PORQUÈ CETI SITO?

U bet de de l’an dèrriér nos ens reçu un mimerô (numerô) du papiér que o’at nom “Dèman”. Come su yua ètâ contente de re-més recêdre des novèles de tota l’Arpitania! J’é prês un par de mimerôs por en balyér a mes èlèvos, por lor fére a vêre qu’on pôt sè comprendre entre patouèsants francoprovençâls. Nos ens cudiê (provâ) liére yon, dôx, èpêr (pôt-étre) três articllos mas por les ôtros cen o est pas ètâ possiblo. J’éro fermo dèçua et mè su pensaye: «O est veretâblyament pas possiblo que nos pouèssens pas nos comprendre entre nos, adonc que de bél savêr (prôd sûr) ceti mimerô de “Dèman” fesêt a vêre que les arpitans ant fam de sè comprendre entre lor, ôtrament qu’en devesant (parlant)lo francês.» Et o est pas lo premiér côp que les francoprovençâls vôlont sè rencontrar. Il y at dôves diézânes d’anayes il y at yu lo GIT (Groupe International de Travail) que des patouèsants sè sont rèunis prôd côps por cudiér/provar trovar una ècritura por tués les francoprovençâls. A la féta de Sent Etiève una tropa o at discutâ de l’Orthografia de Rèfèrence B (ORB). Et o est prôd sûr que o y at yu d’ôtres ocasions que j’y é pas participâ.

L’ôtro jorn un bon patouèsant vôdouès mè deséve: «o est tot pariér damâjo qu’ou pouesse pas liére les ôtros patouès dens l’Ami du Patois que o est un tot bon papiér. No sens d-oblegiês de liére lors articllos en francês.» Et o est sovent d’ense. O est cen que m’a champâ en ant por fére ceti sito dessus l’Entèrnèt por que châcun pouesse liére et ècrire en arpitan dens una ècritura que très-tués pouessont comprendre. Et por mè la sola ècritura que vat u pequelyon (parfètement) o est l’ORB.

Su pas tant subtila (adrêta) en èlèctroniqua mas vé cudiér rèalisar mon idê que o est de fére un sito que fusse come on papiér en legne, yô que châcun que o en at fam pouesse fére a parêtre un articllo ou un texto dens la lengoua francoprovençâla, en ORB. Tués les tèmos porront parêtre dessus lo sito, qu'ils ussont rapôrt a la lengoua ou ben pas. O est prôd sûr que vé pas publeyér des ensultes, mas des idês oposâs et divèrs, por discutar, o est prôd sûr. Et pués j’é on mouél de textos en ORB a fére cognêtre. Epêr vos asse-ben. Vos éte donc benvegnus dessus ceti novél sito.

Nicole Margot