô nombrox nos rèpète : ‘Dafnis n’est més mortèl ; nan, il est u rang des Diôs.’ Ja desot son nèssent Empiro, tot nos promèt un bonhor pur ; tot èxpèrimente les favors de Dafnis : le lop devegnu muens avido, l’agnél pas du tot més timido, sôtelont rèunis dens les mémos valons. Se çtos luès t’éthant agrèâblos, sê lor Diô, lor sotin durâblo ; ne pôrta pas tes souens sur des bôrds èthrangiérs, procura-nos des jorns tranquilos, des bèles nuets, des champs fèrtilos, sê le Diô des tropéls et le Rê des Bèrgiérs. Te recevrés sur çtos rivâjos mémos dons et mémos homâjos que recêvont de nos les hôtes dèitâts. Suivu d’una fidèla tropa, y’iré vèrsar a plêna copa le vin et le lacél sur tes novéls ôrtals. Dens les fèstins, dens l’alégrèsse, èchôdâs d’una doce ivrèsse, nos tè cèlèbrerens a l’ombro des foyârds ; les bèrgiérs unis ux bèrgiéres formeront des dances lergiéres, et marieront lors vouèx u son des entruments. Tant qu’a l’âp fôr du sen de Flora ravithrat les dons de l’ôrora, atant, ô joueno Diô ! tes féthes dureront ; on ègalerat tes louanges a çlor du grand diô des venenges, et per-cé tes ôrtals brelyeront tojorn.

 

Mopsus         

Y’é més d’un viâjo aouyu l’agrèâblo murmuro sêt du Zèfir[53] nèssent, sêt du fllot le ples pur ; y’é sovent entendu les concèrts ravéssents des ples tendros uséls, des pâthors ben savents ; mas tués lors sons n’ant pas des dociors ègâles ux vèrs dont çta vèprâ ta Musa mè regâle. Nan : quin don pôt payér tant d’ègârds complèsents ?

 

Mènalcas       

Mon amithiêt, bèrgiér, prèvindrat tes presents ; prend-mè çta fllôta bâs, la tégno de Sicila ; el est du bouesc le ples râr, sa vouèx doce et facila ; d’atot y’é ja chantâ les prâts chargiês de fllors, les amôrs, les combats, les féthes des bèrgiérs. Pas un don ne m’est ples chier qu’una parèlye musèta ; mas recê de ma man çta supèrba houlèta ; sur son bronzo brelyent nouthros doux noms traciês sont tot entrelaciês d’una chêna de fllors ; Antigènes sovent la m’at prod demandâye, mas, Mènalcas, mon côr por tè l’at dèstinâye.

[41] Fôno (Faune) : diô (romen) de la fèconditât des tropéls et des champs, confondu avouéc Pan (grèc).

42] Codrus ou Codros : dèrriér rê lègendèro d’Atènes (XII° - XI° sièclo) ; un orâcllo lui avêt aprês que dens sa guèrra avouéc les Doriens l’avantâjo serêt balyê u poplo que son rê serêt tuâ, il sè dèvouat donc de per sè por les sios, en sè champant u méten de la mècllâ ; les Atèniens honoréront sa mèmouère, et aprés sa môrt doux de sos filys devenéront magistats (et non ples rês).

[43] Alcon : fely d’Èrèctê (Érechthée), 6° rê lègendèro d’Atênes et pâre de Falèros (Phaléros) l’Argonôto. Il ére un archiér tant adrêt qu’il arrevat a tuar una sèrpent qu’ètregnêt son fely, sen tochiér l’enfant.

[44] Dèmofoon (Démophon) : fely de Tèsê (Thésée) et 12° rê lègendèro d’Atênes, que prenét pârt a la guèrra de Trôye. En revenent, il abordat la Trace (Thrace) yô que Filis (Phillis), la felye du rê, tombat amouerosa de lui. Mas il modat et quârques ans aprés la princèssa sè tuat. L’Hèbro (l’Hèbre) est una reviére de Trace.

[45] Prosèrpina (Proserpine) : felye de Cèrès, enlevâye per Hadès/Pluton, le diô des Enfèrns. On vôt dére inque l’aviditât de la Môrt.

[46] Orèades : nimfes des montagnes.

[47] Nayades (Naïades) : nimfes des fontanes et des reviéres.

[48] Palès (Palès) : déèssa des bèrgiérs et des pâquiérs ; on trove asse-ben un diô des bèrgiérs qu’at le mémo nom.

[49] Tirso (Thyrse) : bâton coronâ de fôlyes d’yérra ou de vegne, atribut de Bacus.

[50] Mânos (Mânes) : âmes des môrts, chiéz les Romens.

[51] Flora (Flore) : déèssa des fllors.

[52] Driades (Dryades) : nimfes des forêts.

[53] Zèfir (Zéphyr) : vent d’ouèst dox et tiedo, en Italie il anonce le printemps.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ARGUMENT

DE  LA  SIÉZIÉMA   ÈCLOGA.

 

 

La siéziéma Ècloga est adrèciêe a Quintilius Varus, homo de grôssa considèracion a la Cort d’Ôgusto (Auguste), et qu’éthent yu Consul l’an de Roma 714, fut dens la suita dèfêt per Arminius avouéc três lêgions que comandâve dens la Gèrmania[54]. Il ére ami de Virgile, avouéc lequin il avêt ètudiyê les principos d’Èpicuro (Epicure) desot le Filosofo Siron (Syron). Çlos principos fant la matiére de çla Ègloga. Silêno (Silène), Nurressor et Prècèptor de Bacus (Bacchus), surprês per les Bèrgiérs Cromis (Chromis) et Mnasilo (Mnasyle), et per la Nimfa Èglê (Aeglé, naïade), lor èxplique l’origina du Mondo, selon la doctrina des Èpicuriens, et por portar ses Ôditors a l’herosa tranquilitât[55] dens laquina, suivent la méma doctrina, consiste le bonhor de l’homo, il lor fât a sentre per difèrents ègzemplos teriês de la fâbla les funèstos èfèts des viços et des passions, quand on y s’abandone. Çla Ècloga est antèriora a la noviéma, et composâyes per consèquent pou de temps aprés la premiére.

[54 Publius Quin(c)tilius Varus, gènèral et homo politico romen, nèssu en 46 dev. J.C. et môrt en 9 apr. J.C. (ben aprés çta ècloga) dens la batalye de Teutoburg. Come il s’ére suicidâ en veyent le dèsâstro, les Germens lui ont copâ la téta et l’ont envoyêe a l’emperor Ôgusto. Ben sûr, on cognêt mielx çta histouère dens les payis gèrmanicos que dens les payis latins. En 1847, Joseph Victor Scheffel at composâ çta chançon que chantont oncora les ètudiants tuches :

               1. Als die Römer frech geworden,                 Quand les Romens s’en sont crus,

               sim se rim sim sim sim sim

               Zogen sie nach Deutschlands Norden,          Ils modéront vers le nord de l’Alemagne ,

               sim se rim sim sim sim sim

               Vorne mit Trompetenschall                           Avouéc le son des trompètes devant

               te rä tä tä tä te tä

               Ritt der Gen’ral Feldmarschall                       Cavalâve le fèld-marechâl

               te rä tä tä tä te tä

               Herr Quinctilius Varus                                    Monsior Quintilius Varus.

               wau wau wau wau wau

               Herr Quinctilius Varus

               schnä de reng täng, (bis) schnä de reng täng täng täng.

               …

               9. Als die Waldschlacht war zur Ende,           Quand fut la fin de la batalye en forêt,

               Rieb Fürst Hermann sich die Händ,               Le prince Arminius sè frotat les mans,

               Und um seinen Sieg zu weihn,                       Et por consacrar sa victouère,

               Lud er die Cherusker ein                                 Il envitat les Quèruscos (un poplo gèrmen)

               Zu ’nem großen Frühstück.                            A un grôs dèjon.

               …

               11. Nur in Rom war man nicht heiter,           Y at qu’a Roma qu’on ére pas jouyox,

               sondern kaufte Trauerkleider.                       Mas on achetâve des habits de duely.

               Gerade als beim Mittagsmahl                       Justo quand por le denâ

               Augustus saß im Kaisersaal,                           Ôgusto ére assetâ dens la sâla empèriala,

               Kam die Trauerbotschaft.                               Arrevat la trista novèla.

              

               12. Erst blieb ihm vor jähem Schrecken        D’abôrd lui réstat devant çla brusca tèrror

               Ein Stück Pfau im Halse stecken,                   Un bocon de pavon en travèrs du gôsiér,

               Dann geriet er außer sich                               Pués il fut fôr de lui

               Und schrie : « Varus, Fluch auf dich !            Et borlat : « Varus, môdit sês-tu !

               REDDE  LEGIONES ! »                                     Rend les lègions ! » (mots historicos en latin)

[55] Le Quiètismo, selon cèrtins, et selon Python.

 

 

 

 

ÈCLOGA  VI

 

SILÊNO

 

 

Premiér imitator du bèrgiér, dont la Musa fât l’imortèl honor des champs de Siracusa (Syracuse), dens mes lèsirs oncor ye ne fé que jargonar les êrs que l’amôr at menâ sur çti hôtbouès. Por chantar les combats et le diô de la Trace (Thrace), j’alâvo un jorn songiér u tot hôt du Parnasse. Apolon (Apollon), pou facilo a çlos hardis projèts, m’at ordonâ de trètar des ples simplos sujets ; ye ne troblo donc pas davantâjo, per le bruit des trompètes, les champs acothemâs ux souspirs des musètes ; se ye chanto u jorn d’houé sur çtos pèsiblos bôrds, Muses, ne m’enspirâd que d’amâblos acôrds. Que d’ôtros, ô Varus, ples chiers ux doctes fayes, èrigeyont tes trofês u templo de Mèmouère ; ma vouèx, trop fêbla oncor por chantar les hèrôs, vat solament contar ton nom a tot ècô. Mas se cen qu’en çti jorn ye marco sen empostures, venquent la nuet des temps, pâsse ux races futures, on lierat que Varus et ses brelyents honors n’éthant pas ignorâs u sèjorn des Pâthors.

Dens un antro champéthro, ornâ per la natura, desot des pampros flloris, sur un liét d’hèrba pura, Silêno[56] savorant la docior de Morphê s’ocupâve a songiér de l’êr le ples grâciox, sa corona prés de lui, son vêrro a quârque distance, fôr d’èthat de tenir l’enivranta pedance. Un jus dox, biu la velye ux féthes de Bacus (Bacchus), tegnêt oncor ses sens assopis et vencus, quand doux jouenos bèrgiérs, Cromis (Chromis) et Mnasilo (Mnasyle), trobléront tot èxprès la pèx de cél asilo. Depués grant-temps Silêno, orâcllo de çlos luès, lor prometêt en van des chants dignos des diôs ; il avêt tant qu’adonc èludâ lor porsuita, mas lors èfôrts enfin empachiéront sa fuita. La jouena Èglê (Églé) survint, et sè juend ux Pâthors por formar una chêna de fllors u viely homo. Retegnu en çlos lims, Silêno sè rèvelye :

« Por ora, ço dit-il, vèyo prod qu’on mè velye. Ye su prêsoniér, o est cllâr, vos éd ben concèrtâ ; mas cognesso a quin prix on mèt ma libèrtât. Vos voléd que vos chanto houé les fastos des temps ; un jorn ne pôt sufire a des sujèts tant vâstos. Mas bâsta por tot cen, remplens vouthros dèsirs ; quant a tè, ye tè resèrvo, Èglê, d’ôtros plèsirs. Trossâde-mè, Bèrgiérs, vouthra chêna inutila, et fiâd-vos sur la fê de ma Musa docila. »

Cen desêt-il. Tot lo mondo, a l’envi, s’aprèste d’acutar. Ses lims sont ja trossâs ; il comence a chantar. Du poèto imortèl a la doce chançon, la fôlye n’est pas brenlâye per des vents chaciês u luen, les riolèts s’arréthont, ils cregnont de s’agitar, les ècôs admiront et n’ôsont rèpètar. Les Nimfes, les Silvens[57], formant d’amâbles dances, suivont d’un pâs lergiér çles bèles cadences ; le rivâjo d’Amfriso[34] et les bouescs d’Hèlicon[58] sont sovent yus charmâs per le chant d’Apolon ; le sombro rê du Stix ére propicio ux dox chants, quand les côrdes d’Orfê[59] fasant lor tendro ofiçio ; mas la vouèx de l’ancian, chier u diô des resims, charmâve davantâjo les rivâjos vesins. Il desêt la nèssance de la tèrra, de l’onda :

« Du cièl ren n’ére oncor. Una massa enfèconda formâve un vâsto amas d’atomos confondus, ètèrnis a l’hasârd dens les dèsèrts du vouedo. Cél nèant prend sa fin, l’univèrs l’ègzistance ; l’atomo rèuni balye la nèssance a totes chouses, forme les èlèments, que per d’herox acôrds formont a lor tôrn tués les luès, tués les côrps. Les planes de Cibèla et les champs de Nèrê[37] pregnont lors rangs ples bâs que la sfèra ètèrâye[60], et sur çlos sombros luès (= les Enfèrns), les mudes règions, yô le trèpâs conduit ses blaves lègions. Quin spèctâcllo pompox ! Quin fut l’èthonement du mondo oncora joueno, quand l’ârba sur le Rôno, le premiér viâjo uvrent un cièl tot luminox, at fêt luire a l’uely charmâ l’Empiro du solely ! Bentout cél diô fècond, âma de la natura, fât brelyér la structura du mondo, obscur sen lui, et balye, dês son char èlevâ sur les êrs, du jorn et des colors a tant d’éthres divèrs ; la tèrra a son aspèct, reche et fèrtilisâye, sè vêt favorisâye des ples prèciox dons ; el enfante les fllors, les premiéres mêssons, la vegne, les periérs, les bouescs et les bouessons ; un poplo d’animâls èrre dens les montagnes, les tropéls, muens pouerox, poplont les campagnes ; l’êr at ses citoyens, l’onda ses habitents.

D’ense, porsuit Silêno, on vêt nêthre les temps. Durant le temps de Rèa[61], les humens bons et justos ont viu venir trop tout la fin du sièclo d’or. Les enfants pèrvèrtis de çlos premiérs mortèls n’avant ni diôs, ni mœrs (mœurs), et sè sont tués pèrdus. Ux jorns de Promètê[62] la vèrtu mâl trètâye reprend son vol ux cièls d’una âla ensagnolâye ; per le Diô du Trident l’Olimpo[63] est vengiê, et l’ocèan est le sèrcoly du mondo submèrgiê. Pirra[64] et Decalion dens çta nuet tant provonda ont survécu solèts ux mâls côsâs per l’onda ; a châ pou ils repoplont les dèsèrts de la tèrra sur les vâstos dèbris du premiér univèrs. »       

D’ense chante le viely Silêno. D’ense ils nos fât la trace du tablô des mâlhors de nouthra race mortèla. Enstruit per Mnèmosina[65] des fêts des premiérs temps, il en dèpind ux Bèrgiérs mile trèts ècllatants. Il conte le joueno Hilas[66], qu’Hèrculo at grant-temps plorâ ; una nimfa l’at entrênâ en son antro liquido ; Hèrculo en van l’apèle ux rives d’alentôrn ; Hilas ne rèpond més, il est pèrdu sen retôrn.

Le demi-diô chante et môdit coment la pèsta la nèssance funèsta du Minotôro, le monstro de la Crêta ; il chante çla Rêna[67], la fèna de Minos, qu’arêt étâ herosa, s’el n’avêt gouétiê les tropéls. Les Prètides[68], bourlâyes d’un fuè tant qu’ux muoles, ant ensultâ les nioles de lors borlements ; mas lor sota frèyor, lor dèliranta ardor, n’ant jamés ègalâ les horrors de la Crêta. Ô honta, ô crimo afrox ! quins fuès bourlont tes vênes ? Fôla Pasifaè ! Quina via cé te mènes ! Le bôf blanc que te suis n’entend pas tes ardors ; prês per d’ôtros amôrs, il trepe des liéts de fllors, et tojorn ensensiblo a tes fllames brutâles, dens quârque pâturâjo il tè fât des rivâles. Chastes Nimfes d’Ida[69], quithâde les forêts ; que houé cél bôf sêt pèrciê de vouthros trèts. S’il ne sè monthre pas sur la riva vesena, coréd, suivéd ses pâs sur les murs de Gortina[70], vengiêde en çti jorn, en betant bâs cél bôf, les lês de la Natura et l’honor de l’amôr.

Por ègueyér ses vèrs, Silêno que muse a tot, pind le trionfo herox du galant Hipomèno[71], dècrit les pomes d’or dont l’ècllat enchantior at su sometre Atalanta a cél joueno vencor ; et il at aouyu les plors des Faètônes[72].

Il chante asse-ben Galus[73], qu’at étâ conduit per una Musa dês les rives du Pèrmèsso[74] a la cort d’Apolon, et at étâ reçu per cél diô dens le sacrâ valon. Tot sè plét, tot conspire a le comblar d’honor ; Linus38, cél bél Bèrgiér, qu’at enventâ la lira, desot un habit de fllors, le front cient d’yérra, s’avance le premiér u-devant de Galus : « Prend, ço dit-il, çta fllôta, que vat mielx qu’una nôva, le premiér que l’at yua est le vielyârd d’Ascra[53], avouéc lyé il at chantâ le cor des doctes suères, quand els l’uront rajoueni per lors tendres favors. Ateriês per ses sons, des fréthes des montagnes les cèdros dèscendant u méten des campagnes. Por charmar coment lui çti sèjorn adorâ, hérete, chier Galus, çti hôtbouès rèvèrâ ; ôsa chantar la glouère des bouescs sacrâs du Pindo[75], ils n’en seront que ples chiers ux filyes de Mèmouère67. »

Silêno dit le tôrn parricido de Scila[76] qu’at enlevâ a Nisus la corona et le jorn ; il pind çla ôtra Scila[77], dont les monstros avidos ont engloti, u fond de lors antros pèrfidos, les matelots mâlfiéts, les vèsséls dèporvus d’Ulisso[78], porsuivu per le rê des ondes. Il nos dècrit l’enfortena du barbâro Tèrê[79], l’horror pou comena de la Crêta, quand Itis, a pêna salyi de la fasce, trôve dedens son pâre le sèrcoly que lui falyêt. Por salyir de çlos luès, Filomêla ja vengiêe, prend un novél essor changiêe en rossignolèt ; et le funèsto ôtor de tant de nêrs forfêts, s’envole tot luen et trêne per-lé de vans regrèts.

Qui pôt prod vantar la vouèx tendra et divina du viely homo, ses chants et sa charmanta mina ? Tâls érant les acôrds du sôveren des vèrs, quand l’herox Erotas[80], arrèthâ sur ses bôrds, enstruisêt ses ècôs a rècitar la plenta que Fèbus adrèciêve a l’ombra de Jacinto[81]. D’ense mile Zèfirs portâvont tant qu’ux cièls des chants du mêtre de Bacus drèciês por lor ; quand la nuet, tèrmenant cél bél jorn avouéc pêna, at fremâ et la boche et la vêna du divin chantro.  

 

[56] Silêno (Silène) : satiro, pâre adoptif et nurressor de Dionisos (Dionysos, diô confondu avouéc Bacus, Bacchus). Il represente l’ivrèsse, un viely homo jouyox mas franc lêdo avouéc un grôs ventro. Morphê (Morphée) est le diô du sono et des sonjos.

57] Nimfes (nymphes) : divinitâts qu’habitont les bouescs, la mèr, les fontanes… Silvens (Syvains) : divinitâts des bouescs (SILVAE) et des vèrgiérs, le mot latin SILVANUS at balyê noutron mot « sèrvan ».

[58] Amfriso (Amphryse) : reviére de Tèssalie (Thessalie), yô qu’Apolon fut bèrgiér du rê Admêto (Admète).

[59] Hèlicon (Hélicon) : montagne de Bèocie (Béotie, en Grèce), consacrâye a Apolon et ux Muses.

[60] Quand Orfê (Orphée) pèrdét sa fèna Eridice (Eurydice), il dèscendét ux Enfèrns et avouéc sa lira et il charmat le diô Hadès/Pluton, le « rê du Stix », una reviére des Enfèrns.

[61] Cibèla (Cybèle) : déèssa d’origina frigiêna (phrygienne), que represente la natura sarvâge, la déèssa mâre et mâre des diôs ; Nèrê (Nérée) est un diô marin, surnomâ « le vielyârd de la mar ». Les « planes de Cibèla » sont donc les tèrrens, tandis que les « champs de Nèrê » sont les mars.

[62] Sfèra ètèrâye (sphère éthérée) : dens le temps diont que l’ètèr (éther) ére l’êr subtil des règions u-dessus de l’atmosfèra, il ére pôt-étre de fuè et il alimentâve les âstros.

[63] Rèa (Rhéa) : felye du Cièl et de la Tèrra, fèna de Cronos/Saturno, mâre des diôs, des côps confondua avouéc Cibèla.

[64] Promètê (Prométhée) : titan fily de Japèt, frâre d’Èpimètê (Epiméthée), fit l’homo avouéc de l’argilye pués l’animat avouéc le fuè du cièl qu’il avêt robâ ; en punicion il fut atachiê u Côcaso (Caucase), yô qu’un agllo lui rongiêve le fèjo ; il fut dèlivrâ per Hèrculo.

[65] Olimpo (Olympe) : montagne entre la Tèssalie et la Macèdouèna, sèjorn des diôs ; le « diô du trident » est Posèidon/Nèptuno, diô de la mar.

[66] Pirra (Pyrrha) et son èpox Decalion (Deucalion), fily de Promètê, érant les doux dèrriérs survivents du dèlujo provocâs per les diôs en colère ; ils repopléront la tèrra en champant des piérres dèrriér lor.

[67] Mnèmosina (Mnémosyne) : déèssa de la Mèmouère, mâre des Muses.

[68] Hilas (Hylas) : joueno compagnon d’Hèrculo, il fut entrênâ u fond d’una fontana per les Nimfes qu’érant tombâyes amoueroses de sa biôtât.

[69] La rêna Pasifaè (Pasiphaé), filye du Solely et fèna du rê de Crêta Minos devenu pués jujo des Enfèrns. Minos avêt pas tenu son engagement de sacrifiyér a Posèidon/Nèptuno le magnifico tôrél blanc qu’il lui avêt envoyê en Crêta, adonc por sè vengiér le diô enspirat a sa fèna Pasifaè una passion amouerosa por la bétye. L’achitècto Dèdalo (Dédale) lyé construisét una vache de bouesc cuvèrta d’una pél de bôf, yô que la rêna sè cuchiét dedens por s’acoblar avouéc le tôrél ; el betat u mondo Astèrion, le Minotôro, « le monstro de la Crêta », que fut pués enfremâ dens le labirinto construit per Dèdalo. Tèsê (Thésée) penetrat dens le labirinto, le tuat et reussét a sortir grâce u fil qu’Ariana, la filye de Minos, lui avêt balyê.

[70] Prètides (Proétides) : filyes de Prètos (Proétos), rê d’Argos. Els avant ofensâ la déèsse Hèra/Junon que les at rendues fôles, sè creyent changiêes en moges, bramant per les prâts et megient de l’hèrba en refusant de retornar u palès.

[71] Le mont Ida est la montagne la ples hôta de Crêta. La déèssa Rèa (Rhéa) betat u mondo son fily Zeus dens una bârma por empachiér la môrt promêssa a l’enfant per son pâre Cronos/Saturno. Zeus fut èlevâ per la nimfa Ida.

[72] Gortina (Gortyne) : vela de Crêta, sur la reviére Lêtê (Léthé) ; le labirinto ére construit tot prés.

[73] Hipomèno (Hippomène) : joueno homo que dèfiat Atalanta a la corsa afin de l’èposar. Por gâgnér la corsa, il champat três viâjos una poma d’or et Atalanta pèrdét du temps por les ramassar. Aprés, ils entréront dens le templo de Cibèla (Cybèle) yô qu’ils s’unéront, et la déèssa furiosa les changiét en lion et liona.

[74] Faètônes (Héliades), felyes du Solely (Hèlios) et suères de Faèton (Phaéthon). Un jorn le joueno Faèton volut conduire le char de son pâre, mas il ne put pas le dirigiér, il betat le fuè u cièl et a la tèrra, et Jupitèr/Zeus le fudreyét. Ses nombroses suères furont tant tristes qu’els sè changiéront en poblos ou en vèrnes.

[75] Galus (Cornelius Gallus), homo politico et poèto romen (69 - 26 dev. J.C.), ami de Virgile.

[76] Pèrmèsso (Permesse) : reviére de Bèocie, que prend sa sôrsa dens le mont Hèlicon, consacrâ a Apolon et ux Muses.

[77] Ascra : velâjo de Bèocie, prés de l’Hèlicon, patria du poèto Hèsiodo (Hésiode).

[78] Pindo (Pinde) : montagne de Trace, consacrâye a Apolon et ux Muses.

[79] Scila (Scylla) : filye de Nisus, rê de Mègara, en Grèce. Sèduita per Minos qu’assiegiêve la vela, la princèssa copat una cata de chevéls de son pâre pendent son sono, que lui garantéssêt l’imortalitât et la sûretât de sa vela.  Mègara tombat pués ux mans de Minos ; mas tormentâye per les remôrds, Scila sè changiét en ègrèta (aigrette).

[80] Scila (Scylla) : nimfa d’una granta biôtat, filye de Forcus (Phorcus), lui-mémo fily de Nèptuno et diô marin ; Glôcos (Glaucos), ôtro diô marin, qu’el avêt repoussâ, demandat a Circê (Circé) un filtro d’amôr, mas çta-ce fit una poueson que changiét Scila en un afrox monstro marin. Adonc la mâlherosa sè lanciét dens la mar yô qu’el tèrrorise pués les marins. Inque Scila represente le rochiér de Scila, et la bârma qu’y at dedens, yô habite cél monstro qu’at de nombrox brès, tétes et dents et tue ben des marins.

[81] Ulisso (Ulysse) : rê d’Itaca (Ithaque), hèrô de la guèrra de Trôye (Troie), porsuivi per la colère de Posèidon/Nèptuno, il at dû passar per Scila, et plusiors de sos marins y pèrdéront la via.

[82] Tèrê (Térée) : fily du diô Arès (Mârs) et rê de Trace. Il èposat Procnê, filye de Pandion (5° rê lègendèro d’Atênes) que lui balyét un fily, Itis (Itys). Mas il tombat amouerox de Filomêla (Philomèle), sa bèla-suèra, il la violat, l’enfremat dens un bèrgerie et lui copat la lengoua por cachiér son crimo, et fit crêre a Procnê que sa suèra ére môrta. Filomêla brodat son calvèro sur una ètofa qu’el fit parvenir a sa suèra, que venét la retrovar. Per vengence, el tuat son prôpro fily Itis, le fit couére et le sèrvét a megiér a son èpox, pués Filomêla aparut et lui champat u vesâjo la téta copâye d’Itis. Tèrê volut alor tuar les doves suères, mas els furont changiêes yona en rossignol, l’ôtra en hèrondèla, tandis que Tèrê fut changiê en hupa.

[83] Erotas (Eurotas), reviére de Laconie (Pèloponèso).

[84] Jacinto ou Hiacinto (Hyacinthe) est un joueno laconien d’una granta biôtât, qu’ére amâ per Fèbus (Phébus), ôtrament dét Apolon, le diô Solely, et asse-ben per le diô Zèfir (Zéphyr), que per jalosie dèviat le disco lanciê per Apolon et bouciét Hiacinto a la tempa, cen que le tuat. De son sang est nèssua la fllor « jacinta ».

 

[1] L’an 40 devant J.C.

[2] Les Muses érant nôf divinitâts, filyes de Jupitèr, que prèsidâvont ux ârts.

[3] Sibila (Sybille) : profètèssa que rendant des orâcllos, dens ben des endrêts ; mas cela de Cumes, en Campanie, prétrèssa d’Apolon, étêt le grant orâcllo nacional por les Romens.

[4] Astrê (Astrée) : déèssa de la justice, qu’est devenua la constèlacion de la Vièrge.

[5] Saturno (Saturne) : fily d’Uranus et de Vèsta et pâre de Jupitèr, Junon, Nèptuno…, il at règnê sur le Laciom (Latium).

[6] Lucina, déèssa qu’est presenta ux acuchements, et que Virgile pense éthre la méma que Diana.

[7] Apolon (Apollon) : diô grèc, pués romen, des ârts, du chant, de la musica, de la biôtât, de la poèsie et de la lumiére.

[8] Argô : le batô des Argonôtos ; Tifis (Tiphys) : pilote de l’Argô.

[9] Tètis (Thétis) : nimfa de la mar, mâre d’Achilo.

[10] Stix (Styx) : una reviére des Enfèrns, que sont lo royômo des môrts.

[11] Cèrès (Cérès) est la déèssa des mêssons et Bacus (Bacchus) est le diô de la vegne et du vin.

[12] Clôtô (Clothô) est una divinitât du destin, yona des três «  fatales suères », les Mouères (Moires) chiéz les Grècs, les Parques chiéz les Romens ; Clôtô est cela que file le fil de la via des humens, tandis que Laquèsis (Lachésis) le dèroule et Atropos le cope.

[13] Nèptuno  (Neptune) : diô de la mèr.

[14] Linus ou Linos, menor de lira, mêtre d’Orfê (« le chantro de la Trace ») et d’Hèrculo ; il avêt un jorn blâmâ Hèrculo, que l’at adonc tuâ avouéc sa lira.

[15] Parnasso : montagne de la Grèce, sèjorn d’Apolon et des Muses.

[16] Pan : diô de la via pastorala.

[17] Fôno (Faune) : diô (romen) de la fèconditât des tropéls et des champs, confondu avouéc Pan (grèc).

[18] Codrus ou Codros : dèrriér rê lègendèro d’Atènes (XII° - XI° sièclo) ; un orâcllo lui avêt aprês que dens sa guèrra avouéc les Doriens l’avantâjo serêt balyê u poplo que son rê serêt tuâ, il sè dèvouat donc de per sè por les sios, en sè champant u méten de la mècllâ ; les Atèniens honoréront sa mèmouère, et aprés sa môrt doux de sos filys devenéront magistats (et non ples rês).

[19] Alcon : fely d’Èrèctê (Érechthée), 6° rê lègendèro d’Atênes et pâre de Falèros (Phaléros) l’Argonôto. Il ére un archiér tant adrêt qu’il arrevat a tuar una sèrpent qu’ètregnêt son fely, sen tochiér l’enfant.

[20] Dèmofoon (Démophon) : fely de Tèsê (Thésée) et 12° rê lègendèro d’Atênes, que prenét pârt a la guèrra de Trôye. En revenent, il abordat la Trace (Thrace) yô que Filis (Phillis), la felye du rê, tombat amouerosa de lui. Mas il modat et quârques ans aprés la princèssa sè tuat. L’Hèbro (l’Hèbre) est una reviére de Trace.

[21] Prosèrpina (Proserpine) : felye de Cèrès, enlevâye per Hadès/Pluton, le diô des Enfèrns. On vôt dére inque l’aviditât de la Môrt.

[22] Orèades : nimfes des montagnes.

[23] Nayades (Naïades) : nimfes des fontanes et des reviéres.

[24] Palès (Palès) : déèssa des bèrgiérs et des pâquiérs ; on trove asse-ben un diô des bèrgiérs qu’at le mémo nom.

[25] Tirso (Thyrse) : bâton coronâ de fôlyes d’yérra ou de vegne, atribut de Bacus.

[26] Mânos (Mânes) : âmes des môrts, chiéz les Romens.

[27] Flora (Flore) : déèssa des fllors.

[28] Driades (Dryades) : nimfes des forêts.

[29] Zèfir (Zéphyr) : vent d’ouèst dox et tiedo, en Italie il anonce le printemps.

[30] Publius Quin(c)tilius Varus, gènèral et homo politico romen, nèssu en 46 dev. J.C. et môrt en 9 apr. J.C. (ben aprés çta ècloga) dens la batalye de Teutoburg. Come il s’ére suicidâ en veyent le dèsâstro, les Germens lui ont copâ la téta et l’ont envoyêe a l’emperor Ôgusto. Ben sûr, on cognêt mielx çta histouère dens les payis gèrmanicos que dens les payis latins. En 1847, Joseph Victor Scheffel at composâ çta chançon que chantont oncora les ètudiants tuches :

               1. Als die Römer frech geworden,                 Quand les Romens s’en sont crus,

               sim se rim sim sim sim sim

               Zogen sie nach Deutschlands Norden,          Ils modéront vers le nord de l’Alemagne ,

               sim se rim sim sim sim sim

               Vorne mit Trompetenschall                           Avouéc le son des trompètes devant

               te rä tä tä tä te tä

               Ritt der Gen’ral Feldmarschall                       Cavalâve le fèld-marechâl

               te rä tä tä tä te tä

               Herr Quinctilius Varus                                    Monsior Quintilius Varus.

               wau wau wau wau wau

               Herr Quinctilius Varus

               schnä de reng täng, (bis) schnä de reng täng täng täng.

               …

               9. Als die Waldschlacht war zur Ende,           Quand fut la fin de la batalye en forêt,

               Rieb Fürst Hermann sich die Händ,               Le prince Arminius sè frotat les mans,

               Und um seinen Sieg zu weihn,                       Et por consacrar sa victouère,

               Lud er die Cherusker ein                                 Il envitat les Quèruscos (un poplo gèrmen)

               Zu ’nem großen Frühstück.                            A un grôs dèjon.

               …

               11. Nur in Rom war man nicht heiter,           Y at qu’a Roma qu’on ére pas jouyox,

               sondern kaufte Trauerkleider.                       Mas on achetâve des habits de duely.

               Gerade als beim Mittagsmahl                       Justo quand por le denâ

               Augustus saß im Kaisersaal,                           Ôgusto ére assetâ dens la sâla empèriala,

               Kam die Trauerbotschaft.                               Arrevat la trista novèla.

              

               12. Erst blieb ihm vor jähem Schrecken        D’abôrd lui réstat devant çla brusca tèrror

               Ein Stück Pfau im Halse stecken,                   Un bocon de pavon en travèrs du gôsiér,

               Dann geriet er außer sich                               Pués il fut fôr de lui

               Und schrie : « Varus, Fluch auf dich !            Et borlat : « Varus, môdit sês-tu !

               REDDE  LEGIONES ! »                                     Rend les lègions ! » (mots historicos en latin)

[31] Le Quiètismo, selon cèrtins, et selon Python.

[32] Silêno (Silène) : satiro, pâre adoptif et nurressor de Dionisos (Dionysos, diô confondu avouéc Bacus, Bacchus). Il represente l’ivrèsse, un viely homo jouyox mas franc lêdo avouéc un grôs ventro. Morphê (Morphée) est le diô du sono et des sonjos.

[33] Nimfes (nymphes) : divinitâts qu’habitont les bouescs, la mèr, les fontanes… Silvens (Syvains) : divinitâts des bouescs (SILVAE) et des vèrgiérs, le mot latin SILVANUS at balyê noutron mot « sèrvan ».

[34] Amfriso (Amphryse) : reviére de Tèssalie (Thessalie), yô qu’Apolon fut bèrgiér du rê Admêto (Admète).

[35] Hèlicon (Hélicon) : montagne de Bèocie (Béotie, en Grèce), consacrâye a Apolon et ux Muses.

[36] Quand Orfê (Orphée) pèrdét sa fèna Eridice (Eurydice), il dèscendét ux Enfèrns et avouéc sa lira et il charmat le diô Hadès/Pluton, le « rê du Stix », una reviére des Enfèrns.

[37] Cibèla (Cybèle) : déèssa d’origina frigiêna (phrygienne), que represente la natura sarvâge, la déèssa mâre et mâre des diôs ; Nèrê (Nérée) est un diô marin, surnomâ « le vielyârd de la mar ». Les « planes de Cibèla » sont donc les tèrrens, tandis que les « champs de Nèrê » sont les mars.

[38] Sfèra ètèrâye (sphère éthérée) : dens le temps diont que l’ètèr (éther) ére l’êr subtil des règions u-dessus de l’atmosfèra, il ére pôt-étre de fuè et il alimentâve les âstros.

[39] Rèa (Rhéa) : felye du Cièl et de la Tèrra, fèna de Cronos/Saturno, mâre des diôs, des côps confondua avouéc Cibèla.

[40] Promètê (Prométhée) : titan fily de Japèt, frâre d’Èpimètê (Epiméthée), fit l’homo avouéc de l’argilye pués l’animat avouéc le fuè du cièl qu’il avêt robâ ; en punicion il fut atachiê u Côcaso (Caucase), yô qu’un agllo lui rongiêve le fèjo ; il fut dèlivrâ per Hèrculo.

[41] Olimpo (Olympe) : montagne entre la Tèssalie et la Macèdouèna, sèjorn des diôs ; le « diô du trident » est Posèidon/Nèptuno, diô de la mar.

[42] Pirra (Pyrrha) et son èpox Decalion (Deucalion), fily de Promètê, érant les doux dèrriérs survivents du dèlujo provocâs per les diôs en colère ; ils repopléront la tèrra en champant des piérres dèrriér lor.

[43] Mnèmosina (Mnémosyne) : déèssa de la Mèmouère, mâre des Muses.

[44] Hilas (Hylas) : joueno compagnon d’Hèrculo, il fut entrênâ u fond d’una fontana per les Nimfes qu’érant tombâyes amoueroses de sa biôtât.

[45] La rêna Pasifaè (Pasiphaé), filye du Solely et fèna du rê de Crêta Minos devenu pués jujo des Enfèrns. Minos avêt pas tenu son engagement de sacrifiyér a Posèidon/Nèptuno le magnifico tôrél blanc qu’il lui avêt envoyê en Crêta, adonc por sè vengiér le diô enspirat a sa fèna Pasifaè una passion amouerosa por la bétye. L’achitècto Dèdalo (Dédale) lyé construisét una vache de bouesc cuvèrta d’una pél de bôf, yô que la rêna sè cuchiét dedens por s’acoblar avouéc le tôrél ; el betat u mondo Astèrion, le Minotôro, « le monstro de la Crêta », que fut pués enfremâ dens le labirinto construit per Dèdalo. Tèsê (Thésée) penetrat dens le labirinto, le tuat et reussét a sortir grâce u fil qu’Ariana, la filye de Minos, lui avêt balyê.

[46] Prètides (Proétides) : filyes de Prètos (Proétos), rê d’Argos. Els avant ofensâ la déèsse Hèra/Junon que les at rendues fôles, sè creyent changiêes en moges, bramant per les prâts et megient de l’hèrba en refusant de retornar u palès.

[47] Le mont Ida est la montagne la ples hôta de Crêta. La déèssa Rèa (Rhéa) betat u mondo son fily Zeus dens una bârma por empachiér la môrt promêssa a l’enfant per son pâre Cronos/Saturno. Zeus fut èlevâ per la nimfa Ida.

[48] Gortina (Gortyne) : vela de Crêta, sur la reviére Lêtê (Léthé) ; le labirinto ére construit tot prés.

[49] Hipomèno (Hippomène) : joueno homo que dèfiat Atalanta a la corsa afin de l’èposar. Por gâgnér la corsa, il champat três viâjos una poma d’or et Atalanta pèrdét du temps por les ramassar. Aprés, ils entréront dens le templo de Cibèla (Cybèle) yô qu’ils s’unéront, et la déèssa furiosa les changiét en lion et liona.

[50] Faètônes (Héliades), felyes du Solely (Hèlios) et suères de Faèton (Phaéthon). Un jorn le joueno Faèton volut conduire le char de son pâre, mas il ne put pas le dirigiér, il betat le fuè u cièl et a la tèrra, et Jupitèr/Zeus le fudreyét. Ses nombroses suères furont tant tristes qu’els sè changiéront en poblos ou en vèrnes.

[51] Galus (Cornelius Gallus), homo politico et poèto romen (69 - 26 dev. J.C.), ami de Virgile.

[52] Pèrmèsso (Permesse) : reviére de Bèocie, que prend sa sôrsa dens le mont Hèlicon, consacrâ a Apolon et ux Muses.

[53] Ascra : velâjo de Bèocie, prés de l’Hèlicon, patria du poèto Hèsiodo (Hésiode).

[54] Pindo (Pinde) : montagne de Trace, consacrâye a Apolon et ux Muses.

[55] Scila (Scylla) : filye de Nisus, rê de Mègara, en Grèce. Sèduita per Minos qu’assiegiêve la vela, la princèssa copat una cata de chevéls de son pâre pendent son sono, que lui garantéssêt l’imortalitât et la sûretât de sa vela.  Mègara tombat pués ux mans de Minos ; mas tormentâye per les remôrds, Scila sè changiét en ègrèta (aigrette).

[56] Scila (Scylla) : nimfa d’una granta biôtat, filye de Forcus (Phorcus), lui-mémo fily de Nèptuno et diô marin ; Glôcos (Glaucos), ôtro diô marin, qu’el avêt repoussâ, demandat a Circê (Circé) un filtro d’amôr, mas çta-ce fit una poueson que changiét Scila en un afrox monstro marin. Adonc la mâlherosa sè lanciét dens la mar yô qu’el tèrrorise pués les marins. Inque Scila represente le rochiér de Scila, et la bârma qu’y at dedens, yô habite cél monstro qu’at de nombrox brès, tétes et dents et tue ben des marins.

[57] Ulisso (Ulysse) : rê d’Itaca (Ithaque), hèrô de la guèrra de Trôye (Troie), porsuivi per la colère de Posèidon/Nèptuno, il at dû passar per Scila, et plusiors de sos marins y pèrdéront la via.

[58] Tèrê (Térée) : fily du diô Arès (Mârs) et rê de Trace. Il èposat Procnê, filye de Pandion (5° rê lègendèro d’Atênes) que lui balyét un fily, Itis (Itys). Mas il tombat amouerox de Filomêla (Philomèle), sa bèla-suèra, il la violat, l’enfremat dens un bèrgerie et lui copat la lengoua por cachiér son crimo, et fit crêre a Procnê que sa suèra ére môrta. Filomêla brodat son calvèro sur una ètofa qu’el fit parvenir a sa suèra, que venét la retrovar. Per vengence, el tuat son prôpro fily Itis, le fit couére et le sèrvét a megiér a son èpox, pués Filomêla aparut et lui champat u vesâjo la téta copâye d’Itis. Tèrê volut alor tuar les doves suères, mas els furont changiêes yona en rossignol, l’ôtra en hèrondèla, tandis que Tèrê fut changiê en hupa.

[59] Erotas (Eurotas), reviére de Laconie (Pèloponèso).

[60] Jacinto ou Hiacinto (Hyacinthe) est un joueno laconien d’una granta biôtât, qu’ére amâ per Fèbus (Phébus), ôtrament dét Apolon, le diô Solely, et asse-ben per le diô Zèfir (Zéphyr), que per jalosie dèviat le disco lanciê per Apolon et bouciét Hiacinto a la tempa, cen que le tuat. De son sang est nèssua la fllor « jacinta ».

ècloga 4_edited.jpg
Argument ècloga 5_edited.jpg
Ecloga 5_edited.jpg
Argument ècloga 6_edited.jpg
ècloga 6_edited.jpg

FIN

des Bucolicos de Virgile

traduits per J.P. Python

 

 

ARGUMENT

DE  LA  SÈPTIÉMA   ÈCLOGA.

 

Dens ceta ècloga, Mèlibê (Mélibée) assiste, aprés avêr hèsitâ, u chant amèbê (altèrnatif) de Coridon (Corydon) et Tirsis (Thyrsis), bèrgiérs de la Gruviére. Les doux poètos chantont alor lors amôrs.

 

ÈCLOGA  VII

 

 

MÈLIBÊ, CORIDON, TIRSIS

 

 

Mèlibê

Dafnis (Daphnis) s’ére assetâ per hasârd desot les fôlyes marronantes d’un châno ; Coridon et Tirsis avant champeyê vers lui lors tropéls rassemblâs, Tirsis ses feyes, Coridon ses chiévres ux uvros trênants ; tôs doux érant de la Gruviére (Gruyère) et dens la fllor des ans, tôs doux ègâls dens l’ârt de chantar et de rèpondre ux chants.

Lé, tandis que ye dèfendê du frêd mes tendros mirtos (myrthes), le premiér bocan de mon tropél s’est ègarâ. En mémo temps j’apèrcêvo Dafnis, que mè veyent asse, mè dit : « Vin cé, Mèlibê, vin vito ; ton bocan et tes chevréls sont en sûretât ; et se t’âs quârque lèsir, repôsa-tè a l’ombro de mè. Tes bôfs vindront de pèr lor sur le prât por bêre dens çtes égoues ; inque la Sarena (Sarine) vèrdeyenta est cienta de tendres léches, et les âps bordonont desot cél châno sacrâ. »

Què fére ? Ye n’é u logis ni Filis (Phyllis), ni Alcipa (Alcippe) por encabornar dens la bèrgerie mes agnéls tot justo dèlêtiês… Mas un si grant combat ! Coridon contre Tirsis ! Adonc j’abandono por lors juès mes aféres sèrioses. Ils començont donc a chantar l’un après l’ôtro ; les Muses volant qu’ils désont lors vèrs tôrn a tôrn. Coridon chantâve le premiér, et Tirsis rèpondêt dens un ôrdre pariér.

 

Coridon

Nimfes d’Entremont, vos que j’âmo, balyéd-mè de chantar des vèrs tâls que celor que vos avéd enspirâs a mon chier Codrus ; ils aprôchont de celor d’Apolon ; ou, se ye pouè pas lès ègalar tués, que ma fllôta rebèla demoreye acrochiêe a cél pin sacrâ.

 

Tirsis

Bèrgiérs de la Gruviére, coronâde d’yérra un poèto crèssent, et que Codrus en creveye de dèpit ; o s’il mè gabeye a m’en dègôthar, ciegnéd ma téta de nârd, de pouere que sa lengoua envediosa ne pôrte mâlhor u poèto futur.

 

Coridon

Diana[85], le petit Micon vos ofre çta téta pèlosa d’un sengllar, et la viventa ramura d’un cèrf : se ma chace est tojorn atant herosa, voutron émâge, en mârbro le ples brelyent, s’èlèverat per mes mans, en chôcient lo solâr de porpra.

 

Tirsis

Priapo[86], ye t’ofro tués les ans un tupin plen de lacél, et çlos mata-fams ; est prod a atendre de mè : t’és le gardien d’un tant pouvro cortil ! Tant qu’a ora, ye t’é fêt en mârbro, est tot cen que j’é pu ; mas se mes feyes sont ben fècondes, te serés en or.

 

 

Coridon

Filye de Nèrê, charmanta Galatê[87], ples doce a mes sens que le pelagouar du Geblox (mont Gibloux), ples blanche que la bèl’èthêla, ples bèla que les nimfes, setout que mes tôréls seront revenus du pâquiér a l’èthrâblo, se t’âs quârque bontât por ton Coridon, vin a lui.

 

Tirsis

Et mè, ye vôl ben tè parêthre ples égro que les hèrbes de Sardègne, ples brossu que l’agreblo, ples pouet que l’alga que les mars rejètont, se un jorn luen de tè ne m’est pas ja ples long qu’un an. Alâde, mes tôréls, vos n’éd pas vèrgogne ! Vê-qué prod pathurâ, alâde a vouthros èthrâblos !

 

Coridon

Fontanes moçues, hèrba ples fllapa que le sono, vèrds bochalèts que les cuvréd d’un ombro râr, dèfendéd mon tropél des fuès du solely de chôd-temps. Vê-que venir la sêson bourlanta, et ja la jouyosa vegne enflle ses borjons.

 

Tirsis

Dens mon chalèt brelyont la chemenâ et la tôrche de rèsena, y é tot du long grant fuè, et la pôrta est adés mâcherâye per la fumiére. Lé, nos nos enquiètens atant du sofllo gllacient de la bise, que le lop du nombro des agnéls, qu’un nant de sa riva.

 

Coridon

Y’é inque le genêvro et la châtagne brossua ; les fruits chesus desot les ârbros sont èthèrs pertot a tèrra ; tot rit houé. Mas se le bél Alèxis s’en-d alâve de çles montagnes, on vèrrêt les reviéres lor-mémes agotes.

 

Tirsis

Nouthros champs sont dèssechiês ; l’êr embrasâ fât morir nouthres hèrbes assarâyes ; Bacus lui-mémo envéye a nouthros poyèts les vilyons que les ombrajont. Mas que ma Filis revegne, et tot le bouesc revèrdeyerat, et les cièls dèscendront en ploge fèconda sur nouthres campagnes.

 

Coridon

Le poblo est agrèâblo a Hèrculo, la vegne a Bacus, le mirto a la bèla Vènus, le lôriér a Apolon. Filis âme les alâgnérs. Asse grant-temps que Filis les amerat, le mirto ne l’emporterat pas sur les alâgnérs, nan ples que le lôriér de Fèbus[88].

 

Tirsis

Le frâno est l’ornement de nouthros jors, le pin dens nouthros cortils, le poblo prés des reviéres, le sapin sur les hôtes montagnes. Mas se te vins, bél Licidas (Lycidas), mè vêre ples sovent, le frâno dens nouthros jors, le pin dens nouthros cortils sè cllineront devant tè.

 

 

 

Mèlibê

Mè sovegno de çlos vèrs, et que Tirsis at disputâ por ren la victouère ; et dês adonc Coridon est tot du long por mè sen pariér.

[85] Diana (Diane), en grèc Artèmis, déèssa de la chace.

[86] Priapo (Priape) : fily de Bacus et de Vènus, diô des cortils, il represente la vigor que rebiole.

[87] Galatê (Galatée), nimfa marina filye de Nèrê (Nérée), habitâve un rivâjo de la Sicilo. Le ciclopo Polifèmo (Polyphème) ére tombâ amouerox de lyé, et per jalosie il arêt tuâ son galant Acis avouéc un rochiér de l’Ètna.

[88] Fèbus (Phébus) : diô du Solely, des côps le mémo qu’Apolon, qu’est pletout le diô de la poèsie et la lumiére.

 

 

ARGUMENT

DE  LA  HUÉTIÉMA   ÈCLOGA.

 

 

Çta ècloga comence oncora un côp per doux chants, composâs inque per le bèrgiér Damon et la payisana Alfèsibê (Alphésibée). Dèsèspèrâ et sen gôt de vivre, le premiér sè lamente car Nisa (Nysa) ne l’âme pas. Quant a la seconda, el fât des encantacions magiques por tâchiér d’obtenir le retôrn de son amant Dafnis (Daphnis), que l’at trayia. 

 

 

ÈCLOGA  VIII

 

 

DAMON  ET  ALFÈSIBÊ

 

 

Ye deré les chants et le combat des bèrgiérs Damon et Alfèsibê (Alphésibée) : la moge charmâye, por les entendre, at oublâ l’hèrba des prâts ; les lops-cèrviérs s’arréthont, tochiês per lors acôrds ; les reviéres retegnont lors cors, et sè repôsont : ye deré les chants de Damon et d’Alfèsibê.

Ilustro Polion (Pollion), sêt que ja te pâsses outre les rochiérs du Vanil des Arches, sêt que te tè promènes sur les rives du Lèc d’Omêna, vindrat-il pas, cél jorn que ye porré chantar tes hôts fêts ? Mè serat-o jamés pèrmês de publeyér tes vèrs, les solèts dignos de Sofoclo[89] ? Ma Musa at comenciê avouéc tè, avouéc tè ma Musa fornithrat : recê çlos vèrs composâs per ton ôrdre, et accèpta que l’yérra s’enlaceye sur ton front avouéc les lôriérs de la victouère.

Les frêds ombros de la nuet s’érant reteriês, ére l’hora que la rosâ est la ples agrèâbla ux tropéls. Damon, apoyê sur son bâton, comence d’ense :

 

Damon

« Monthra-tè, èthêla du matin, et por prèvenir le jorn, ramèna sa doce lumiére : trompâ dens mon amôr per la pèrfida Nisa (Nysa), ye mè plegno de lyé ; cen n’at sèrvi de ren d’avêr prês les diôs a tèmouen, et portant ye les préyo oncora a mon hora dèrriére.

Comence avouéc mè, ô ma fllôta, comence des acôrds dignos du Molèson. Le Molèson at adés ses jors mèlodiox, des vouèx dens ses pins ; il entend sen dècèssar les bèrgiérs que chantont lors amôrs, et Pan que le premiér n’at pas lèssiê les fllôtes reposar.

Comence avouéc mè, ô ma fllôta ; comence des acôrds dignos du Molèson.

 

Nisa a Mopsus : « Amants, què n’èsperens-nos pas ? On vat vêre les grifons s’unir ux cavales, et orendrêt les beches timides iront avouéc les chins bêre a la méma fontana. Aprèsta, Mopsus, una novèla noce ; on tè balye una èposa ; èpox, balye des nouéx ; por tè l’ètêla de la vèprâ abandone la montagne yô Hèrculo est môrt. »

Comence avouéc mè, ô ma fllôta, comence des acôrds dignos du Molèson.

Ô Nisa, ben digne d’un tâl èpox, tandis que te nos mèprises tués, que ma fllôta, que mes chiévres tè dèplésont, que t’âmes pas mes sorcils brossus, ma longe bârba, crês-tu que n’y at pouent de diô que sè mèclle des chouses humènes ?

Comence avouéc mè, ô ma fllôta, comence des acôrds dignos du Molèson.

Ye t’é viua, tè enfant, et ta mâre ‒ ye vos menâve totes doves ‒ cuelyir dens noutros cortils des pomes mates de rosâ, ma doziéma anâye comenciêve ; et ja ye povê avengiér les branches. Ye t’é viua, ye bourlâvo, una funèsta folerâ at emportâ mes sens.

Comence avouéc mè, ô ma fllôta, comence des acôrds dignos du Molèson.

Ora, ye sé ce qu’est l’amôr ; il est nèssu des durs rochiérs du Vanil Nêr, de la Dent du Chamôs, de la Pouenta de Parê (Paray), ux confins de la tèrra ; cél enfant n’at ren de nos, ren de nouthron sang.

Comence avouéc mè, ô ma fllôta, comence des acôrds dignos du Molèson.

Le cruèl Amôr at forciê una mâre[90] a soulyér ses mans du sang de ses enfants, ses enfants a lyé : et tè asse-ben, ô mâre, t’és yu cruèla : mas qui des doves l’est yua davantâjo ? Ouè, l’Amôr est cruèl, et tè, ô mâre, te l’és yua asse-ben.

Comence avouéc mè, ô ma fllôta, comence des acôrds dignos du Molèson.

Que le lop ora s’ensôveye devant les feyes ; que les chânos durs porteyont des pomes d’or ;  que la fllor-de-lis (= pipèta) fllorésse sur la vèrna, que les bruviéres distileyont dês lor ècôrça la sâva dolyèta ; que les chavans passeyont devant les cignos ; que Titiro (Tityre) sêt Orfê (Orphée), Orfê dens les jors, Arion[91] u méten des dôfins.

Comence avouéc mè, ô ma fllôta, comence des acôrds dignos du Molèson.

Ouè, que tot devegne Ocèan. Adiô, jors ; ye vé, dês le hôt du montél, mè dèrochiér dens les ondes. Nisa, recê cél dèrriér homâjo d’un amant que muert por tè.

Ô ma fllôta, cèssa tes acôrds dignos du Molèson. »

 

D’ense at chantâ Damon : Muses, déte-nos cen qu’at rèpondu Alfèsibê ; tot le mondo pôt pas tot dére.

 

Alfèsibê

« Apôrta d’égoue, Amarilis (Amaryllis), et para çlos ôrtal de vètes ; bourla la vèrvêna et l’encens : ye vôl èprovar per un sacrificio magico de teriér de lor lâche fêblèssa les sens de mon amant : ouè, y’é ples qu’a maneyér des sortilèjos.

Ramèna dês la vela en çti endrêt, charmo pouessient, ramèna-mè Dafnis.

Les paroles magiques pôvont fére dèscendre Fèbê[8] dês les cièls ; per lor, Circê[92] at transformâ les compagnons d’Ulisso : la frêda sèrpent, dens les prâts, muert brisiê per la vouèx enchanterèssa.

Ramèna dês la vela en çti endrêt, charmo pouessient, ramèna-mè Dafnis.

D’a premiér, y’entouro ton émâge de três bendes de divèrses colors, ye la promèno três côps utôrn de çti ôrtal : le nombro empar plét ux diôs.

Ramèna dês la vela en çti endrêt, charmo pouessient, ramèna-mè Dafnis.

Come le mémo brasiér rend dura la tèrra grâssa et fât colar la cire, que Dafnis ressente les mémos èfèts de mon amôr. Jèta çta pâta ; bourla avouéc la pege çlos fragilos lôriérs. Le cruèl Dafnis mè bourle, qu’il bourleye en cél lôriér.

Ramèna dês la vela en çti endrêt, charmo pouessient, ramèna-mè Dafnis.

La moge, mâlfiéta de chèrchiér dens les bouescs et de montél en montél un joueno tôrél, chêt sur l’hèrba vèrdeyenta u bôrd d’un rio ; et, pèrdua d’amôr, el ne pense pas que ta nuet la rapèle a l’èthrâblo : que Dafnis sêt possèdâ por mè de la méma ardor encurâbla.

Ramèna dês la vela en çti endrêt, charmo pouessient, ramèna-mè Dafnis.

Vê-que les dèpolyes que, un viâjo, le trètro m’at lèssiêes, chiers gajos de son amôr ; tèrra, ye les dèpôso dens tes ventralyes desot le lendâr mémo. Ils sont mes garants du retôrn de Dafnis.

Ramèna dês la vela en çti endrêt, charmo pouessient, ramèna-mè Dafnis.

Çtes hèrbes, çtes pouesons cuelyies dens les campagnes de la Brouye (Broye), Mèris lui-mémo mè les at balyêes : els nêssont en mouéls dens la Brouye. Per lor vèrtu mèrvelyosa, j’é viu sovent Mèris devenir lop et s’enfonciér dens les bouescs ; ye l’é viu fére sortir les èsprits dês lors tombes ; ye l’é viu transplantar des mêssons dês un champ dens un ôtro.

Ramèna dês la vela en çti endrêt, charmo pouessient, ramèna-mè Dafnis.

Amarilis, pôrta çles cindres fôr de la mêson ; jèta-les per-dessus ta téta dens le nant, et ne gouéte pas dèrriér tè. Avouéc totes çles ârmes j’ataqueré Dafnis ; mas il sè moque, l’enfidèlo, et du charmo et des diôs !

Ramèna dês la vela en çti endrêt, charmo pouessient, ramèna-mè Dafnis.

Vê donc, tandis que ye târdo a l’emportar, çta cindra at de per sè envelopâ l’ôrtal de fllames tremblotantes : bon prèsâjo ! Mas qu’entendo-yo ? Mon chin Hilax (Hylax) jape sur le lendâr : le crèrê-yo ! Ou ben les amants sè forjont-ils des sonjos atant qu’ils vôlont ?

Cèssâde, charmos pouessients, Dafnis revint de la vela ; cèssâde, vê-que Dafnis. »

[89] Sofoclo (Sophocle), 495 - 406 devant J.C., ôtor grèc d’una centêna de tragèdies.

[90] La mâre qu’at tuâ ses enfants : Mèdê (Médée), quand Jason at volu la quitar.

[91] Arion : poèto lirico, sôvâ en mar per un dôfin.

[92] Fèbê (Phoebé) : déèssa de la Luna, suèra de Fèbus (le Solely), confondus avouéc Artèmis/Diana et Apolon.

[93] Circê (Circé) : filye d’Hèlios (le Solely) et de Pèrsèis, filye de l’Ocèan et suèra de Pasifaè. Magicièna que cognessêt ben les drôgues et les pouesons, el changiét les compagnons d’Ulisso en cayons, et fit un poueson por changiér la nimfa Scila en monstro.

 

 

 

 

ARGUMENT

DE  LA  NÔVIÉMA   ÈCLOGA.

 

 

Çta ècloga rèpond a la premiére ècloga des Bucolicos, el est marcâye per le dialogo entre doux pèrsonâjos, Mèris et Licidas (Lycidas), que s’en vont de la campagne et discutont en marchient. Mèris raconta a Licidas les mâlhors de Mènalcas (Ménalque), qu’on lui at prês tôs ses biens.

 

 

ÈCLOGA  IX

 

LICIDAS, MÈRIS

 

 

Licidas

Yô vâs-tu, Mèris ? suis-tu le chemin de la vela ?

 

Mèris

Ô Licidas, nos devans donc vivre prod por vêre cél tristo jorn que nos n’avans jamés crent, cél jorn qu’un èthrangiér, que possède nouthres tèrres, devêt nos dére : « Çlos champs sont a mè ; ancians habitents, modâde. » D’ense, nos sens abatus et dèsolâs, puésque le sôrt bolevèrse tot, envoyens u novél mêtre celos chevréls. Que çla ètrêna lui porteye le guegnon !

 

Licidas

J’avê portant aouyu dére que, dês l’endrêt que çles montagnètes començont a s’abèssiér, et dèscendre vers la plana en penta doce, tant qu’a çles égoues et tant qu’a çlos vielyos foyârds ja ècemâs, tot le tèrren ére yu consèrvâ a vouthron Mènalcas per nouthros mêtres, que ses vèrs les avant charmâs.

 

Mèris

Te l’avês aouyu dére, et o ére le bruit comon ; mas nouthros vèrs, chier Licidas, ant atant de fôrce, u méten des trèts de Mârs[94], que les colombes d’Italie, quand l’agllo fond sur lor. Se, dês lo bu d’un châno una grâlye ne m’avêt avèrti a gôche de ne pas mè disputar avouéc nouthros vencors, ni Mèris, ni Mènalcas lui-mémo, ne vivrant pas més.

 

Licidas

Ah ! quârqu’un povêt-il sè chargiér d’un si grant crimo ? Avouéc tè, Mènalcas, on nos arêt donc ôthâ du mémo côp la docior de tes chants ! Se te ne vivês pas més, qui chanterêt les nimfes ? Qui èthèrdrêt sur la tèrra les hèrbes fllories ? Qui cuvrithrêt nouthres fontanes de vèrds ombrâjos ? Quin ôtro arêt fêt çtos vèrs que ma mèmouère tè robâve l’ôtro hièr, quand te modâves por alar vêre Amarilis, nouthros dèliços ?

            « Titiro (Titiro), fâ pâthurar tant qu’a mon retôrn,

            Ye ne vé pas luen, fâ pâthurar mes chiévres :

            Mèna-les du pâquiér vers la reviére, Titiro, et en les menant,

            Prend gouârda a cél bocan, il fièrt de la côrna. »

 

Mèris

Y’âmo oncora mielx, tot emparfêts qu’ils sont, çtos vèrs qu’il chantâve por Varus :

            « Ô Varus, porvu que Mantoua nos résteye,

            Mantoua, hèlâs ! trop vesena de la mâlherosa Crèmôna[95] ;

            Nouthros cignos èleveront en mèlodiox accents

            Ton nom tant qu’ux âstros. »

 

Licidas

Pouessont les âps fuir les dalyes empèstâs de la Corsa ! Pouesse la lacél gonfllar les uvros de tes vaches nurries de citisos (cytises) ! Mas chanta-mè quârques vèrs oncora, se t’en sâs.  Et mè asse-ben, les Muses m’ont fêt poèto : j’é mes chançons asse-ben. Nouthros pâthors diont que ye su poèto ; mas ne les crèyo pouent. Câr o parêt que ye n’é pas oncora de vèrs que seyont dignos de Python ou de Bornèt ; crouyo oyon, ye mècllo mes égres rèlâyes ux chants mèlodiox des cignos.

 

Mèris

Acuta, Licidas : ye tâcho de retrovar, se ye le pouè, dens mon èsprit cèrtins vèrs ‒ ils ne sont pas tant mèprisâblos.

            « Vin, oh vin, ma Galatê ! Quins juès pôvont tè retenir desot l’onda ?

            Inque o est le printemps vèrmèly ; inque la tèrra

            Èthèrd mile et mile fllors sur les bôrds des reviéres ;

            Inque le poblo blanc sè clline sur mon antro,

            Et les vegnes souples s’y entrefechont en frès brés.

            Vin, et lèsse les fllots en furor batre les rivâjos. »

 

Licidas

Et çlos ôtros vèrs que ye t’é un viâjo entendu chantar solèt, dens una bèla nuet ; ye rederê l’êr, se ye mè sovegnê des paroles.

            « Porquè, Dafnis, gouétes-tu le levâ des antiques èthêles ?

            Vês-tu s’avanciér dens les cièls l’âstro de Cèsâr,

            Du petit-fily de Vènus ? âstro herox,

            Que la mêsson sè rejouyithrat de morar desot,

            La grapa vôt sè colorar sur nouthros poyèts ux fuès de mi-jorn.

            Planta des periérs, Dafnis ; tes petits-filys cuelyeront lors fruites. »

 

Mèris

Le temps empôrte tot, mémo l’èsprit : mè sovegno qu’enfant ye ne fornéssê de chantar qu’avouéc les solelys des longs jorns : coment é-yo oublâ tant de chançons ? Ma vouèx méma s’en vat : quârque lop le premiér arat viu Mèris. Mas t’aouirés prod sovent mes vèrs dês la boche de Mènalcas.

 

Licidas

Crouyes rêsons ! Mèris, te mè fâs souspirar dens çta doce atenta. Et portant la mar aplanâye sè quèse por t’acutar, vê donc, et tués les murmuros de l’êr sont chesus : nos ens fêt la mêtiêt de nouthra rota, et ja aparêt u luen la tomba de Bianor[96]. Arrèthens-nos inque, Mèris, yô que te vês çtos payisans mondar un èpès folyâjo ; chantens cé, et beta a tèrra tes chevréls : nos arreverens prod tout a la vela ; ou, se nos cregnens que la ploge de la nuet nos surpregne, chantens en porsuivent nouthra rota, el en serat muens longe. Por que nos marcheyens en chantant, ye tè solagieré de cél fèx.

 

Mèris

Enfant, lèsse lé les chants, l’hora nos prèsse ; alens, quand Mènalcas serat revenu, nos chanterens més a l’éso.

[94] Mârs (Mars) : diô romen de la guèrra, pâre de Romulus et du poplo romen. Le diô grèc s’apèle Arès.

[95] Mantoua (Mantoue), Crèmôna (Crémone) : veles d’Italie.

[96] Bianor : fondator de la vela de Mantoua.

ARGUMENT

DE  LA  DIÉZIÉMA   ÈCLOGA.

 

 

Dens la diéziéma et dèrriére ècloga, Virgile s’adrèce tot drêt a la nimfa Arètusa (Aréthuse) por qu’el l’édeye a chantar les aventures mâlheroses de Galus (Gallus). Çli-ce, tormentâ per le sovegnir de Licoris (Lycoris), tèmogne d’un amôr dèsèsperâ, qu’il porrat jamés oublar.

 

 

 

ÈCLOGA  X

 

 

Pèrmèt, ô Arètusa (Aréthuse)17, cél dèrriér èfôrt a ma Musa champéthra. Que mon chier Galus èye de mè pou de vèrs, mas des vèrs que seyont lus per Licoris lyé-méma : qui porrêt refusar des vèrs a Galus ? D’ense, que ton onda pouesse en colant desot les fllots de la mar, ne jamés sè mècllar avouéc l’onda âcra de Doris[97] ! Comencens, et chantens les mâlheroses amôrs de Galus, tandis que mes chiévres motues rongieront les tendros bochalèts. Inque ren ne réste sôrd a nouthros chants, y’entendo ja les jors mè rèpondre.

Quins bouescs, ô Nayades47, quins jors vos cachiêvont a la lumiére, quand Galus sè muerêt d’un endigno amôr ? Câr ni les cuchèts du Parnasso39 ni çlos du Pindo78 ne vos retegnant, ni les cllâres égoues de la Gllâna. Les lôriérs l’ont plorâ, l’ont plorâ asse-ben les bruviéres : le Mènalo[98] coronâ de pins l’at plorâ, quand il l’at viu èthendu desot les rochiérs solitèros ; le Licê[99] asse s’est atendri, et ses crétes gllaciêes : utôrn du bèrgiér sont ses feyes, ses feyes lor-mémes sensibles a ses mâls.

Ne va pas dèdègnér les tropéls, divin poèto ! Le bél Adonis[100] asse-ben at menâ pâturar des feyes le long des reviéres. Les pâthors, les boviérs ux pâs pesants, tot le mondo arreve en corent ; Mènalcas est arrevâ, qu’avêt ramassâ des gllands dens les jors.

Tués tè demandont : « Porquè çti amôr ? »

Apolon est vegnu et t’at dét : « Galus, quina folerâ est la tuva ? Ta fllama, ta Licoris suit les pâs d’un ôtro a travèrs la nê, a travèrs de tristos endrêts. »

Silven[102] asse est paru, le front cient d’una corona champéthro, agitant des tiges fllories et de grants lis. Pan mémament est venu, Pan diô d’Arcadie[103] ; nos avens nos-mémos viu son vesâjo divin, que rogeyêvont le savuc sangllant et la charpena : « Quand fornithront çles plentes ?  desêt-il. L’Amôr ne fât ren por mè, le cruèl Amôr ne vêt jamés prod de legremes, tot coment les prâts d’égoue, les âps de citiso, les chiévres de folyâjo ».

Mas le tristo Galus lor rèpondêt : « Vos deréd portant, Arcadiens, vos les solèts que séde ben chantar, vos deréd mes torments a vouthres montagnes. Oh, que mes ôs reposeyont môlament, se vouthra fllôta redit mes amôrs ! Que ne su-yo yu yon de vos ? que n’é-yo gouardâ vouthros tropéls, ou vendengiê avouéc vos la grapa môra ! Sêt que j’arê bourlâ por Filis (Phillis), sêt que j’arê amâ Amintas (Amyntas) ‒ qu’impôrte qu’Amintas èye la pél sombra ? les violètes sont brones, et brona est la gresala (= lyôtre) ‒ il serêt cuchiê prés de mè entre les sôges et desot des vilyons vèrds : Filis mè trècierêt des guirlandes, Amintas mè chanterêt ses êrs. »

« Inque sont de frèches fontanes, inque, Licoris, de môls hèrbâjos, inque des jors : inque ye vivré, ye fornithré mes jorns avouéc tè. Mas un amôr dèrêsonâblo tè retint luen de mè, u méten des ârmes du cruèl Mârs, des trèts dangerox, des ènemis menacients. Luen de ta patrie ‒ ah, que n’en pouè-yo dôbtar ? ‒ t’afrontes solèta et sen mè, cruèla, les nês des Ârpes (Alpes) et les gevros du Rin (Rhin) ! Ah, que les frêds ne tè blesseyont pas ! que les âpros gllaçons ne dècouesseyont pas tes pieds dèlicats ! »

« J’iré permié les pâthors ; et les vèrs que j’é renovelâs du poèto de Calcis[103], ye les mèneré sur la fllôta du poèto de Sicila. J’é dècidâ, ye vôl mè cachiér dens les jors, u méten des tânes des bétyes sarvâges, por y sofrir solèt, et gravar mes amôrs sur l’ècôrça des tendros ârbros ; ils crèthront, vos crèthréd avouéc lor, mes amôrs. » 

« Adonc j’iré, mè mècllant ux nimfes, folar les cuchèts du Mènalo98, et ye porsuivré les sengllars dèchênâs ; les gevros les ples vigorox ne m’empachieront pas de cèrnar avouéc mes chins les jors du mont Partènius[104] : o mè semble ja corre a travèrs les rochiérs et les bouescs que rethronont : j’âmo teriér les fllèches come Cupidon[105], coment s’éront lé les remédos a mon encurâblo amôr ; se solament le cruèl Amôr savêt s’atendrir ux mâls des mortèls ! Ja les Hamadriades[106], ja les chants ne mè plésont pas més ; et vos asse-ben, jors, adiô ; mes rudos travâlys ne porrant vencre l’envenciblo Amôr ; nan, quand mémo ye berê les égoues gllaciêes du Rôno, quand u fôrt des hivèrns plogiox j’endurerê les nês du Mont-Blanc ; quand mémo, a  l’hora que l’ècôrça dèssechiêe des grants ôrmos muert desot les fuès de mi-jorn, ye meneré mes feyes dens les planes de l’Ètiopie, bourlâyes per le Cancèr : tot est somês a l’Amôr ; et tè mémament, cèda a l’Amôr. »

Muses, o est prod : vê-que les vèrs que chantâve vouthron poèto, tandis qu’assetâ sur la tepa, il trèciêve le jonc assoupli : relevâde-les ux uelys de Galus, de Galus por qui ma tendrèsse crêt atant châque jorn, que châque jorn u printemps crêssont les tiges vèrdeyentes de la vèrna.

Levens-nos ; l’ombro est nuisiblo a çlor que chantont, l’ombro du genevriér surtot ; l’ombro asse est nuisiblo ux mêssons. Alâde a bèrgerie, ô mes chiévres, vos éte soules ; vê-que venir la vèprâ, alâde, mes chiévres.

[1] Doris : fèna de Nèrê, diô marin ; inque Doris vôt dére la « mar ».

[1] Mènalo (le Ménale) : mont d’Arcadie, consacrâ a Pan.

[1] Licê (le Lycée) : ôtro mont d’Arcadie consacrâ a Pan.

[1] Adonis : joueno homo cèlèbro per sa biôtât, il tombat amouerox de son émâge dens le merior d’una fontana et fornéssét per morir sur la riva.

[1] Silven (Silvain) : diô des forêts ; le mot latin SILVANUS at balyê noutron mot « sèrvan ».

[1] Arcadie : règion de la Grèce, dens le Pèloponèso. On la veyêt un pou coment un paradis sur tèrra.

[1] Calcis (Chalcis) : capitâla de la règion grèca de l’Ebê (Eubée). Y at doux poètos de çta vela : Licofron (Lycophron) au IV°- III° sièclo devant J.C., et Eforion (Euphorion) au III° sièclo devant J.C.

[1] Partènius (Parthénius) : mont d’Arcadie.

[1] Cupidon : diô de l’amôr, fily de Vènus.

[1] Hamadriades (Hamadryades) : nimfes des bouescs.

 

 

 

 

 

 

FIN  DES  ÈCLOGUES  DE  VIRGILE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[1] Diana (Diane), en grèc Artèmis, déèssa de la chace.

[2] Priapo (Priape) : fily de Bacus et de Vènus, diô des cortils, il represente la vigor que rebiole.

[3] Galatê (Galatée), nimfa marina filye de Nèrê (Nérée), habitâve un rivâjo de la Sicilo. Le ciclopo Polifèmo (Polyphème) ére tombâ amouerox de lyé, et per jalosie il arêt tuâ son galant Acis avouéc un rochiér de l’Ètna.

[4] Fèbus (Phébus) : diô du Solely, des côps le mémo qu’Apolon, qu’est pletout le diô de la poèsie et la lumiére.

[5] Sofoclo (Sophocle), 495 - 406 devant J.C., ôtor grèc d’una centêna de tragèdies.

[6] La mâre qu’at tuâ ses enfants : Mèdê (Médée), quand Jason at volu la quitar.

[7] Arion : poèto lirico, sôvâ en mar per un dôfin.

[8] Fèbê (Phoebé) : déèssa de la Luna, suèra de Fèbus (le Solely), confondus avouéc Artèmis/Diana et Apolon.

[9] Circê (Circé) : filye d’Hèlios (le Solely) et de Pèrsèis, filye de l’Ocèan et suèra de Pasifaè. Magicièna que cognessêt ben les drôgues et les pouesons, el changiét les compagnons d’Ulisso en cayons, et fit un poueson por changiér la nimfa Scila en monstro.

[10] Mârs (Mars) : diô romen de la guèrra, pâre de Romulus et du poplo romen. Le diô grèc s’apèle Arès.

[11] Mantoua (Mantoue), Crèmôna (Crémone) : veles d’Italie.

[12] Bianor : fondator de la vela de Mantoua.

[13] Doris : fèna de Nèrê, diô marin ; inque Doris vôt dére la « mar ».

[14] Mènalo (le Ménale) : mont d’Arcadie, consacrâ a Pan.

[15] Licê (le Lycée) : ôtro mont d’Arcadie consacrâ a Pan.

[16] Adonis : joueno homo cèlèbro per sa biôtât, il tombat amouerox de son émâge dens le merior d’una fontana et fornéssét per morir sur la riva.

[17] Silven (Silvain) : diô des forêts ; le mot latin SILVANUS at balyê noutron mot « sèrvan ».

[18] Arcadie : règion de la Grèce, dens le Pèloponèso. On la veyêt un pou coment un paradis sur tèrra.

[19] Calcis (Chalcis) : capitâla de la règion grèca de l’Ebê (Eubée). Y at doux poètos de çta vela : Licofron (Lycophron) au IV°- III° sièclo devant J.C., et Eforion (Euphorion) au III° sièclo devant J.C.

[20] Partènius (Parthénius) : mont d’Arcadie.

[21] Cupidon : diô de l’amôr, fily de Vènus.

[22] Hamadriades (Hamadryades) : nimfes des bouescs.