Lo Mèrlo

Daniel Corbaz,

trèt

du

Prix Kisling 2020 

Çta matenâ, tout, lo mèrlo

Por lo premiér viâjo, [’l] at chantâ,

Pèrchiê sur una branche du châno,                             Châno: âbro que la fruita ‘l est un glland. [Fagaceae Quercus L.1753].

Prés du bornél s’est emmodâ                                       Bornél: fontana.

A chantar lo forél que vint.                                            Forél: renovél, salyfor, fortemps.

 

Son bèc jôno vat d’èxtra ben                                        D’èxtra: très, rudament.

Por lo concèrt que lo nos balye                                    Balye: done.

Por ses games que gredalont                                       Gredalont: montar les ègrâs.

Rebedoulont et recheyont                                            Rebedoulont: roular en avâl d’una penta. Recheyont: resonont, retonont, redondont.

A reboulye-morro.                                                          A reboulye-morro: tot pllen, a chavon.

 

Enrubanâ de notes cllâres,

Lo chant s’enroule, sè dèsenvoud,                              sè dèsenvoud: sè dèroule.

Roule les rrr qu’un (= come un) Frrriborgês,

Pôse des quèstions pouentues

 

U bout d’un ègrâ de notes

Que s’envole sen rèponsa,

Fât a la rebata et pués s’enrouche                               Fât la rebata: roule, chêt (come un bouébo que jouye). S’enrouche: s’enroupie, que la vouèx devint roucha.

Et pués, fenét per s’ètrangllar.

 

Il chante por la mèrlèta

Et chante por los mèrlotèts

Que nilyont dens les bouessons,                                  Nilyont: nichiont.

Lor bete des grôsses béchiês                                       Bèchiês: bècâs, bècatâs

De chenelyes, de mouches et de vèrméls,

Chante por nos le refredon                                           Refredon: triôle, refren.

Qu’ègalanche la sêson.                                                 Egalanche: divertit, amuse.

 

Et pués, dês lo mês d’oût sè quèse                             Sè quèse: bouchie, cèsse de chantar.

Et tot l’ôton et tot l’hivèrn,

Lo chantro at bouchiê l’afére,

Fât silenço, tant qu’a fevriér.

 

Prod sûr que lo mèrlo

Sât chantar a bon èscient,                                             A bon èscient: u bon moment, avouèc sagèsse.

Fredône por lo bonhor des gens

Et sè quèse quand o est lo temps

D’étre muet, de fére silenço.

 

Mâlhor a çlor qu’outre la nuet,

Tandis lo jorn et la senana,

Outre les ans, sâvont jamés

Cllôre lor morro.                                                              Morro: musél, ique bèc, boche.

9f41a68d785d81c97b587772967f85ee.jpg

Quand

les pipètes

revindront!

Amélie Gex

DSCN2536.JPG

I.

La bise en rognent sagogne                                     

La pôrta de la mêson;

Fela, fela ta cologne                                                  

Pendent la môrta sêson.                                           

Sen vreyér ton tôrn s'enroulye,                                     

Fela, lo temps passerat!                                           

Jiâna, se ton fil s'embrôlye,                                      

Ton galant lo dèvouederat.                                     

 

           

            Refren                                                                       

Soflla lo vent, soflla la bise!                                    

Noutros môrts plôront diens l'Égllése                      

            Bon !…                                                                     

Lo vent et los môrts sè quèsieront                            

Quand les pipètes revindront!                                  

 

II.

En tombant la nê greselye                                         

La grôba vioule u tison.                                              

Vreye, vreye ta bobelye                                              

Pendent la môrta sêson.

De grognér l'hivèrn sè lâsse;

Vreye, et lo temps passerat;

Jiâna, se ton fil sè câsse,

Ton galant tè l'apondrat.                                             

 

            Refren

Blanchét lo boués, blanchét la palye!                        

Lo gllas pendolye a la muralye                                   

            Bon !…

Mas palye et boués revèrdiront

Quand les pipètes revindront.                                  

 

 

III.    

Los grants poblos ont la grevôla                                                                        
Et les cises ont des fresons;                                      

Roula, roula, ma roua roula,

Pendent la môrta sêson.

Solely rit dèrniér les nioles!                                       

Roula, et lo temps passerat.

Sot la nê la fllor rebiole,                                             

Mon galant mè la cuedrat.                                        

 

           

Refren

Brene l'avanc, brene lo sôge;                                   

Lo quinson volate a la ploge                                     

            Bon !…

Mas l'âbro et l'usél chanteront                                 

Quand les pipètes revindront.

Amelie_Gex_3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comentèro

Amélie Gex (1835-1883), yena des fines fllors de la litèratura en lengoua savoyârda, at publeyê ceti poèmo dens lo recuély Le long de l’an (1878), yô que d'aprés lo sot-titre sè trôvont des chançons.

Èfèctivament l'ècrivèna amâve ècrire des tèxtos de chançons, de lesquintes el endicâve des côps la mèlodie en l'apondant a un êr cognessu. Ceti poèmo ére t-èpêr dèstinâ a étre metu en musica, a noutra cognessence cen ‘l at pas oncor étâ fêt.

Què qu'il en seye y at des strofes et des refrens, dens losquints les rimes sont d'alyor pas disposâyes de la méma façon, cen que balye un ritmo originâl u poèmo. Los vèrs sont côrts, lo tèxto pôt parêtre simplo, il trète en soma d'un tèmo relativament corent en poèsie – l'atenta du forél u méten des torments de l'hivèrn - et tot-un lo lèctor est secos per la biôtât que sè dègage de ceta construccion: la vivacitât du stilo et des émâges stimulont lo plèsir litèrèro, tandis que lo ritmo, les alitèracions, les rèpèticions de mots ou de bâtis balyont na musicalitât qu'encite a la lèctura a hôta vouèx.

L1090810 (3)_edited.jpg

Rognér: grondar, ronar. Sagognér: (se)grolar, secorre.

Cologne: conolye.

Vreyér: tornar, veriér. Tôrn: tôrn de rouèt. S’enroulyér: sè roulyér.

Dèvouedar: dèvouèdiér, dèvouègiér.

Sè quèsiér: cèssar de parlar.

Pipèta: primevèra, peca-osél.

Greselyér: étre come du gresely.

Grôba: buche, tronche, ètala. Vioular: (ice) chantar.

Bobelye: bobena.

Apondre: attachiér, agliètar.

Boués: planta, bosson que pèrd pas ses folyes en hivèrn (lat. Buxus)

Gllas: gllaçon.

Poblo: publo, ârbro hiôt que pèrd ses folyes en hivèrn (lat. Populus).

Avêr la grevôla: tremblar, trebelyér, revolar, grolar.

Cise: hage. Freson: tremblèta, grevôla.

Niola: nuâjo.

Rebiolar: repoussar.

Cuedre: cuelyiér.

Brenar: bruire, brisônar. Avanc: vilyon, osiér. Sôge: vorna, matana.

Ploge: plôve.

Mas o est empossiblo! deront los uns. Èfèctivament lo tèxto at étâ transcrit en ORB, il s'agét de la vèrsion de Dominique Stich, na miéta changiêe. Mas justament, l'ORB est fêta por étre comprêsa per tôs et liesua per châcun dens son prôpro dialècto, avouéc sa prôpra prononce. Por celos que résteriant dèsemparâs signalens tot-pariér les rimes s'enroulye / s'embrôlye, bise / Égllése, grevôla / roula. Pas sûr d'alyor que cetes rimes ègzistont dens tôs los patouès, per ègzemplo, por la dèrriére, chiéz mè on prononce grevula et roula, mas o est pas ben grâvo.

La jouena felye du poèmo, Jiâna, est de sûr lo doblo (on derêt houé l’ “avatar”) de l'ôtrice, qu'at d'alyor signê Dian de la Jeânna son recuély. Pas ètonant d'utilisar un nom de ploma masculin a l'època, l'aspèct “fèministo” sè retrovant pas-muens dens la feliacion femenina. On imagine donc Jiâna a sa cologne, a son borgo (rouèt) qu'en vreyent semble a côp remplir et meserar lo temps. La jouena felye brésse (crosse, grôte) entre doux sentiments: na fatiga resègnêe devant les rigors et les angouesses de l'hivèrn que l'entremont (enfremont, encllôssont) et la condanont a des activitâts a rèpèticion, mas ôtrament l'èspouèr que vint de la cèrtituda du retôrn du forél et asse-ben des promèsses provocâyes per l'amôr d'un joueno homo que semble cllafi ? d’atencion et sur loquint el pense povêr comptar.

Dens lo lengâjo des fllors la pipèta est lo simbolo du premiér amôr et de sa sincèritât.

Fenéssens justament sur ceti nom de “pipèta”: il dèsigne na fllor en tubo, en fôrma de petita pipa mas o est pas la méma d'aprés los endrêts. Il semble que lo més sovent il s'agésse nan pas de Primula mas de Colchicum, fllor de l'ôton venent de na planta famosa por son grant poueson. Un tot ôtro simbolo!

Et atendens donc avouéc Jiâna lo retôrn du forél et de totes les jouyes uxquintes il est gllètâ, aprés un hivèrn pas simplament mètèorologico, mas chargiê de maladie, de menaces et d'encèrtitudes qu'on amerêt vêre ben-setout sè chavonar.

Alain Favre

Des lèctures en ORB 

Blackbird_(28531693218).jpg

Ceti poèmo ique avâl 'l at ètâ ècrit en ORB sarraye, cen que vôt a dere qu'il est franc prôche du patouès, dens ceti cas celi de Saviése. 

Envide (1) de pèrfeccion,

Envide de cen que l'est pur,

Coment povens-nos tè vivre?

 

Gouéro (2) d'enfants

L'ant-ils ceta sêf (3),

Ceta fam d'idèal?

 

Fôt que les cayérs seyéssont biôs,

Flloratâs (4) a chavon (5).

L'ècritura dêt  étre parféta

Coment le motra tota nouva,

Sens déche (6),

Sens niona grafenerie (7).

 

Le tèrra l'est plêna de biotât

Porqué pas èprovar

De la-te sotenir!?...

Nos reusserans (8) jamés

A dougiér (9) avouéc lyé.

Mas fét tant de ben

De chaplotar (10)

Por èprovar

De meriotar (11).

Adés (12) l'est una môda (13) d'amar,

De remarciér,

Galyârd (14) pariér (15)

Coment chantar

Gloria!

Halelujah!

L'est una vie (16)

Qué povens siuvre

Por mielx vivre

La noutra via.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(1) envéye, enveya

(2) Quinta quantitât? Comben?

(3) besouen de bêre

(4 ) garnis, dècorâs

(5) complètament

(6) vicio, dèfôt

(7) (è)grafegnura (pèjoratif)

(8) reussirens’

(9) rivalisar

 

Dzaquie Mounir 

Asd.jpg

(10 ) talyér, chapliar, dècopar

maladrêtement

(11) la biotât de la tèrra

(12 ) tot pariér, quand mémo
(13) maniére

(14) quâsi 

(15) parèly

(16) rota, charriére pas goderonâ

(a Saviése).

Louis Favrat_edited.jpg

Louis Favrat est vegnu u mondo per Losena lo 23 de julyèt 1827. Il at pas siuvu lo dèsir de ses pére(s) et mére(s) d’étre ministro (du culto), por cen qu’il étêt pas d’acôrd avouéc la religion tradicionèla. Il ére més entèrèssiê a l’histoire, la philologia romana et, ples târd a la botanica, que devint son entèrèt premiér. Aprés un comencement d’ètude de thèologia a l’Acadèmia de Losena il est allâ chavonâ ses ètudes d’histoire et de lengouistique per Munich, Erlangen et Leipzig. Puès, en 1852, il fét lo règent per Orba et per La Chaux-de-Fonds La Châlx-de-Fonts et, en 1862 il ensègne lo francês per Losena tant qu’en 1887 quand il at étâ nomâ conservator du Musê de Botanica de Losena. Il est ben cognu entre-mié les botanistos por un mouél d’ècrits rapôrt a son entèrèt principal. Mas il at asse-ben ècrit des chançons, des poèsies et de la prosa en francês et en patouès. Il est devant tot cognu por on texte de 72 folyèts, L’Année de la misère, que raconte la via ben dificila d’una famelye de grangiérs (payisans) dens la plana de  Mâlvèrnê (Mauvernay) tandio un rudo hivèrn entre 1816-1817. O est ique qu’ora tués les bouèbos de Losena vant aprendre a skiar.

O est asse-ben lui qu’il at publeyê, en 1866, lo Glossaire du Patois de Suisse Romande du Doyen Bridel. U bout de ceti ovrâjo on trove un apendice avouéc trenta translacions (traduccions) de la parabola du Fily Prodige en prod patouès de la Suisse Romanda, mas asse-ben en quârques idiomes romanches, et dens una version du trèziémo siéclo des valayes vôdêses du Piemont. Lui-mémo en at proposâ yena en patouès du Jorat. Il at sobrâ (il est mort) lo 27 de janviér 1893 a 66 ans.

Chançon de Bônan (1)

Louis Favrat (1827-1893)

“Po Recafâ”(2), p. 356

“Mélanges vaudois”, L. Favrat, p. 255

Diô vos éde, grâciôx, grâciôses, (3)

Diô vos éde, petits et grands,

Diô vos éde, èpox, èposes,

Diô vos balye bons brés et mans.

Mas séde-vos que vuel vos dere?

- Megiéde la tôma, lo pan,

Mas por la sêf gouardâd vos lo pere:

Vê-que ma chanson de Bônan.

 

L’an que vint ne serat pas crouyo,

Les ceresiérs ant des botons…

Quièsiéd-vos donc, quand je vos aouyo,

Lo gelin (4) at tuâ les couatrons (5).

Les gens porant payiér lors dettes,

Et s’il y at des Brâma-fam,

Serat les amis des quartetes (6);

Vê-que ma chanson de Bônan.

 

U cabaret tués celors fifâres (7),

Contre la chiertât bouèlant trop.

- Bêde pas tant, celors quartetâres (8);

Travaillîde més, vos arâd prôd.

N’éd-vos pas prôd bu por un viâjo?

Vos faut donc vivre por deman.

Pas tant de braga, du corajo;

Vê-que ma chanson de Bônan.

 

Lessied fére la politica

A tués celors gens qu’en fant metiér;

Por fére a venir la pratica (9),

Lo moniér dêt restar chiéz li.

Por fére a venir la pedance (10)

En ôton faut veriér son chant,

Et faut vivre sur l’espèrance:

Vê-que ma chanson de Bônan.

  1. Novél-an.

  2. Por recafar, por cafolar, cen o est lo titre d’un lêvro salyiê en 1910 per Losena, chiéz Payot. Ceti lêvro de 528 folièts (pages) rassemblye una tralaye de textos en patouès vodouès du 19ème siécllo.

  3. Grâciôx, grâciôses: jouenos, jouenes en âge de graciôsônar, de sè frèquentar. Amouèrox, galands, charmaliérs.

  4. Gel.

  5. Lemaçons.

  6. Quarteta: ¼ de pot, chopine de 3 à 4 dl. Quartetar: pipar, chequetar. Quartettâre: bevior.

  7. Berviors.

  8. Beviors.

  9. Pratica: chalands, clients.

 10. Petance, nurretera, quâque chose a megiér.